4

Blabla etc…

Il y a des corvées que l’on accomplit facilement, certaines deviennent des plaisirs, d’autres ressemblent à de la torture et on repousse jusqu’à l’extrême limite le moment de les faire. Malgré mes bonnes résolutions, il y a toujours des choses que je remets à demain : procrastination quand tu nous tiens ! Je pense m’être assez bien reprise en main et j’avoue qu’il y a des moments dont je suis assez fière. J’ai fait des choix, je suis moins patiente parfois, plus exigeante et j’appuie même là où ça fait mal quand j’estime qu’il le faut. Je l’avoue, je calque aussi pas mal mon comportement sur celui que les autres ont envers moi et j’adapte mieux mes relations sans en attendre trop. Je prends de la distance avec des faits ou des personnes quand j’en ressens le besoin.

Les enfants grandissant, je suis moins dans l’organisation familiale, même si j’ai toujours le planning de chacun en tête, moins aussi dans la performance. Je ne crains plus d’être une « mauvaise mère » ou de ne pas assurer. Du coup mes journées sont plus faciles à organiser en me focalisant juste sur mes impératifs.

A l’heure où j’écris, une de mes patientes gravement malade, maman de 5 enfants, est partie pour quelques jours avec sa soeur dans son pays de naissance. Depuis le début de la maladie il y a quelques années, toute sa vie ne tourne plus qu’autour des rdv à l’hôpital et de la préservation d’une vie de famille. Les hauts et les bas, les résultats d’examens, les douleurs, les nausées, les vomissements… Outre les soins, mon travail de soignante a été de lui faire prendre conscience du temps qui passe, des étapes qu’elle a franchi et que ce temps qu’elle gagne, elle doit aussi en faire quelque chose pour elle, même parfois égoïstement. Et je suis contente !!! Contente de la savoir dans cet avion, contente de l’avoir aidée à franchir le pas, contente d’avoir vu ses enfants la rassurer, l’encourager et lui montrer qu’ils sont conscients qu’elle doit vivre sa vie malgré tout. Je suis impatiente de la voir la semaine prochaine, pour qu’elle me raconte…

J’avais presque oublié que la personne la plus importante de ma vie, c’est moi ! Persoone ne peut vivre ma vie à ma place et si je ne vis pas ou que je vis à travers mon mari et mes enfants, je ne fais qu’augmenter ma frustration et perdre mon temps. Quand nous sommes ensemble, tout tourne autour d’eux, ils parasitent aussi mes pensées quand je fais quelque chose toute seule ou avec une copine. Parfois, je regrette même leur absence. Mais au bout du compte, j’engrange des souvenirs.

L’autre jour, les enfants m’ont fait sourire en réclamant qu’on fasse quelque chose en famille ce week-end (vu la météo çà va certainement tomber à l’eau) en disant qu’ils aimaient bien sortir avec moi car on fait toujours des trucs supers, que je leur fait découvrir un resto, une bonne adresse, un magasin. Du coup, ils sont fiers ensuite de faire découvrir à leurs amis… 

Boy, par exemple, va se promener de temps en temps à Paris avec ses potes et les emmène voir des monuments, manger des cupcakes ou faire du shopping. Comme moi, il a un bon sens de l’orientation et du bon sens tout court ! Donc avant de partir, il regarde sur internet, sur une appli comment se rendre à tel ou tel endroit, prévoit la durée du trajet et respecte l’heure limite de retour que nous fixons ensemble. Je rigole quand je l’entends répondre au téléphone à ses copains heureux d’avoir su se rendre seuls à une adresse où il était allé avec eux ou de leur indiquer comment y aller car perdus… cela nous donne l’occasion de rire tout en s’interrogeant sur ce mode de fonctionnement un peu bizarre…

Parfois je me mets en colère car qui dit famille de 6 personnes dit que chacun a ses priorités qui ne sont pas celles des autres. En ce moment, j’ai régulièrement des accrochages avec mes ados qui veulent tout tout de suite et pensent que je peux attendre des mois qu’ils fassent leurs corvées. L’autre jour excédée, j’ai fermée la porte du living room à clé, ce que je n’avais pas fait depuis des années et qui leur interdit l’accès à l’ordi familial et à la télé.  Et j’ai donné mes directives par téléphone pour le dîner !

Je sais que l’essentiel est là : je ne sacrifie pas grand chose, j’avance sur le chemin de ma vie, les enfants ont ce qui leur faut et un peu de bon sens en plus, ce qui n’est jamais du superflu !

 

Muriel

[social_share/]

4 commentaires sur “Blabla etc…

  1. Vous me faites toujours bien sourire !!! Mes enfants sont encore trés petits mais je suis à peu prés certaine que je pourrais ecrire les memes mots dans qq années … Oui apprendre à être égoiste pour une femme/maman est un long chemin, parfois inaccessible et pourtant essentiel à notre equilibre … Cérebralement ça le fait, mais concretement, c’est + dur à appliquer mais j’y travaille
    Je suis totalement d’accord avec les limites que vous continuez de donner à vos ados, si tous les parents donnaient de vraies limites ( et toujours remplies d’amour bien entendu ) je pense que nos enfants et ados seraient moins mal dans leur peau actuellement !!! Avoir des reperes, c’est primordial et ça nous evite d’aller les chercher ailleurs …. Dixit une fille de parents trés ( trop) laxistes qui a du aller trés loin pour comprendre ses limites !!! Désolée, j’ai fait un pavé !!! Bon we en famille

  2. Je passe régulièrement sur votre blog même si je ne laisse jamais de message. Je suis moi-même maman de famille nombreuse et indépendante et pour le moment je me pose aussi beaucoup de question sur mon emploi du temps qui tourne beaucoup autour de ma famille et mon travail. Pour moi, je ne prends jamais de temps. Ce post me parle beaucoup. Il faudra que je le relise plusieurs fois pour intégrer le fait que je peux être égoïste…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *