0

Bloguer c’est…

La  semaine dernière, je ne sais par quel hasard ou manque de mémoire, j’ai acheté un jeu et un livre que nous avions déjà à la maison. Et pour la 12654è fois au moins, j’ai dit aux enfants que nous devrions absolument classer et ranger les livres de la bibliothèque familiale.

Et je suis tombée sur la 1ère page d’un petit bouquin écrit par Lisa Balavoine (qui sera en 2018 un des auteurs à suivre). C’est un extrait de Ma mère est une blogueuse. En le relisant, j’ai pensé à plusieurs conversations avec des copines blogueuses… Le fameux « c’était mieux avant » peut-être, mais c’est aussi parce que bloguer avait un sens : celui-là ! Comme une grosse piqûre de rappel qui m’a fait du bien. En regardant mes 12 ans d’archives, certains de mes posts se résumaient à un mot, une phrase, une photo. Aujourd’hui, je me sens obligée d’écrire au moins 300 mots, me prendre la tête avec les fameuses règles SEO et finalement, je n’écris pas. Je dois bien admettre qu’au fil du temps, je me suis censurée, histoire de rester dans les clous. D’être un truc un peu lisse, informe, moi sans être tout à fait moi.

Quand je parle de mon activité de blogueuse, je dis souvent que c’est une autre partie de ma vie, ma respiration. J’éprouve le besoin actuellement de ne plus cloisonner ma personnalité en fonction de mes différents rôles. Est-ce parce que je vieillis? Que mes enfants sont grands ? Que je me fous dorénavant de tout ou du moins de l’opinion des gens qui ne m’intéressent pas ? J’ai juste envie d’être moi, avec mes qualités et mes défauts, tout le temps. Assumer mon côté masculin, ma voix grave, rire aux éclats aux sous-entendus, tout en étant très lisse vue de l’extérieur. Assumer mon côté féminin en m’offrant une manucure hebdomadaire, accepter ma sensualité en dansant le tango, en portant des robes et des jupes en hiver…

Je ris, je m’esclaffe plusieurs fois par jour. Rien n’est grave, tant qu’on a la santé. Rien ne me comble plus que d’être dans le salon au milieu de mes 4 enfants et les regarder. Partager encore un peu de moi, me remplir d’eux m’apporte du réconfort, réchauffe mon coeur de mère. Regarder mon visage dans le miroir matin et soir, choisir mes soins, mes crèmes. Aimer mes vergetures, mes cicatrices, mes seins refaits, mes grains de beauté… Ne plus avoir honte de mes mains aux ongles longtemps rongés. Savoir qu’elles ont donné du réconfort, qu’elles ont massé, qu’elles ont porté, fait mal aussi. C’est fou tout ce que j’ai fait avec mes mains : accueillir la vie jusqu’à laver des morts…

Avec le blog, c’est tout çà que j’ai raconté depuis 12 ans, c’est que que je suis. Il m’a permis de prendre conscience que j’avais besoin de m’ouvrir aux autres car sinon j’allais passer à côté de beaucoup de choses. C’est à la fois soi et les autres. De la confiance, de l’échange, des rencontres, finalement tellement de joie !

Donc si toi aussi, tu ne sais pas très bien pourquoi tu blogues. Et plus encore si tu l’as fait en te disant que cela allait te rapporter des cadeaux, dis-toi que pour recevoir il faut d’abord commencer à donner. Et comme on ne peut donner que ce que l’on a, quand on n’a rien, on commence par donne un peu de soi…

 

IMG_1872

 

Muriel

Commenter
13

Il y a 11 ans

Il y a 11 ans en 2005, j’écrivais les 1ères lignes de ce blog. La mode des « web-logs » débutait à peine. Je l’ai tout de suite envisagé comme un journal de famille. J’étais infirmière de nuit en cancérologie, mes 4 enfants avaient 11, 8, 5 et 2 ans. Je cumulais des fonctions de présidente et de secrétaire dans 2 associations, je préparais un DU. J’étais mariée depuis 13 ans. Les enfants multipliaient les activités, moi aussi. Mon truc, c’était çà : raconter mes journées, les hauts, les bas d’une mère de famille nombreuse qui travaille. Je voulais aussi offrir un autre portrait de la femme noire, sans prétention où ma couleur de peau ne serait pas l’élément principal définissant ma personnalité. Pas une grande ambition, juste la vie.

Depuis 11 ans, ce blog est ma respiration, ma 2è vie. J’y parle beaucoup moins maintenant des enfants car ils ont une vie qui s’écrit de plus en plus en dehors de la mienne. Je n’ai pas envie qu’ils se sentent utilisés, instrumentalisés pour faire de « l’audience ». Ils sont cependant depuis toujours mes plus fidèles lecteurs et supporters : çà n’a pas de prix !

Le blog, c’est mon truc et le leur. Je me fais toujours réprimander quand je n’écris pas assez. Grâce au blog, je suis restée une maman dans le coup !!! Je suis au courant avant eux des dernières tendances et çà c’est cool. Ils ont maintenant 22, 19, 16 et 13 ans, me demandent mon avis en matière de mode, sur telle ou telle marque. Je leur fais découvrir des endroits branchés. Ma plus grande fierté ? Qu’ils veuillent encore sortir et partir en vacances avec moi parce que je « sais tout ». Qu’ils me demandent mon avis en matière de shopping ou qu’ils me piquent mes affaires (mon fils a longtemps emprunté mon trench !!!). Qu’ils parlent encore de mon blog à leurs amis.

J’ai eu le plaisir de découvrir et de lire des blogueuses mode, beauté, des geeks, etc. J’ai assisté à la naissance, à l’éclosion, au succès de certaines. Dans une moindre mesure, je peux témoigner de l’évolution des blogs, de l’arrivée des marques, de la professionnalisation, de cette nouvelle économie. Je suis une espèce d’ancêtre…

De mon côté, je n’ai pas beaucoup changé. Essentiellement parce que mon métier, malgré ses difficultés, me satisfaisait et surtout, je ne pense pas avoir de talent particulier pour l’écriture (et je n’ai pas assez la grosse tête pour payer quelqu’un qui écrirait à ma place !). Je suis restée en mode artisanal, il en faut aussi. Je suis toujours surprise qu’on s’intéresse à mon blog, que l’on m’invite, que l’on me gâte… Je suis restée une enfant avec les yeux grands ouverts qui s’émerveille. J’ai de chouettes copines blogueuses, que je retrouve avec plaisir, sans prise de tête ! Je ne passe pas mon temps à regarder ce que les autres ont ou n’ont pas. Je ne mendie pas, je ne me brade pas. Si bloguer m’a aidée à savoir qui je suis, il ne me fait pas vivre. Je ne joue pas dans la même cour et çà me va très bien.

Je n’en reviens pas de tout ce que j’ai vécu et partagé avec vous depuis 11 ans. Je suis toujours émue quand je reçois un mot de remerciement, que je lis les commentaires de ceux qui sont là depuis le début. Mon mari ne comprend pas, ma mère est choquée que je m’expose comme çà. Mais en dehors de 2 épisodes malveillants, je ne reçois que des bonnes choses, de bonnes ondes, de la bienveillance et beaucoup d’affection.

Alors MERCI !!!

Muriel

13 commentaires
1

Nestlé, Les recettes de l’atelier

Il y a quelques semaines, j’ai été conviée à la présentation des nouveautés de la gamme Les recettes de l’atelier Nestlé. Comme vous le remarquez, ma vie de blogueuse est trop trop dure et parfois je dois donner de ma personne en goûtant des tablettes de chocolat (un verre de champagne à la main en plus !).

Au cours de la soirée, nous avons circulé autour de 4 ateliers :

  1. présentation des fèves de cacao sélectionnées par Nestlé, de leurs régions d’origine ainsi que du Plan cacao, destiné à améliorer les conditions de travail et de vie des producteurs locaux (Côte d’Ivoire, Ghana, Equateur, etc)
  2. démonstration autour d’une expérience olfactive puis d’une dégustation que la variété et le terroir influent sur les saveurs d’un chocolat noir, bien plus que son pourcentage de cacao. C’est pourquoi Nestlé a choisi de numéroter sa ligne dégustation : noir fruité, noir corsé, noir floral, noir épicé. Ma préférence est allée aux n°2 et n°3 noir corsé, étrangement les plus forts en cacao mais origine Ghana/Equateur pour l’un et pure origine Equateur pour l’autre.
  3. fabrication d’une ganache sous nos yeux par un maître chocolatier. Ou le plaisir à l’état pur…
  4. création personnalisée de notre tablette de chocolat à partir des ingrédients des mendiants. Imaginez des bassines de chocolat noir, au lait, blond caramel puis des cranberries, des myrtilles, des raisins secs, des amandes, des noisettes, de zestes d’orange et des moules à tablettes… Incontestablement cet atelier a attisé notre gourmandise et révélé des talents créatifs !

Nous avons passé une magnifique soirée dans les locaux historiques de la marque (dans la halle Eiffel pas loin du moulin de la chocolaterie Menier). Les enfants et moi avons eu un vrai coup de coeur pour la nouvelle recette au chocolat blond caramel (j’aurai dû enregistrer leurs hum de plaisir).

les recettes de l'atelier chocolat noir nestlé

 les recettes de l'atelier nestlé

SONY DSC

latelier-nestle7 latelier-nestle18

IMG_4569

les recettes de l'atelier nestlé création tablette

 

P-LRDA001_LAIT_NOIS_ENT_TOR_195G_EV

Muriel

1 commentaire
3

L’Intercontinental Carlton Cannes 2è partie

Le hasard faisant parfois bien les choses, un de mes frères s’est marié en fin d’année dernière. Si les mariés ont choisi une cérémonie intime, les familles se sont concertées pour offrir une jolie lune de miel. Notre choix s’est arrêté sur 4 jours/3 nuits à l’Intercontinental Carlton Cannes. Si nous souhaitions qu’ils gardent un beau souvenir de leur mariage, cela a dépassé nos espérances et leurs rêves les plus fous ! Suite à un drôle de concours de circonstance, ils ont été logés dans la suite Sophia Loren, une des suites prestige située au 7è étage de l’hôtel : 114m2, un salon, une chambre, une salle de bain et une terrasse avec vue partielle sur la mer. Pour la petite histoire, Sophia Loren est une fidèle des lieux : elle y a séjourné sous 7 identités différentes…

S’ils n’ont pas pu profiter de la plage (ouverte de mai à septembre), ils n’oublieront jamais leur lune de miel dans ce cadre exceptionnel chargé d’histoire où le personnel est à la fois charmant, efficace et discret, tout en étant aux petits soins pour chacun de ses clients.

IMG_5141 IMG_5139 suite sophia loren carlton cannes salon suite sophia loren carlton cannes salon 1 suite sophia loren carlton cannes

bienvenue suite sophia loren carlton cannes chambre suite sophia loren carlton cannes

douche suite sophia loren carlton cannes salle de bain suite sophia loren carlton cannes lavabo suite sophia loren carlton cannes peignoirs suite prestige carlton cannes

terrasse suite sophia loren carlton cannes

terrasse suite sophia loren carlton cannes

Le Carlton, c’est aussi 3 restaurants, un bar (avec une excellente formule afternoon tea à 19€), une salle de fitness, un institut de beauté (les soins peuvent aussi se faire en chambre), une cave, des salles de réunions, des boutiques, une droguerie, une papeterie (j’ai beaucoup apprécié trouver mes journaux favoris tous les matins accrochés à la poignée de porte), un garde-meubles, une blanchisserie, une lingerie (vous pouvez choisir vos oreillers !) et beaucoup de choses encore.

N’hésitez pas à vous offrir cette parenthèse enchantée (voir mes tuyaux dans la 1ère partie ICI) !

IMG_5143 IMG_5149 IMG_5148 IMG_5147 IMG_5146 IMG_5145 IMG_5144

IMG_5140

INTERCONTINENTAL CARLTON CANNES
58 Boulevard de la Croisette
06414 CANNES
Téléphone : 04 93 06 40 06

Muriel

3 commentaires
0

L’Intercontinental Carlton Cannes 1ère partie

 

images

Il est de bon ton cette année de critiquer le Festival de Cannes, au point que la plupart des journalistes doivent rappeler que c’est le plus grand festival de cinéma au monde. Certes les marques sont omniprésentes et font leur show en invitant stars, égéries, mannequins, blogueurs, youtubers, journalistes et jet setters à des soirées plus grandioses les unes que les autres. Cannes c’est le glamour, le cinéma et une magnifique vitrine du savoir-faire et du savoir-vivre français que le monde entier nous envie, n’en déplaise aux éternels grincheux. Personnellement, je suis toujours fan de la montée des marches (vous avez vu le collier de Julia Roberts l’autre jour ???) et je me fais toujours une petite liste de films à voir grâce au festival.

J’ai découvert Cannes et la côte d’azur l’été de mes 11 ans, lors de nos premières vraies longues vacances familiales (en dehors des congés bonifiés en Guadeloupe). Les vraies stars de la ville sont la Croisette et le Carlton ! Le palace attire les touristes qui se font photographier devant.

10926223_10152970845637808_7033983653432539844_n

12011304_10207422010730891_5526201681253587969_n 11217814_10207422008130826_4107931119956759974_n 12003999_10207422007490810_2521526421534069150_n

Construit en 1911, l’Intercontinental Carlton Cannes est né d’une histoire d’amour. Le grand-duc Michel de Russie ayant dû s’exiler pour épouser celle qu’il aimait au temps où Cannes se remplissait l’hiver et se vidait l’été, l’aristocratie russe fuyant les grands froids sibériens de la mère patrie qu’elle regagnait à la belle saison. De cette époque, le Carlton a gardé un grand salon classé monument historique, débordant de dorures, avec l’argenterie des débuts et la couronne impériale qui orne encore sa vaisselle. Les deux coupoles mythiques de la façade auraient été inspirées par la forme des seins de la Belle Otéro, une danseuse et chanteuse de cabaret de la Belle Époque.

Le Grand salon du Carlton accueillit la première conférence de la Société des Nations en 1922. Il fut aussi le théâtre de certaines scènes du célèbre film d’Alfred Hitchcock, La main au collet. Barack Obama y a séjourné lors du G20 en 2011 dans la suite 523.

L’hôtel compte 304 chambres et 39 suites. Les suites portent les noms de célébrités dont certaines ont présidé le jury du Festival du Cinéma : Sean Connery, Sharon Stone, Wim Wanders, Roman Polanski, Sophie Marceau, Sophia Loren…

Le Carlton est le premier établissement cannois à avoir ouvert une plage privée devant son établissement.

En dehors de la période du festival et de l’affluence de la clientèle des pays du golfe persique, il est possible de séjourner au Carlton en profitant d’offres spéciales (inscrivez-vous au programme de fidélité du groupe IHG ou consultez Voyage privé). Avec un peu de chance, vous bénéficierez d’un surclassement. Ainsi nous avons profité d’une offre 3 nuits = 4 !

4 nuits dans ce palace de rêve où des chefs d’État et les plus grandes stars internationales ont laissé leur empreinte… Nous avons occupé une chambre deluxe face à la mer au 3è étage. Inutile de vous dire que la vue m’a aimantée. Tous les matins je prenais plaisir à ouvrir en grand les porte-fenêtres pour me remplir les yeux. Je m’émerveillais du ballet des plagistes et tous les soirs je souriais en regardant les touristes admirer la façade, se faire photographier, en me disant que je n’aurai jamais imaginé moi-même en franchir les portes un jour.

2015-07-12_1436699756

12011144_10207422008490835_7723984833437349518_n

11223691_10207422010810893_661440099893389719_n

10455662_10207422004730741_1771026696876116077_n 11987150_10207422002050674_3495860090825320910_n

12019975_10207422001890670_6350056146582163132_n

11990376_10207422004210728_7750969246936671325_n 11217186_10207422003410708_1675263676306309619_n

12011333_10207422003690715_1380837215999416735_n

carlton cannes mer chambre deluxe      cannes croisette

carlton cannes plage beach

Le petit déjeuner est un grand moment ! Outre le classique servi en chambre, je vous conseille le buffet servi au restaurant. Pour tout goûter, il ne faut pas avoir mangé depuis plusieurs jours. Vous trouverez en effet absolument tout ce que vous pourriez imaginer et même plus. Toutes sortes de pains, des confitures artisanales, des fruits, de la charcuterie, des œufs (il y a une carte spéciale !), du bacon, du saumon fumé ou mariné, des jus de fruits fraichement pressés, les nectars d’Alain Milliat, du sans-gluten, sans parler du buffet dédié au fameux citron de Menton sous toutes ses formes (citronnade, limonade, tarte, cake) et du champagne !

Ayant déjà brunché au champagne à Paris et à New York, je n’étais pas franchement surprise et me suis bien évidemment laissée tenter. Confortablement installés sur la terrasse avec vue sur la mer un verre de champagne à la main, au milieu d’une clientèle que l’on devine très aisée (les tenues pour le petit déjeuner sont parfois incroyables) et quelques stars vieillissantes du cinéma français, on s’habitue assez rapidement à ce genre de douceurs.

   11986948_10207422005930771_891599309694102974_n 10533445_10207422005570762_4643805585534837211_n

11986353_10207422016771042_5029470900764291958_n

12002284_10207422017371057_518413703311542598_n

12019961_10207422013970972_2039604668609505471_n

Autre privilège quand on séjourne au Carlton, c’est l’accès à la plage (avec un supplément). Une mention spéciale à tout le personnel qui ne ménage pas ses efforts pour des clients très très exigeants, toujours avec le sourire ! Oui certains clients aimeraient que la Terre modifie sa course autour du soleil juste sur demande afin de bronzer plus longtemps du bon côté… J’ai apprécié les 2 parasols, les petites attentions, les glaçons supplémentaires de Mr sans même qu’il ait à les demander. En 2 jours, nous nous sentions comme des habitués !

Inutile de vous dire qu’après un petit déjeuner pantagruélique au champagne, le plus souvent nous grignotions sur la plage dans l’après-midi. Nous avons aussi déjeuné au restaurant de la plage, renommé pour la qualité de ses mets et son buffet du dimanche à 39€.

carlton beach cannes

2015-07-15_1436967583

12004875_10207421922328681_2382352677608870593_n 11863469_10207421920648639_2961591222837568283_n 10257112_10207421920368632_2963874253659360093_n 1524632_10207421918768592_7820091835425052890_n

11986968_10207422018531086_196580739017837824_n

11988445_10207422014930996_8722792028485773815_n

2015-07-12_1436701851 2015-07-12_1436704467 2015-07-12_1436704579 2015-07-12_1436704694

En dehors du Festival du Cinéma, la baie de Cannes accueille le Festival d’art pyrotechnique tous les étés depuis 1967. Au cours de 6 soirées (notamment les 14 juillet et 15 août), le Carlton et sa plage sont les meilleurs endroits pour profiter du spectacle. On peut dîner sur la plage, déguster une coupe de champagne accompagnée de petits fours ou tout simplement profiter du room service, comme nous l’avons fait, pour une soirée romantique aux premières loges…

12006085_10207422012370932_5185116534248200189_n

12002033_10207422012450934_7823915966636382793_n

2015-07-12_1436730265

IMG_2609 (5)

2015-07-14_1436906859

IMG_2618 (2)

INTERCONTINENTAL CARLTON CANNES
58 Boulevard de la Croisette
06414 CANNES
Téléphone : 04 93 06 40 06
+ d’infos ICI

Muriel

Commenter