1

Développement personnel

Il y a un an, j’arrêtais mon activité libérale pour différentes raisons. J’ai passé 4 mois à la maison, obligée de suivre un rythme qui n’était pas forcément le mien mais utile pour prendre du recul, faire un bilan et surtout constater que j’avais une énorme chance : être libre de toute contingence matérielle et pouvoir vraiment décider de ce que je ferai dorénavant. Des enfants devenus de jeunes adultes pour moitié et des ados pour l’autre aide aussi à libérer son esprit.

Etre infirmière est dans mon ADN comme être mère. Ce sont les rôles les plus importants et les plus gratifiants que je tiendrai dans ma vie sans aucun doute. Arrivent ensuite la blogueuse, l’épouse, la fille de, la soeur de et l’amie… J’ai fait le bilan de ma vie, de mes rêves. J’ai pris le temps d’écrire mes morning pages,  au point d’avoir plus de 3 carnets remplis maintenant. J’ai mis de côté tout ce dont je ne voulais plus. J’ai fixé mes critères (les non négociables) et j’ai eu la chance d’être recrutée pour un emploi, auquel je n’avais pas postulé, mais qui les remplit tous.

Dans ma profession outre les fameux 14 besoins de Virginia Henderson, on utilise aussi la pyramide de Maslow pour poser des diagnostics infirmiers… En matière de développement personnel, il est important d’utiliser des outils simples et clairs. J’ai à ma disposition des outils qui me parlent, un certain regard critique sur moi-même et surtout l’envie d’évoluer en permanence. J’ai passé 2 ans avec une psychologue dans une forme de supervision, d’analyse de pratique professionnelle, qui m’ont permis de prendre du recul, de m’auto évaluer et de trouver mes ressources internes. A sa façon, elle m’a permis aussi de passer ce cap facilement en me disant que j’étais prête.

Du coup, j’ai repris mes outils, mes grilles. J’ai dû refaire mon CV. Je me suis rendue compte que je n’y avais pas touché depuis 10 ans : la dernière version datait de ma préparation au concours d’entrée à l’école des cadres en soins infirmiers en 2006 ! Le reprendre, être soufflée, le compléter et réaliser douloureusement, un peu comme quelques années après le bac, tout ce que j’ai « perdu » et le peu que j’ai gagné (je ne parle que d’un point de vue intellectuel). L’écriture de protocoles, d’articles professionnels, la formation de futurs infirmiers, tout cela a été mis de côté pendant 7 ans. Heureusement qu’il y avait le blog pour me sortir la tête du trou, éveiller mon intérêt tout en me permettant d’acquérir d’autres compétences.

J’ai vieilli, j’ai changé mais l’essentiel est toujours là : avec mes tripes, je suis et demeurerai pour toujours une infirmière. En changeant de secteur d’activité, j’ai retrouvé le plaisir, mes fondamentaux, mes fameuses valeurs personnelles et professionnelles. Et plus qu’il y a 20 ans, je sais pourquoi je suis qui je suis, ce que je recherche dans ce métier. J’ai réalisé que j’étais au sommet de la pyramide de Maslow : la « réalisation de soi ». Je m’épanouis à la fois dans ce nouveau poste, tout en étant ouverte à tous les possibles. Je ne sais toujours pas si j’ai envie de faire la formation pour devenir cheffe de service. Par contre, j’ai obtenu l’accord pour faire celle d’accompagnement à la parentalité. Ce nouveau job est extrêmement enrichissant et valorisant: je peux y mettre ce que je suis sans crainte et développer de nouvelles compétences. Je peux être à la fois infirmière, maman, épouse, femme et femme noire face à des personnes sans logement, sans travail, sans argent, sans papiers et face à ma hiérarchie. Je « soigne », j’accompagne, j’argumente avec mes mots. Ils/elles me remercient alors que c’est moi qu’ils nourrissent, qu’ils font grandir encore un peu. Le moindre sourire, le plus petit geste revêt une importance dont vous n’avez pas idée, mais qu’est ce que ça fait du bien de revenir à l’essentiel : l’humain !

 

image

 

Muriel

1 commentaire
1

5 mois plus tard…

Nouveau job, nouvelle vie depuis 5 mois maintenant…

Comment vous décrire ce sentiment, cette sensation « d’être dans la vraie vie » après près de 20 ans d’horaires et de jours décalés ?

Si je ne fais plus de soins, j’organise mon travail comme je veux au sein de cette nouvelle équipe de travailleurs sociaux et j’effectue toujours des visites à domicile qui me font découvrir de rues, des ruelles, des passages. Je découvre réellement la vie des personnes fragiles socialement dans notre pays.  Exercer le même métier différemment, découvrir le fonctionnement d’une entreprise privée, même s’il s’agit d’un groupe associatif à but non lucratif. Dossiers, entretiens, évaluations, projets, ateliers de prévention, interventions, recherche de partenariats, formations sont mon lot quotidien et cela me fait du bien d’être sollicitée intellectuellement : j’adore çà !

Pour la 1ère fois depuis 20 ans, j’ai profité des nombreux jours fériés et ponts du mois de Mai : un délice ! En plus, pas de prise de tête pour des questions de planning… J’ai posé 3 semaines de vacances cet été sans que l’on me dise quoi que ce soit !!! Je quitte le bureau sans état d’âme, sans culpabilité. Si j’amène du « travail » à la maison, ce sont juste des documents à lire, pour apprendre encore et toujours, juste pour le plaisir et au cas où l’envie de « devenir chef » me reprendrait.

Comme il faut bien un côté négatif, je ne vous cacherai pas que j’ai pris du poids malgré mes résolutions et mon inscription au club de gym dans la rue à côté du bureau. J’essaie de me reprendre en main mais ce n’est pas le plus urgent. Je réussis à ne pas pester contre les aléas du métro, à garder la joie et l’envie intacte. Les jours défilent si vite parfois que je progresse presque malgré moi au niveau de mon organisation personnelle (enfin !!! Il n’est jamais trop tard…).

Pour des raisons que vous comprendrez aisément, je ne parlerai pas ou peu de mes collègues. Parce qu’il n’y a pas grand chose à dire à part qu’ils sont jeunes et sympas. J’ai un peu de mal à admettre que je suis la plus âgée de l’équipe et bien sûr la seule mère de famille nombreuse. Je sens bien le décalage, qui n’est pas forcément celui que l’on pourrait penser.

A la maison, c’est aussi un gros changement : comme une espèce de reconnaissance de la part de Petit mari… Il s’intéresse vraiment à ce que je fais car nous avons presque un langage professionnel commun, fait de réunions, de « co-pils », d’évaluations, de financements etc. Il me pose des questions sur mes journées et mes projets. Nous faisons même des trajets ensemble (j’ai profité de l’air conditionné de la voiture la semaine dernière). Quelque part, cela nous a rapproché.

IMG_5199  IMG_3747  IMG_5175

IMG_4720

IMG_5347 IMG_6683 IMG_7061

 

Muriel

1 commentaire
0

Les yogis du coeur

Croiser des apprentis yogis et des runneurs dans le métro un dimanche matin d’octobre…

Il y avait les 20km de Paris et les Yogis du coeur au Grand Palais dont je vous ai parlé jeudi dernier. J’ai laissé toute ma troupe endormie à la maison. Je me suis emmitouflée mais pas trop car, plan Vigipirate oblige, il fallait venir en tenue de yoga. Je pensais être seule au milieu de cette foule de 2000 participants. En fait j’ai retrouvé une copine blogueuse et des amis yogis, rencontrés aux cours de Oriane.

Cela avait quelque chose d’émouvant d’être réunis dans l’un des plus beaux monuments de Paris pour une cause humanitaire. D’y trouver la paix, la sérénité, le partage en effectuant une bonne action pour des enfants malades. L’évènement a permis de rassembler assez argent pour opérer 5 enfants ! Cela valait donc le coup de se lever tôt et d’affronter le froid parisien un dimanche matin pour ouvrir ses chakras (çà fait toujours mourir de rire mon fils !) et saluer le soleil. J’ai vécu quelque chose d’intense que je recommencerai avec plaisir.

img_1325-1 img_1317-1 img_1308-1

Muriel

Commenter
0

Mécénat chirurgie cardiaque

mcc_logo_couleur

Mécénat Chirurgie Cardiaque permet à des enfants atteints de malformations cardiaques et venant de pays défavorisés de se faire opérer en France lorsque cela est impossible chez eux faute de moyens techniques ou financiers. Hébergés par des familles d’accueil bénévoles et opérés dans neuf villes de France (Angers, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes, Paris, Strasbourg, Toulouse et Tours), près de 2800 enfants ont déjà été pris en charge depuis la création de l’Association en 1996 par le Professeur Francine Leca et Patrice Roynette.

100% des fonds étant reversés à l’association pour l’opération d’enfants malades, j’ai voulu partager avec vous 2 évènements dont un auquel je participerai dimanche.

 

banniere yogis du coeur

Créé en 2014 Les Yogis du Cœur proposent un nouveau rendez-vous solidaire autour du Yoga. Une pratique collective placée sous le signe du partage et du bien-être dans un lieu exceptionnel. Après deux éditions à l’orangerie du Château de Versailles, l’Association investit la Nef du Grand Palais pour une session universelle dédiée aux enfants dans une ambiance zen & solidaire.

La séance collective de yoga d’1h30 sera animée par un collectif de professeurs bénévoles et comprendra des exercices de respiration, un enchainement dynamique de postures de yoga traditionnelles et une session de relaxation. Le tout, dans un esprit de générosité et avec le sourire ! La séance est accessible à tous. Y compris aux débutants et aux enfants.
Pour les 20 ans de l’association, Mécénat Chirurgie Cardiaque souhaite réunir 2000 participants.
Le Grand Palais est  le monument emblématique de la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais, mis à disposition gracieusement pour l’occasion. Construit pour l’Exposition universelle de 1900 et consacré « par la République à la gloire de l’art français », il a été classé monument historique en 2000. L’édifice de 77 000 m², connu pour sa grande verrière lumineuse et son imposante charpente métallique, accueille régulièrement de grands événements et expositions. Un lieu rêvé pour les Yogis du Cœur.

Tarifs et conditions de participation :
• Tarifs adultes :
25€ : Session de yoga (Tee-shirt collector en coton bio YUJ offert)
55€ : Session de yoga + tapis de yoga en liège Nature & Découvertes (Tee-shirt collector en coton bio YUJ offert)
• Tarif mini yogi :
15€ pour les 6-12 ans

Date : Dimanche 9 octobre
10h : Ouverture des portes, accueil
11h précises : début de la séance de yoga d’1h30 ouverte à tous (débutants bienvenus)

 

ourson_brillant

Eric Bombard Cachemire s’associe de tout cœur cet hiver à la cause de Mécénat Chirurgie Cardiaque. Petit Ourson se pare de cachemire et revêt les modèles emblématiques de la collection Automne-Hiver 2016.

En édition limitée (1.000 ex) « Hoodie bear », « Navy bear » et « Glitter bear » seront exclusivement disponibles dans les boutiques Eric Bompard à partir de mi-novembre.
Les bénéfices des ventes de ces produits seront intégralement reversés à l’Association pour permettre à des enfants démunis et souffrant de malformations cardiaques d’être opérés.
Prix : 32€

ourson_capuche ourson_matelot

Eric Bompard porte depuis trente ans la passion d’une Maison pour une matière d’exception, le cachemire. Ses pièces, créées à partir des meilleurs fils de la Capra Arbas, sont l’emblème d’un savoir-faire unique et d’une qualité incontestable. Chaque saison Eric Bompard présente ainsi une collection de cent cinquante pièces pour femme, homme et enfant. Les couleurs ont été l’une des clés de son extraordinaire succès : plus de 400 nuances de coloris ont été présentées depuis sa création. Par ailleurs, le studio de création Eric Bompard s’implique, chaque saison, dans la recherche de techniques de maillages et de tricot innovantes pour offrir une variété inégalée et exclusive de points. Un riche et doux héritage que la Maison est fière de partager depuis 1985.

Dons et informations : www.mecenat-cardiaque.org – 01 49 24 02 02

Muriel

Commenter
0

Octobre rose campagne 2016

Depuis 23 ans, l’association «Le Cancer du Sein, Parlons-en !» organise tous les mois d’octobre, une campagne de sensibilisation en France.

Son but ? Informer les femmes et l’opinion publique sur l’importance du dépistage précoce et le suivi médical (auto-palpation, visite gynécologique annuelle, mammographie, frottis,…).

Octobre 2016 est l’occasion de révolutionner pour de bon la façon de communiquer sur ce problème de société important. Dédramatiser le discours pour fédérer les femmes, alerter l’opinion publique tout en gardant un message d’espoir : lutter contre le cancer, c’est avant tout lutter pour que la vie continue, et avec elle, la joie de vivre.

De cette philosophie est né notre slogan : «Ma vie en rose, il faut que ça continue». De ce slogan est né le #MaVieEnRose, pour créer un lien social identitaire qui rassemble les femmes autour d’une philosophie optimiste.

Le lancement de la campagne commence par un affichage national des visuels mettant en scène des femmes de tous horizons et de tous âges, associés au slogan «Ma vie en rose, il faut que ça continue».

entete_rubanrose

 

Muriel

Commenter