11

Petit écran

La télé et les enfants…

On se pose toujours des questions surtout après le retentissement de l’expérience menée en Alsace il y a quelques jours. En voyant le nombre de reportages suscités, on aurait pu croire à un traumatisme général. Pourtant, parents et enfants ont survécu à l’expérience et ont même fait des découvertes !

C’est en regardant l’émission de P. Amar sur France 5 que j’ai bondi devant la réflexion d’une maman qui disait qu’il fallait occuper les enfants vu qu’il n’y avait pas la télé. En disant çà, elle faisait de la cuisine avec sa fille !!!

Je pense qu’il y a un juste milieu entre la télé objet satanique et la télé baby-sitter. Comme la plupart des parents, j’ai grandi avec la télé mais nous n’avions que 3 chaînes, pas de télé les jours fériés, sans parler des multiples interruptions techniques. Ma mère a acheté sa 1ère télé couleur en 1979…

Aujourd’hui, nous avons plus de 200 chaînes et perso, j’en regarde moins de 20 régulièrement. Mais la télé est avant tout un objet de culture, d’ouverture au monde. C’est ce que j’essaie de transmettre à mes enfants. Nous n’avons pas besoin d’une expérience pour éteindre la télé car pendant les grandes vacances, nous avons des jours et des semaines sans télé.

Nous recevons le programme télé avec une semaine d’avance, ce qui nous permet de faire un pré-choix : les émissions, les reportages, les séries, les films à ne pas râter. Grâce à internet et aux dvd, on peut voir et revoir en différé.

Chez moi, la télé ne remplace pas la vie. En rentrant de l’école, les enfants peuvent aussi bien ne rien faire, que regarder un dessin animé, aller jouer au square ou faire du vélo. Il leur arrive aussi de tirer un livre, une BD de la bibliothèque familiale et d’aller lire dans leur lit. Nous écoutons beaucoup la radio, une habitude venue de l’enfance certainement. Je me souviens de RTL tous les matins à la maison et de ma mère qui écoutait son horoscope… Et à choisir, je pense que si je devais partir avec un objet sur une île déserte, ce serait peut-être un poste de radio. Aux Antilles et en Guyane, la radio c’est la vie de la cité : on y apprend les nouvelles, il y a aussi les avis d’obsèques, véritable institution locale, on écoute les chansons à la mode…

En tant que parent, je veille et je surveille. Quand mes enfants sont trop larvesques devant la télé, je n’hésite pas à éteindre, à les faire bouger. Nous sélectionnons ce qu’ils regardent, nous leur proposons des activités, ils jouent avec des jeux de société, aux échecs, aux dames, lisent, écoutent de la musique et comme ils grandissent, nous avons entrepris de faire leur culture cinématographique. Ils s’ennuient aussi parfois…

Nous essayons d’éveiller leur esprit critique, de ne pas tout prendre pour argent comptant. Et j’ai eu le sentiment que nous étions sur la bonne voie en voyant leurs réactions à propos des 10 jours sans télé. Attendre de ne pas avoir la télé pour aller faire du roller, du vélo, faire de la cuisine avec son enfant, c’est grave…

A nous parents de nous poser les bonnes questions. Ce n’est pas la quantité de temps qu’on passe avec son enfant qui en fait la qualité. La télé peut être un moment de partage quand on prend le temps d’expliquer à l’enfant ce qu’on va regarder et en discuter après, ou partager des réflexions au cours du programme…

On ne se débarasse pas de son enfant en le collant devant un écran (d’ordinateur ou de télé). Il ne s’agit pas de faire de l’éducatif en permanence, simplement on éduque avant tout les enfants par l’exemple et le 1er exemple, c’est le parent. Le père scotché devant son match de foot, la mère devant sa série télé qui ne répond pas à son enfant qui lui parle, hum hum… Etre parent, c’est être vigilant, c’est éviter les images choquantes, la violence gratuite, c’est laisser son enfant grandir à son rythme, le respecter, c’est aussi établir des règles et les appliquer.

Personnellement, je me « prive » de certains de mes programmes favoris pour que mes enfants regardent quelque chose ou pour passer un peu de temps avec eux, même si c’est pour couper des courgettes et des tomates dans la cuisine ou les regarder faire du tobogan alors que je m’ennuie au plus haut point dans le froid.

Elever des enfants n’est pas facile, ni évident et il est plus enrichissant de discuter pendant le dîner, que de dîner chacun son tour devant la télé. Tout comme, on peut passer la soirée dans sa chambre, télé éteinte à lire un bon livre ou feuilleter un magazine en écoutant de la musique…

Eteindre la télé aujourd’hui est devenu « apprendre à vivre ensemble »…

Muriel

[social_share/]

11 commentaires sur “Petit écran

  1. Je trouve incroyables ces jugements de valeur à l’emporte-pièce. C’est typique de s’en prendre à la classe moyenne justement, parce que celle du dessus est inaccessible (elle ne publie pas sa feuille d’impôt sur un blog en tous cas).

    à part ça bonne analyse de soph sur la question de l’origine des revenus, d’où la nécessité pour les salariés (bas, moyens ou hauts) de repenser leur mode de consommation.

    merci muriel pour ces bons tuyaux.

  2. J’en ai passées des heures dans les squares parisiens quand ma fille était petites… rhooo que j’ai l’impression que c’est loin tout ça !!! (maintenant nous habitons à la campagne alors plus de petits squares)

  3. je viens souvent voir ton blog par l’intermédiaire de vert tendre, j’aime beaucoup me plonger dans ta vie parisienne, et dans cette grande famille, Les yeux jaunes des crocodiles, j’ai ADORE, par contre la suite est beaucoup moins attrayante, BONNE LECTURE et bon week end.

  4. bonjour

    je trouve que dans la vie beaucoup de personnes attendent qu’on leur dise quoi faire.

    on dit d’eteindre la télé: ils s’apercoivent qu’ils peuvent faire autre chose avec leurs enfants et en plus c’est agréable.

    la plupart ne savent pas dire non à leurs enfants dans les magasins!!! c’est pas grave on retire les bonbons devant les caisses comme ça plus de problèmes.

    mais quand les personnes vont elles devenir responsable de leur vie et celle de leurs enfants sans ^pour cela faire des lois ou des interdictions?

  5. Mon point de vue tout à fait!

    Comme toi, j’ai vécu lorsque la télé avait 3 chaines et une fin des programmes (avec les hommes qui s’envolaient!). Et je crois que je pourrais presque vivre sans!

    Comme toi, mes séries qui étaient mes favorites il y a un moment sont passées au second plan depuis la naissance de M’zelle A. Jouer avec elle, lire avec elle est plus important. Elle a découvert la télé récemment et ne regarde que 3 programmes: le Roi Lion, Bouba et D’Artagnan (le petit chien). Et si elle regarde, nous sommes souvent à côté d’elle à décrire avec elle ce qu’elle voit. Parfois, nous la laissons seule devant la télé.

    Aussi ce qui me fait rager, ce sont les enfants avec leur propres télés dans leur chambre dès un âge jeune. Chez mes parents, nous choisissions ensemble ce que nous allions regarder (d’ailleur le jour où Les Dents de la Mer sont passées pour le prmeière fois à la tv, ma mère nous a dispensé de débarrasser le table!) et nous regardions ensemble. Libre à nous d’aller dans notre chambre ou dans le jardin si le programme ne nous intéressait pas!

    J’ai bcp dit mais comme toi, le sujet me tient à coeur!

  6. Je suis bien aise de te lire, maman débordée, parce que s’il y a un truc dont je me passe de plus en plus aisément, c’est bien la télé. C’est comme tout un tas de trucs (cigarette, sucreries diverses) il suffit de s’en passer une fois pour se rendre compte à quel point ils étaient peu indispensable.

    Il n’y a qu’un truc auquel je suis attachée, c’est ma niaiserie du matin sur la 2 (des jours et des vies) mais… personne n’est parfait.

  7. tout à fait vrai : moi j’ai seulement quatre chaines , c’est tout, pas le cable ni rien ! c’était pas forcement un choix, quand je suis arrivée dans cette maison il n’y avait rien d’autre – ;
    et en fait on a juste pris un lecteur dvd en plus, et on ne le vit pas mal ; on lit, on joue, on écoute de la musique …….

    et puis mes séries préférées passent pour l’instant sur les chaines publiques, alors –

  8. Mon mari prof a fait une intervention auprès des parents de CM2 pour leur expliquer les changements à l’arrivée en 6°. Quand le principal a expliqué qu’il fallait éviter la TV en semaine pour que les enfants aient un juste équilibre entre moments de pure détente (glande, lecture, jeux parce qu’en 6° on a encore besoin de jouer…) et travail scolaire, les parents étaient tous désemparés ! « Mais que vont-ils faire pour s’occuper et ne pas être dans nos pattes ? » En fait, il s’est avéré qu’à de rares exceptions près, tous les enfants avaient déjà la TV dans leur chambre !!! Et avec la responsabilité d’éteindre eux-même !!! Franchement, ça devient grave… L’expérience alsacienne aura au moins permis de montrer que la TV est un accessoire et non un indispensable.

    Et je suis d’accord avec tout ce que tu as dit sur le fait qu’il faille passer du temps en famille, que la TV peut être un moyen d’échanger, qu’il ne faut pas la diaboliser. Comme tout objet, elle est à notre service et ne doit pas nous mettre à son service…

  9. Je suis tout à faire d’accord.

    Nous sommes dans un monde moderne dans lequel la TV, les jeux vidéos et Internet font partie de nos vies.

    Mais éduquons et accompagnons les enfants. Il n’y a pas longtemps, nous avons fait une visite virtuelle du Louvre et du Musée d’Orsay grâce au net avant une « vraie » visite!

  10. Chez nous, chacun a son programme préféré, sinon je previens quelques minutes avant « après ce dessin animé, je vais éteindre et vous faites autre chose ». Sinon jamais de télé pendant les repas et pas de télé « fond sonore » quand personne ne la regarde vraiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *