0

J’ai compris que j’ai vieilli…

IMG_5380

Vendredi dernier, j’ai pris un coup de vieux.

J’étais invitée par une de mes amies à la fête des 80 ans de l’Union Sportive de ma ville. Tout avait bien commencé, j’étais en mode « pretty woman » : une jolie robe décolleté bateau, des escarpins Patricia Blanchet aux pieds, du mascara et un peu de rouge à lèvres ! La soirée avait lieu sur un bateau à quai. Le problème dans ce genre de soirée est que l’on retrouve toujours les mêmes personnes, celles qui sont de tous les banquets municipaux, celles qui ne quittent jamais le bar et/ou le buffet bien décidées à se faire rembourser en nature leurs impôts locaux…

Habitant la même commune depuis 41 ans, j’ai été et je suis adhérente de l’US. Dans ma jeunesse, c’était en athlétisme ; aujourd’hui, en section natation-aquabike. J’étais donc effarée de croiser les mêmes personnes qui étaient déjà vieilles il y a 35 ans !

Ce fut l’occasion de revoir les anciens présidents, d’écouter le discours de notre député-maire et de céder à la nostalgie en regardant le petit film réalisé pour la fête. Et là je me suis pris virtuellement une claque : les 40 années les plus actives se confondent avec l’histoire du développement de ma ville et de fait, ma propre histoire… J’ai essuyé les plâtres des premières activités multisports quand j’avais 10 ans, j’ai fait partie de la 1ère équipe de relais féminine en athlétisme, j’ai fait l’inauguration du grand stade, j’ai eu des camarades qui sont devenus champions d’Europe et du monde, etc. Puis la 2nde claque, c’est quand j’ai croisé des camarades d’enfance et que j’ai commencé mes phrases par « çà fait longtemps, « que deviens-tu » et tous ces trucs que j’entendais dans la bouche des vieux aka mes parents !!! Pour la 1ère fois, j’ai eu ces fameuses discutions qui me faisaient soupirer et lever les yeux au ciel quand j’étais ado. Heureusement mes enfants n’étaient pas là ! Mais j’ai eu envie de m’écrier plusieurs fois : « Maman sort de mon corps ». Non je suis bien cette femme de 45 ans, mère de 4 ados qui portait des couettes quand elle courait le 80m en catégorie cadette. Je suis cette femme qui s’est déchaînée sur du Kendji Girac avec ses copines au milieu des vieux-qui-étaient-déjà-vieux, car elle avait décidé de s’amuser de passer une bonne soirée même si elle n’était plus très sûre de savoir encore danser. A minuit et demi, j’ai sorti mes ballerines pliables, rangé mes escarpins de princesse et suis rentrée me coucher comme la « vieille » que je suis devenue à mon tour…

Pensez à m’éloigner du buffet dans 20 ans hein !!!

Muriel

Commenter