0

#aperotime

Quand j’étais « petite », l’apéro pour moi c’était ce moment génial où l’on mangeait des noix de cajou et des biscuits salés Tuc avant le repas dominical. Le fameux apéro du dimanche entre Porto, punch coco et crème de sapote… La tradition s’est poursuivie après mon mariage. Puis sont arrivés les 1ers apéros dinatoires qui ont commencé à remplacer les dîners entre amis avec enfants en bas âge. Avant les attentats de novembre 2015, j’allais au restaurant mais finalement peu en terrasse. Maintenant que je travaille à Paris, j’ai pris conscience effectivement de ce phénomène que n’existe pas ou très peu en banlieue (en tout cas dans la mienne).

Avec des enfants étudiants adeptes des happy hours, l’apéro a aussi fait son entrée en semaine dans notre foyer. C’est devenu un moment à nous, où l’on grignote du fromage, de la charcuterie, des chips autour d’une bière, d’un coca, d’un verre de vin ou de prosecco. C’est comme un sas de décompression, un moment entre deux, un espace temps à la fois vide et plein.

L’apéro, c’est regarder le temps passer, sans chercher à le retenir. C’est être seul ou accompagné. C’est respirer profondément, humer et apprécier ce temps. C’est laisser la journée derrière soi, sans penser au lendemain. Avant j’aimais l’entrée ; maintenant j’aime l’apéro ! Avec ou sans alcool, à la maison ou dehors, en terrasse ou sur un rooftop, le week-end ou en semaine…

C’est aussi un moment vrai : celui où l’on repère les personnalités (ceux qui ne boivent jamais d’alcool, les fauchés, les flambeurs, ceux qui ne savent pas contrôler leur consommation…), celui où on lâche prise ou pas, celui qui en dit long. Pour moi, l’apéro est presque devenu un révélateur de ma relation aux autres.

En famille, c’est devenu notre moment préféré : celui où l’on raconte sa journée, où l’on écoute de la musique, regarde un jeu télévisé ou un match de foot. Celui où l’on va discuter politique, choix d’études-orientation-formation ou prochain achat important. Il remplace même parfois le dîner et devient ce fameux apéro dinatoire…

 

IMG_5731 IMG_5782 IMG_6143 IMG_6259 IMG_6266 IMG_6449 IMG_7284

IMG_4710

IMG_5453

  IMG_6901

nb : L’abus d’alcool est dangereux pour la santé 

 

Muriel

Commenter
1

Belambra Saint Paul de Vence

Cette année, nous avons choisi de passer 15 jours au club Belambra de Saint Paul de Vence en location. Comme d’habitude en cas de grosse fatigue familiale, quand nous ne pouvons pas envisager les Antilles ni la Guyane, ce qui se rapproche le plus de « chez nous », c’est la Côte d’Azur ! Soleil, palmiers, plage, sable fin et température de la mer acceptable pour nos pauvres petits corps de banlieusards parisiens…

Pourquoi Belambra ?

  • Parce que les enfants aiment !!! Ce n’est pas plus compliqué que ça. Nos enfants apprécient les différents clubs et les activités, le fait d’être libres d’y aller ou pas selon leur humeur, se font faits de nombreux amis depuis notre 1er séjour au club Belambra de Grasse
  • Parce que les prix sont raisonnables et que nous bénéficions d’une remise supplémentaire avec le CE de Petit mari
  • Parce l’équipement du club et les animations sont bien
  • Parce qu’on a le choix entre location, demi-pension ou pension complète et qu’on peut être en location et décider de prendre un ou plusieurs repas au restaurant sur place
  • parce que les appartements sont équipés juste comme il faut
  • Parce que la région est agréable entre mer et montagne, avec de nombreuses découvertes à faire

L’organisation du trajet a été un peu compliquée car je suis toujours dépendante du bon vouloir d’un ou d’une remplaçante pour le cabinet donc jusqu’à la dernière minute ou presque, je n’étais pas sûre à 100% de partir. J’avais anticipé le problème en prenant un aller simple Prem’s Paris-Nice pour le lundi matin alors que Petit mari, Boy, Minette et Miss A avaient pris la route 3 jours avant, le vendredi soir. Bien entendu, cela provoque toujours un gros stress chez monsieur qui se retrouve seul avec ses enfants.

Bref, j’ai planifié un trajet en 2 jours avec une nuit à Lyon. Ils ont eu beaucoup d’embouteillages le samedi mais sont bien arrivés à destination. Les enfants m’ont fait rire en me disant que finalement c’était chouette de partir avec leur père car ils pouvaient prendre ce qu’ils voulaient au supermarché, leur père disant oui à tout !

Je suis donc arrivée le lundi en milieu d’après midi à Nice. Il faudra que je vous raconte comment Grande fille s’est retrouvée avec ma carte bleue, 2 lattes du Starbucks dans les mains en larmes sur le quai de la Gare de Lyon car le train était parti…

J’ai eu peur en voyant les gros nuages noirs, puis la pluie et en arrivant au club : la grêle !!! Bon à part une grosse averse un vendredi soir, il a fait beau durant tout notre séjour.

  IMG_7772

Pendant 15 jours, il y a eu le planning des différents clubs…

IMG_7774 IMG_7775 IMG_7773

La vue sur Saint Paul de Vence, le soleil et les cigales…

IMG_7841

Du sport en famille tous les matins ou presque…

IMG_7900

IMG_8050

image

De chouettes moments à la piscine avec ou sans les enfants, ou les ados sans les parents…

IMG_8019

IMG_8131

IMG_7779

Il y a eu les jeux de bar et les apéros partagés…

IMG_8039

IMG_7840

IMG_7780

Et la « soirée blanche » où tout le monde s’amuse et profite de la permission de minuit !

IMG_7898 IMG_7899

IMG_8073

IMG_8076

Il y a eu enfin la fratrie tout simplement sans les parents !…

IMG_8130

Ceci n’est pas un billet sponsorisé, ni un partenariat (sinon je l’aurai précisé), juste envie de vous dire pourquoi j’aimais les VVF quand j’avais l’âge de mes enfants et pourquoi je comprends qu’ils demandent à retourner à Belambra. Ce sont les souvenirs de 3 générations que nous partageons lors des repas familiaux. Et en discutant l’autre jour avec un de mes voisins, il me disait être surpris car ses enfants, qui sont de jeunes adultes maintenant, ont les mêmes souvenirs enthousiastes de vacances chez Belambra !

Muriel

1 commentaire
4

Il faut te reprendre là !…

Je suis rentrée d’Espagne avec 2,5kg en plus sur ma balance : rien de dramatique et normal quand j’ai carburé à la sangria et au vin blanc tous les soirs, que je n’ai pas fait beaucoup de sport et surtout fait près de 5000 km en voiture, ce qui me change grandement de ma tournée à pied !

Sauf que depuis le mois d’août, j’ai eu des envies de bière blanche bien fraîche (souvenez-vous ICI) et que je mange absolument n’importe quoi n’importe quand ! Euh par exemple, mon dîner d’hier soir : pain à l’ail, macarons et coca devant mon ordi… Mais j’ai des excuses : j’avais un yaourt nature et 2 cafés pour tout repas de la journée, j’étais debout depuis 6h, j’ai fait mes 2 tournées et foncé à Paris pour une présensation presse blog aux Champs Elysées à 20h !!! Il me fallait un peu de réconfort, vous en conviendrez, surtout après ma crise de lundi.

Ce matin, c’est presque la cata 3,5kg pffffffffffffffffffffffff

Il faut que je me reprenne en main car dans 15 jours, c’est mon anniv’ et je ne veux pas être privée de gâteau !!! En plus j’ai mes objectifs de courses à pied à tenir et je vise la barre des 60kg pour l’été prochain.

 

Muriel

4 commentaires
0

Ne rien faire mais encore…

En attendant impatiemment les beaux jours, je me suis surprise à lister tout ce que j’aime, qui me fait penser à l’été et/ou aux grandes vacances.

  • le Tour de France : non que j’aime particulièrement le cyclisme, je suis fan des images, de la France vue du ciel et parfois je fais la sieste devant ma télé, bercée par le bruit de l’hélicoptère (oui je suis bizarre !)
  • les émissions de radio : depuis petite mes vacances, c’était en colo puis en location, en caravane ou en bungalow, donc sans télé. Avec Petit mari, nous avons pris l’habitude de toujours partir avec une radio et je prends beaucoup de plaisir à écouter les leçons d’Histoire, les crimes, les énigmes et les extraits de livres. Et depuis l’été dernier, je fonds littéralement pour les lectures de Guillaume Gallienne de la Comédie Française sur France inter…
  • l’achat d’une bouteille de Muscat, d’un vin rosé et de gâteaux apéritifs qui signe le vrai début des vacances ; à moi, l’heure de l’apéro, le bruit de la mer ou de la campagne, les jeux apéro si nous sommes en club.
  • regarder les enfants assis autour de la table jouant aux cartes ou faisant leurs cahiers de vacances, les écouter parler et rire, entendre en bruit de fond leur musique, les connaître un peu mieux…
  • mettre des tongs, avoir les doigts de pieds en éventail et mettre du vernis à ongles

 

 

Muriel

Commenter
3

Famille en vacances

Bon ça y est Grande fille et Boy jouent les courants d’air : nous avons juste le « plaisir » de les voir partager notre repas sinon ce sont des rendez vous avec leurs nouveaux ami(e)s à la piscine, au bar, au terrain multisport… Nous avons déjà dû faire quelques rappels à Grande fille concernant les horaires et les règles de vie familiale, même si elle est majeure ! Il a fallu lui faire comprendre que son père étant de nature inquiet, pas question pour lui de dormir, donc d’éteindre la lumière avant son retour. Et comme la miss est rentrée à 1h puis 2h du mat, ben c’est moi qui ai des cernes et suis fatiguée parce que mon horloge biologique est encore en « mode travail » donc réveillée à 6h tous les matins ! Du coup après cette mise au point, Petit mari a éteint à 22h30 hier soir, s’est endormi comme un bébé et mes yeux se sont ouverts toutes les 15 mn jusqu’à ce qu’elle rentre à 2h… Maudit instinct parental !!!
Pas de souci avec Boy qui respecte le couvre-feu à la minute près : il franchit la porte du bungalow à 22h59 ! Il a la permission de minuit les jours de soirée dansante (youpi y’en à 2 cette semaine !).
Minette et Tit’ puce font leurs cahiers de vacances le matin et filent à la piscine à partir de 15h. Entre les jeux apéro et la partie de billard, notre planning est bien rempli. Il fait beau et chaud, je bois du thé, je lis et la préparation des repas n’excède pas 10 mn… Les enfants ont même poussé le vice jusqu’à nous faire acheter des assiettes en carton pour limiter la vaisselle, c’est dire !

Muriel

3 commentaires