0

Chipotle la grosse bouffe mexicaine des ados

Vegan et autres partisans d’une alimentation saine et équilibrée, passez votre chemin ! Quoi que vous pouvez opter pour une version végétarienne…

Ce post s’adresse aux amoureux de bouffe mexicaine, de riz et haricots rouges ou noirs bien bourratifs, d’épices et autres choses qui ont du goût. C’est une adresse aussi pour les ados et jeunes adultes.

A la maison vu les origines antillo-guyanaises, les repas du dimanche sont souvent à base de riz et d’une viande en sauce, plus ou moins arrosés de haricots rouges. On aime aussi la feijoada brésilienne et les tacos mexicains. A New York, nous avions mangé tex mex dans un très bon resto de Brooklyn, Alma avec une superbe vue sur la skyline…

Ce sont mes 2 grands Boy et Grande fille qui ont parlé les 1ers de Chipotle, cette chaîne américaine de fast food, spécialiste des burritos et des tacos, lorsqu’ils y ont postulé pour un job d’été il y a 2 ans. Comme je ne connaissais pas, j’ai voulu tester avec eux. Autant vous le dire, il vaut mieux ne pas avoir mangé depuis 24-48h ou avoir un appétit d’ado pour venir à bout de son burrito, surtout si vous y ajoutez des suppléments !

margarita Chipotle

 

Pour ceux qui ne connaissent pas le principe, c’est un burrito chaud préparé à la demande. C’est vous qui choisissez le type de haricots (noirs ou blancs), de riz (blanc ou complet), de sauce épicée (pimentée ou pas), de crudités (salade, tomate, poivron, oignon), si vous voulez ajouter du fromage, de la crème aigre et/ou du guacamole. Vous choisissez la viande : porc (carnitas) mais il y a aussi boeuf ou poulet. Vous pouvez même choisi double viande ! Il y a aussi une formule sans… Vous avez le choix entre le burrito classique (enroulé dans sa tortilla) ou l’assiette de burrito (burrito bowl aux Etats-Unis), qui est tout simplement la garniture du burrito sans la tortilla, servie dans un bol allongé, comme une assiette classique. Plus facile à manger… Vous pouvez choisir un version de 3 tacos, garnis aussi à la demande.

En bonus, vous pouvez commander des chips de farine de maïs à tremper dans une portion de guacamole. Et vous faire la totale en arrosant le tout d’une délicieuse margarita ou d’une bière mexicaine ou comme mes enfants, d’un Dr Pepper (le soda à la cerise noire).

Pour 10 à 16€, c’est un de nos points de chute favoris quand nous allons au centre commercial Beaugrenelle en famille ou à sur le parvis de La Défense. Il m’est aussi arrivé d’acheter à emporter

Bref une adresse un peu différente qui plaît aux ados bons mangeurs 😉

burrito Chipotle

image

avec les ados

 

Muriel

Commenter
5

Boy a 20 ans

Dans la série « après les fêtes c’est encore la fête », hier nous avons célébré en famille les 20 ans de Boy. 20 ans déjà !!!

Il a ce petit truc bien à lui qui le rend spécial aux yeux de tous ceux qui l’entourent et une place bien spécifique au milieu de ses soeurs. Il est cette petite étoile, ce petit grain qui anime les moments qu’ils passent ensemble.

Il est ce petit fils qui prend rendez-vous pour déjeuner avec sa grand-mère maternelle. Il est ce neveu qui passe rendre visite et rend service à ses oncles, comme un ami. Il est ce frère qui offre à ses soeurs une journée à Disneyland en guise de cadeau de Noël. Il est ce fils qui s’assoit à côté de son père pour regarder les matchs de foot et celui qui se moque gentiment du yoga, des chakras et des séances de méditations de sa mère, tout en lui offrant tout ce qu’il faut pour ses séances. Il est le copain toujours disponible pour ses amis de jour comme de nuit, prêt à organiser un séjour à Londres ou au ski.

Il est ce jeune homme qui ne réalise pas encore qu’il a grandi.

Il y a quelques semaines, nous nous sommes retrouvés un dimanche matin en famille élargie pour une séance photo avec ma mère.  La séance terminée, nos enfants se sont amusés et j’ai capturé ce moment…

SONY DSC SONY DSC SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC SONY DSC SONY DSC

 SONY DSC

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Muriel

5 commentaires
0

#charitylikes avec Pampers Unicef

Il y a quelques semaines, j’étais invitée en compagnie d’autres parents blogueurs à rencontrer les équipes de Pampers et Unicef lors d’un joli dîner au fil de l’eau pour parler d’une opération qui leur tient à coeur depuis pas mal d’années.

Le tétanos maternel et néonatal affecte les familles dans quelques-unes des régions les plus pauvres du monde.
Les nouveau-nés sont infectés au moment de l’accouchement lorsque les conditions d’hygiène sont mauvaises, par exemple si des instruments non stérilisés sont utilisés pour couper le cordon ombilical. En cas d’infection, il n’existe pas de traitement, c’est pourquoi il est important de se mobiliser pour vaincre ce fléau.

 

 pampers-unicef-11 pampers-unicef-68

Depuis 11 ans grâce au partenariat PAMPERS-UNICEF, 19 pays ont éliminé le tétanos maternel et néonatal.

19 pays sont encore menacés soit la moitié du chemin accompli par Pampers et l’UNICEF vers l’élimination mondiale de ce fléau.

500 000 nouveau-nés sauvés, encore 49 000 nouveau-nés meurent chaque année.

PARCE QU’IL RESTE 19 PAYS DANS LESQUELS LA MALADIE REPRÉSENTE TOUJOURS UNE MENACE : Afghanistan, Angola, Éthiopie, Guinée équatoriale, Guinée-Conakry, Haïti, Kenya, Mali, Nigeria, Pakistan, Philippines, Papouasie-Nouvelle-Guinée, RCA, RDC, République du Soudan, République du Soudan du Sud, Somalie, Tchad, Yémen.

 

pampers-unicef-2pampers-unicef-3pampers-unicef-70pampers-unicef-120

ENSEMBLE C’EST POSSIBLE, ALORS VOUS AUSSI ENGAGEZ-VOUS AVEC PAMPERS ET L’UNICEF !

COMMENT AIDER ?

Depuis le 1er octobre et jusqu’au 31 décembre 2016, en magasins et sur les réseaux sociaux :

1 paquet = 1 vaccin

pour chaque achat d’un paquet de couches Pampers porteur du logo de l’UNICEF, Pampers offrira un vaccin antitétanique à l’UNICEF.

pampersunicef_logo-512x214

1 like/partage/retweet = 1 vaccin

pour chaque like ou chaque partage, chaque retweet de la vidéo «Incroyables bébés» avec le #charitylikes qui montre à quel point les bébés peuvent nous aider à sauver des vies, ne serait-ce qu’en portant des couches Pampers, la marque offrira un vaccin antitétanique à l’UNICEF.

Une autre façon de faire une bonne action, surtout quand on a un petit budget 😉

Vous pouvez aussi faire un don directement à l’Unicef !

 

Plus d’informations sur www.pampers.com ou www.unicef.fr

Muriel

Commenter
3

Minette 1ère partie

Minette est née en mars 2000, à 37 SA comme ses aînés. Elle a donc 16 ans 1/2. C’était une naissance programmée car mon obstétricien était gravement malade et son remplaçant débordé de travail. C’était un vendredi, ce jour-là il y avait grève à l’éducation nationale donc Grande fille et Boy étaient dans ma chambre à la clinique attendant sagement la naissance de leur petit(e) frère/soeur (on ne connaissait pas le sexe). Petit mari faisait la navette entre la salle d’accouchement et la chambre. Ce que nous avons retenu, c’est l’absence de cri, la sage-femme silencieuse hyper concentrée pendant ce qui nous a paru une éternité. Et enfin cette respiration, pour nous la délivrance et la joie. Elle est née avec 2 ou 3 tours de cordon autour du cou. C’est elle qui a choisi son prénom en réagissant à l’un et pas à l’autre.

C’était un bébé facile à vivre qui a marché à 15 mois le 1er jour de nos vacances en Guadeloupe en 2001. Elle a été gardée par une nounou à temps partiel 3 jours par semaine quand je travaillais à 60% d’après-midi à l’hôpital, puis en halte-garderie 1 jour 1/2 par semaine quand je suis passée à temps complet de nuit. Clairement les bébés nageurs n’étaient pas son truc, du coup Petit mari a abandonné définitivement quand elle a eu 18 mois.

Elle a fait sa 1ère rentrée scolaire à 2 ans 1/2 dans l’école de quartier, en plein apprentissage de la lecture. Ses aînés lui lisaient l’histoire du soir… A 3 ans, elle a décidé qu’elle apprendrait le violon et qu’elle serait cuisinière. C’est l’époque où nous passions quasiment tout notre mercredi au conservatoire à attendre les grands. J’étais hyper équipée entre le livre de lecture, les feuilles, les feutres, les crayons, les jouets et le pique-nique. Elle assistait aux cours de violoncelle et de flûte traversière avec moi dans un coin, sa sagesse faisait l’admiration des profs. Elle m’accompagnait aussi dans les divers formations et ateliers auxquels j’assistais. Je me souviens d’une session Montessori où les parents apprenaient à utiliser les réglettes de calcul, les Attrimaths et le Tangram. Elle était assise à côté de moi pendant que le prof nous expliquait le Tangram et en moins d’une minute elle a construit le carré avec les 7 éléments. Ce qui a laissé l’enseignant bouche bée et donné des complexes à quelques parents qui ont eu beaucoup de mal à y parvenir lorsque ce fut notre tour…

Décidée, volontaire, parfois frondeuse et capable de grosses colères qui nous faisaient craindre pour son apprentissage du violon. Notre pire cauchemar était qu’elle le fracasse contre un mur dans un accès de colère. Pourtant c’est une enfant discrète et timide mais qui a un certain charisme : elle ne passe pas inaperçue et crée des liens très facilement. Ce que Grande fille lui a longtemps envié.

En plus d’être la « petite soeur de », elle a eu la chance de tomber sur des enseignants qui avaient eu les grands et/ou qui étaient sensibilisés à la question de la précocité intellectuelle. Ainsi elle s’est retrouvée dans une classe double niveau MS/GS quand elle est passée en moyenne section de maternelle. Fin septembre, l’instit nous a annoncé qu’elle passerait dans le groupe Grande section au retour des vacances de la Toussaint. Du coup, nous l’avons fait tester à 5 ans. Encore une fois plus pour comprendre comment elle réfléchit, comment la « coacher » que pour le chiffre en lui-même (qui nous a laissé sur le c..) et surtout pour que le saut de classe ne soit pas contesté par l’école primaire comme nous en avions fait l’expérience avec Grande fille. A l’époque je faisais du soutien scolaire à une enfant en CE2 qui avait énormément de difficultés avec le calcul mental et les tables d’additions. J’étais obligée de faire sortir Minette de la pièce où nous travaillions ou de lui faire les gros yeux afin qu’elle se taise et ne donne pas systématiquement le résultat !

Comme son frère, elle n’était pas une grande fan de lecture « classique » mais lisait l’histoire du soir à Miss A avec plaisir. Elle faisait du piano, du violon, de la danse classique et du judo. Très vive d’esprit, le sens de la répartie et de l’anticipation, un grand sens de l’humour (même à ses dépens) et une passion pour les pubs télé.

Ce que nous avons retenu du CP, c’est la réunion de rentrée où l’instit a dit que pour la 1ère fois de sa carrière (alors que c’était sa dernière année d’enseignement), elle n’avait pas d’enfant lecteur dans sa classe. Petit mari et moi avons failli tomber de nos chaises ! A la fin de la réunion lors d’un bref aparté, nous lui avons fait part de notre étonnement et de la réalité. En rentrant à la maison, Minette nous a  carrément dit qu’elle ne voyait pas l’utilité de le dire à la maîtresse… Nous avons donc investi dans des fichiers de lecture silencieuse et de maths avec la perspective d’un saut de CE2.

L’année suivante, elle s’est retrouvée dans un double niveau CE1-CE2 qui nous a fait mariner quant au saut de classe qui aurait pu se faire comme en maternelle avec un glissement en cours d’année tout en gardant les mêmes camarades. Mais elle est partie en congé maternité. Pas de dialogue possible avec la remplaçante qui était limite exécrable.

Nous avons repris espoir à la rentrée quand nous avons vu qu’elle était à nouveau dans un double niveau CE2-CM1 cette fois-ci. Minette retrouvait son instit de retour de maternité avec plaisir. Mais en fait l’instit avait juste fait son marché parmi les élèves en prenant les plus autonomes des CE2 pour se consacrer essentiellement aux CM1. Et remettant bien sûr aux calendes grecs le glissement que la psychologue avait recommandé et nous demandions… Du coup, nous avons pris la décision de la mettre en CHAM. A défaut de saut de classe, elle consacrerait plus de temps à la danse et à la musique tout en se découvrant une passion pour le théâtre !

Elle a donc effectué CM1 puis CM2 dans une école à 15mn de chez nous. Alors qu’elle était poussée par la prof de violon qui en fait remplaçait la prof titulaire, celle-ci ayant des soucis familiaux s’est contentée du minimum avec ses élèves. En tant que parents, ce fut douloureux pour nous de constater le manque d’investissement, voire la fainéantise de certains enseignants face à des enfants vifs, intelligents et désireux d’apprendre. Des enfants suffisamment polis et tolérants pour ne pas les bousculer en étant insupportables. Oui parfois nous avons regretté la sagesse et l’adaptation scolaire de nos enfants : un comble ! On nous a clairement fait comprendre en gros que vu nos origines, notre lieu de résidence, nous avions de la chance, qu’il ne fallait pas être trop gourmands…

 

Muriel

3 commentaires
0

Nouveaux pères avec #pamperspapa

Qu’est ce qu’être père ?

Est-ce être « chef de famille » comme pour la génération de mes parents ?

Est-ce le seul et unique dépositaire de l’autorité ?

Est-ce le monsieur debout dans un coin la mine froncée qui ne devrait pas être là parce que c’est un « truc de bonne femme » ?

En fait, je ne sais pas ce qu’est être père puisque je suis une mère et que j’estime que chacun a son importance dans la parentalité. Etre père ou mère c’est avant tout une histoire personnelle faite de modèles ou de contre-modèles.

Les revendications féministes, le combat pour l’égalité des sexes, le partage de l’autorité parentale, la reconnaissance de l’homoparentalité, ont clairement fait bouger les lignes du bon comme du mauvais côté.

Pour moi être père, çà commence dès la naissance voire avant quand l’enfant entend cette voix différente de celle de sa mère, cette grande main chaude qui se pose sur son ventre. C’est donner le bain, changer, nourrir, jouer, bercer, c’est l’amour et l’attention que l’on met dans ces gestes. Je suis maman de 4 grands enfants maintenant mais qu’est ce que j’ai aimé voir mon mari prendre ses enfants dans ses bras, le retrouver endormi avec son bébé sur la poitrine, l’entendre chanter des chansons douces (les enfants connaissent tout le répertoire de Henri Salvador grâce à lui)… J’ai aimé aussi ses appels au secours parfois ! Je lui ai toujours fait confiance les yeux fermés pour nos enfants, même nourrissons de quelques jours ou quelques semaines. Pas parce qu’il était issu d’une nombreuse fratrie (il est le 8è de 10 enfants), juste parce que c’est le père de mes enfants et que son désir était d’être une meilleure mère que moi !!! Nous nous sommes même disputés parce qu’il critiquait ma façon de donner le bain par dessus mon épaule ou de ne pas serrer la couche comme lui.

Il changeait les couches, habillait, coiffait, accompagnait à la crèche puis à l’école. J’aimais voir cette fierté dans ses yeux et la complicité avec chacun de nos enfants.

 

#pamperspapa

Pampers France vient de dévoiler une vidéo allemande, avec des papas qui partagent leurs expériences du change avec leur bébé. et propose aujourd’hui aux papas français de participer au casting du prochain film #PampersPapa.

Du 2 novembre au 1er décembre, envoyez une photo de papa et bébé (6 mois – 2 ans) avec le hashtag #PampersPapa et racontez le moment qu’ils préfèrent partager (les mamans peuvent inscrire leur compagnon hein !). 10 papas seront désignés par un jury de parents et de professionnels (je risque d’en faire partie)

Pour participer, rendez-vous directement sur la page Facebook de Pampers : ICI

 

 

Muriel

Commenter