0

Planning des vacances…

2 petites semaines de vacances pour les parents ; 5 semaines pour les enfants : notre planning de vacances est toujours simple et injuste. A peine rentrés de St Paul de Vence, Boy, Minette et Miss A sont partis en colo pour 3 semaines, si on peut encore appeler comme çà les séjours qu’ils vont faire !

Après l’aventure des dossiers envoyés en février, arrivés au mauvais bureau, classés verticalement (à la poubelle), le CE de Petit mari a bien rattrapé le coup (on sent la culpabilité des gens qui doivent être eux aussi parents, et surtout des mamans) :

  • Boy part faire un raid aux Açores,
  • Minette va visiter les îles grecques (je meurs littéralement de jalousie en lisant le descriptif du voyage)
  • et Miss A va faire ce qu’elle fait le mieux : cuisiner et manger dans une colo à thème en Isère

Qui dit raid ou séjour itinérant, dit sac à dos, sac de couchage, tapis de sol et voyager léger ! Cela s’annonçait mal pour Boy qui collectionne les baskets. Mais il a étrangement réussi à faire un sac de moins de 14 kg en se contentant d’une seule paire de baskets en dehors de ses chaussures de marche et d’une paire de tongs. J’ai encore du mal à y croire ! Il a dû réfléchir quand il a réalisé qu’il devrait marcher chaque jour avec son sac sur le dos, cela doit rendre raisonnable… Et Grande fille n’a pas manqué de lui rappeler un de nos films familiaux préférés : St Jacques La Mecque de Coline Serreau.

IMG_8102

 IMG_8119 IMG_8121

Il a fallu se lever avant l’aurore pour accompagner Minette et Miss A au lieu de rdv et déposer Boy directement à Orly en début d’après-midi. Ils sont bien partis et bien arrivés. Dans ces cas là, on remercie quand même les smartphones qui permettent de nous rassurer rapidement surtout quand on n’a pas les plans de vol ! Minette a fait escale à Munich, Boy à Lisbonne. Ouuuuuuh, je vous vois venir. Non, je ne suis pas le genre de mère à harceler mes enfants par téléphone. Nous échangeons juste des sms à caractère informatif « on va embarquer », « bien arrivé à ». Je réponds par des « ok » « bisous et bonnes vacances ». Bon parfois j’ajoute « n’oublies pas de bien ranger tes affaires, de faire attention à tes sous et à ton portable ». C’est tout promis !

De son côté, Grande fille mène une vie de célibataire à budget limité en région parisienne. Malgré plusieurs entretiens, elle n’a pas réussi à décrocher un job d’été. Du coup, elle aura passé près de 3 mois sans activité à la maison… Je crois qu’elle a compris sa douleur car elle s’est ennuyée +++ et a compris que ce n’était pas drôle de ne pas avoir de sous en poche. Oui, je suis aussi ce genre de mère que ne paie pas de vacances à une jeune adulte qui n’a pas respecté notre accord depuis 2 ans. C’est çà la vie d’adulte ! En « échange », nous avons avancé l’argent nécessaire à l’auto-école (une partie sera prise sur l’épargne que nous avons constituée pour chaque enfant). Depuis un mois elle bosse son code avec pour objectif de l’avoir au mois de septembre.

Comme d’habitude, j’ai de grands projets de bricolage pour le mois d’août qui dépendront essentiellement de la possibilité d’avoir des jours de repos. Pour l’instant, ce n’est pas gagné !

 

Muriel

Commenter
0

Ici et maintenant…

Etre dans l’instant présent : ici et maintenant.

Chacune de mes journées est unique, par son nombre de patients qui n’est jamais le même, par le déroulement des soins, par la possibilité ou non d’être remplacée.

Je compte mes jours de repos à l’unité, je croise les doigts contre les défections de dernière minute…

J’ai du boulot et c’est déjà une chance par les temps qui courent !

Les jours défilent, les différentes échéances des enfants se passent ou sont passées, avec et sans moi. Les enfants et Petit mari sont de véritables soutiens en essayant d’être d’humeur égale, en évitant de me faire répéter 36 fois les mêmes choses, en se mettant en colère parfois à ma place, en posant la main sur mon épaule ou en me caressant le dos.

Alors on avance, doucement mais surement. Nos soirées sont riches d’éclats de rire, de dérision, de petites piques, de discussions à propos des envies de chacun, de leurs rêves d’ados. Je crois que çà faisait très longtemps que nous ne nous étions pas sentis aussi bien en famille. Nous profitons à fond des soirées car je mets un point d’honneur maintenant à être rentrée pour 20h au plus tard. Je deviens réellement psycho rigide sur ma qualité de vie.

J’ai du me passer de yoga pendant 4 semaines et j’ai ressenti le manque physiquement. La conclusion est simple : mon corps et mon esprit en ont besoin ! Alors j’écoute, je m’écoute, je m’entends. Je mets des mots sur mes vieilles douleurs, sur des tensions nouvelles, sur la fatigue mais je repère aussi mieux ce qui me réussit : une minute de respiration profonde, une sieste, m’étirer, bailler, faire une pause petit déjeuner quand j’ai 20mn devant moi.

Pour l’instant, je bricole mon organisation estivale et je sais à peu près où je vais jusqu’au 4 août. Au-delà, c’est le flou : j’aviserai en rentrant de mes 14 jours de vacances.

Une sombre histoire de dossiers perdus a failli coûter à Boy et ses 2 petites soeurs leurs colos d’août. Notre fils qui avait droit à un « grand voyage » pour sa dernière colo pensait partir aux USA ou en Thaïlande (comme sa soeur qui était partie 3 semaines dans l’Ouest américain) ; ce sera les Açores (il restait de la place). Minette qui rêvait d’Italie ou de Grèce ne partira pas. Seule Miss A eu de la chance : la colo qu’elle visait n’était pas complète ! Heureusement que nous avions envoyé les dossiers le 10 février mais avec les réorganisations de comité d’entreprise, ils ont atterri dans la poubelle d’une personne bien intentionnée, à qui cela coûtait beaucoup visiblement de les mettre en courrier interne à destination du nouveau bon service…

Grande fille redouble sa Paces (1ère année de médecine), Boy attend avec impatience les résultats du bac, Minette les résultats du brevet et Miss A attend juste la fin de l’école puisque c’est la seule à devoir encore y aller pour quelques jours.

Le 4 juillet, nous fêterons la fin d’une époque : nous n’aurons plus d’enfant à l’école primaire !!! A la rentrée, nous aurons une collégienne, une lycéenne et 2 étudiants. Cela fait quand même tout drôle quand j’y pense !

IMG_7438

 

Muriel

Commenter
9

Boy passe le bac…

 

IMG_7361

Ne vous fiez pas à son air cool, relax… Boy comme plus de 700 000 autres jeunes (et moins jeunes) passe les épreuves du bac S depuis lundi. Comme lui, je n’ai pas vu passer ses 3 années de lycée ! Bientôt j’aurai 2 enfants bacheliers… Je vois bien qu’il stresse un peu mais surtout qu’il a du mal à réaliser qu’il touche au but, ce truc qui lui paraissait si lointain et qu’il est sur le seuil de sa vie d’adulte. Il se sent à la fois grand et pourtant petit, toujours dans ce paradoxe depuis qu’il est né de vouloir être « plus grand ». Il grogne, il bougonne, il s’affirme tout en étant une épaule solide pour ses soeurs et moi.

Muriel

9 commentaires
9

I’m a bad mother…

Cela fait 8 ans que je le dis et finalement, je m’en accommode très bien maintenant !

Hier soir alors que je me préparais à sortir, Miss A me rappelle que la réunion d’information pour l’entrée en 6è, pour laquelle on a eu le mot mardi soir, débute à 18h15…

Hier soir encore au cours du dîner, Boy parle à son père de la réunion d’information pour la procédure d’orientation et APB mardi prochain à 18h…

Vous savez quoi ? Je ne suis pas allée à cette fichue réunion à l’école primaire et Petit mari et moi n’irons pas non plus à celle prévue au lycée ! Ras le bol !!!

Depuis le mois de septembre, j’ai dû modifier, arranger, décaler, annuler je ne sais combien de fois ma tournée du mardi soir à cause des multiples réunions pour lesquelles nous sommes informés au mieux 5 jours à l’avance ! Pourquoi dans certaines écoles, les équipes arrivent-elles à penser et remettre dès le début d’année un planning annuel (comportant les réunions, dates de vacances, voyages scolaires, stage, examens etc) ? Et pourquoi dans les écoles publiques de quartier ce n’est jamais possible ???

Plus de 17 ans que je suis parent d’élève et là je sature, je n’ai plus de patience ni d’indulgence… Comme la plupart des enseignants aiment nous le rappeler ils sont aussi parents, alors s’ils le sont vraiment ils savent qu’il faut un minimum d’organisation pour pouvoir tout faire !

En fait je les soupçonne de le faire exprès afin qu’il y ait peu de parents présents, peu de parents à voir individuellement et donc peu de temps à accorder et ainsi ils se donnent le beau rôle en gémissant sur l’absentéisme et la démission des parents…

Sauf que moi je sais qu’on peut être un parent absent physiquement mais très présent au quotidien. Je le vérifie à chaque fois que j ‘ai l’impression d’être un courant d’air chez moi. Oui quand j’enchaîne les journées de travail de 7h30 à 21h30, puis que je pars à l’étranger et qu’à mon retour je jongle entre les présentations presse et mon travail, il y a des périodes où je me dis que je suis une « bad mother ». Etrangement, c’est dans ces périodes que mes enfants me prouvent qu’ils sont autonomes et que l’éducation que je leur donne fait ses preuves. Je suis plus au courant et plus présente pour eux que mon mari qui est là physiquement tous les soirs et les week-ends.  Pourquoi ? Parce que je sais tout, je vois tout, je sens tout. Je connais leurs petits travers, leurs mensonges, leurs petits arrangements mais ils savent ce qui est important pour moi : leur présence les uns pour les autres, leur sécurité, les devoirs et les repas. Ils gèrent même leurs lessives maintenant mais je dois toujours accepter le ménage peu, mal ou pas fait.

J’envoie la liste des courses et je règle tous les petits problèmes de dernière minute par sms.

J’envoie mon planning de voyage et mes coordonnées à l’étranger par mail.

Je discute le soir via Face time (juste histoire de vérifier sur leurs visages que tout va bien).

J’engueule, je rappelle les règles communes, je fais des mises au point par téléphone.

Petit mari est toujours en copie des messages (sms ou mail) histoire qu’il ne se fasse pas rouler par un des enfants…

Ainsi le cadre est posé.

Et quand je suis là, il y a forcément moins de mails, de sms et on discute à table au dîner (comme hier par exemple) ! Cela permet de revenir sur certains évènements, d’apaiser les rancoeurs frère-soeurs / petits-grands, d’expliquer pourquoi je n’irai pas à telle ou telle réunion afin de ne pas mettre mon enfant en port-à-faux face à des enseignants parfois promptes à la critique.

C’est comme çà que je n’ai pas attendu la réunion pour APB du lycée et que Boy est allé au salon qui avait lieu à La Villette il y a 3 semaines. Il a aussi beaucoup discuté avec sa soeur aînée et fait des recherches sur le site de l’Onisep concernant son orientation après bac.

C’est en discutant dès que je le peux avec mes vieilles copines que je glane les infos pour le passage en 6è de Miss A, que nous avons commencé à remplir le dossier pour une inscription à la LH et que nous ferons parallèlement un dossier pour une classe CHAM.

Mais je suis bien consciente d’être privilégiée et çà m’agace toujours autant de savoir que la plupart des enfants de banlieue n’ont pas cette chance…

 

 

Muriel

9 commentaires
1

17 ans encore…

Boy a fêté ses 17 ans mercredi. Comme il est soucieux de notre ligne, il avait demandé une raclette et une forêt noire. Je ne m’en suis toujours pas remise… C’est un jeune toujours responsable et réfléchi, un peu anxieux à l’idée de faire des choix mais avec des idées et des opinions un peu surprenantes parfois.

IMG_5712

IMG_5715

Muriel

1 commentaire