2

Hopper ou l’art des embouteillages à Paris…

Grâce à ma carte Sésame Grand Palais, j’ai pu voir 2 fois l’exposition Bohèmes et une fois l’exposition Hopper

N’étant pas connaisseuse en matière d’arts, je suis sensible à la façon dont est organisée l’expo, les toiles mises en avant, l’éclairage, la possibilité de s’arrêter, de revenir en arrière, de lire les notes, de prendre des photos, etc.

Je découvrais donc complètement Hopper et plus généralement la peinture américaine.

La 1ère partie de l’exposition m’a parue longue, désorganisée, bruyante. La fréquentation est telle qu’il y a de véritables embouteillages et plusieurs fois, j’ai préféré passer mon chemin.

Entre les jeunes retraités bobos et les visites guidées de groupes scolaires (beaucoup de garçons de lycées professionnels), c’est parfois épique !

Toutefois quand on descend d’un étage et qu’on accède à la 2nde partie de l’exposition, où sont exposées les toiles les plus connues, tout est silencieux, calme et presque désert : à n’y rien comprendre !!!

 

Malgré ces désagréments, j’ai beaucoup aimé découvrir cet artiste et son travail sur la lumière.

L’exposition est prolongée jusqu’au 3 février (jour et nuit). Avec la carte Sésame, vous évitez les 3h de queue ! 

Vous pouvez aussi lire l’avis de Denis

Petit bonus le stand Berko à la sortie, où l’on peut acheter un cupcake !!!

 

Muriel

[social_share/]

2 commentaires sur “Hopper ou l’art des embouteillages à Paris…

  1. j’ai eu la même impression que vous: le début de l’expo Hopper m’a paru fort longue et ennuyeuse; je n’y ai pas trouvé de réponse à ce que je cherchais : qui était réellement Hopper, l’homme, qui se cachait derrière ce peintre ? Ce n’est qu’arrivée à la librairie de fin d’expo , en lisant les divers ouvrages, et notamment ceux destinés aux enfants, que j’ai appris beaucoup de choses sur cet artiste étonnant… Comme quoi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *