3

Le lundi c’est cata…

Un lave-vaisselle un peu capricieux ces derniers temps et des enfants fainéants. Constater que la montagne de vaisselle du dimanche est encore là le lundi midi. Maugréer, râler, remplir le lave-vaisselle puis faire le reste à la main. Et te retrouver avec 3 cm d’eau dans la cuisine, un robinet sous l’évier qui tourne dans le vide et un tuyau qui crache un puissant jet d’eau froide… Tu hésites, tu lâches tout pour essayer d’ouvrir la trappe dans les wc pour couper l’arrivée d’eau, bien sûr celle ci résiste ! Tu cours attraper le téléphone et appeler à l’aide en retournant dans la cuisine pour orienter le tuyau fou vers l’évier… Tu te demandes si tu vas devoir appeler ton voisin, les pompiers, tu maudis ton mari qui ne répond jamais au téléphone dans ces moments là malgré 3 lignes directes. Tu arrives à joindre en hurlant ton fils qui heureusement est sur le chemin de la maison. Tu es trempée de la tête aux pieds alors que tu voulais juste te préparer à déjeuner entre 2 assiettes sales. Tu réalises que ton fils lui sait où son père range les tournevis (ce doit être une cachette d’hommes), qu’il réussit à enlever le panneau de la trappe et le flot d’eau glacée se tarit d’un coup. Reste plus qu’à éponger ! Entretemps ton mari répond enfin au téléphone. 1h plus tard, tout est sec, seul le lave vaisselle déplacé et les serpillères témoignent de la catastrophe. Tu es épuisée, courbaturée, grelottante expliquant à l’homme ce qui s’est passé.

Le partage des tâches, c’est que Petit mari est rentré, a enlevé son costume, retroussé ses manches, appelé l’assurance, le gardien et un plombier. Puis s’est transformé en Bob le bricoleur du lundi avec l’aide de son fils pendant que tu te réchauffes et prends un peu de repos en écrivant ce post !

IMG_3235 IMG_3244 IMG_3236

Muriel

3 commentaires
3

J’ai découvert la lessive en feuilles…

lessive en feuille

Le bon côté des ados, c’est qu’ils gagnent en autonomie et apprennent à gérer un certain nombre de corvées ménagères. Le mauvais côté, c’est qu’il faut continuer à traquer le gaspillage car sinon ils vous ruinent !

Je cherchais donc à faire baisser mes dépenses de lessive. Je vous rappelle que j’ai abandonné la lessive bio faite maison à cause de Petit mari qui malgré les années et les huiles essentielles n’a jamais accepté que son linge ne « sente pas le propre ». Entre lessive bio, au savon de marseille, au savon noir et autres, j’ai surtout vu mon budget lessive s’envoler et les flacons se vider aussi vite que des bouteilles de soda.

Je cherchais un format de lessive qui me fasse gagner de la place dans ma salle de bain de 3m2 et dans les bagages quand nous partons en vacances.

Parfois faire ses courses dans un supermarché où l’on n’a pas ses habitudes a du bon car même si on y passe plus de temps à chercher les produits, bien souvent on découvre d’autres choses. En l’occurrence à Carrefour Porte d’Auteuil, j’ai fait connaissance avec la lessive en feuilles !!! Pour moins de 8€, j’ai un mois de lessives assuré. Finis les overdoses de poudre de lavage ou de liquide, juste une feuille à mettre dans le tambour du lave-linge. Bon, je serai franche : pour le linge de maison (draps, serviettes de toilette), je mets 2 feuilles. Mes ados et Petit mari sont ravis : pas de plaintse concernant l’absence d’odeur de propre ! Moi, j’ai divisé mon budget par 4 voire plus, et j’ai gagné de l’espace dans mes placards ! En plus, les feuilles se dissolvent facilement, sont sans phosphates et biodégradables.

Mon soucis maintenant est d’en trouver régulièrement au supermarché car bizarrement, il n’y en a pas beaucoup. Je suppose que le marché étant saturé de mastodontes du marketing, c’est difficile de faire son trou dans un secteur aussi concurrentiel. Du coup j’achète aussi la marque Dizolve en fonction de ce que je trouve. Si vous cherchez à faire quelques économies à partir de la rentrée, essayez et dites-moi ce que vous en pensez !

hd_dizolve_linge_frais

 

Muriel

3 commentaires
3

Pourquoi choisir une centrale vapeur Calor ?

Sur ma liste des corvées, le repassage est n°1 dans la catégorie « pire ». Pourtant, je ne me plains pas car c’est une corvée partagée. Chez nous, c’est Petit mari qui repasse le plus car étant en costume-cravate du lundi au vendredi, il aime que ses vêtements soient toujours impeccables. Nos ados sont comme moi : du défroissage rapide, tant pis s’il reste quelques plis.

Du coup, le choix du meilleur outil de repassage prend des allures d’affaire d’état, qui avait abouti à l’achat d’une centrale vapeur et d’un fer vapeur, avec toutes les prises de tête que cela comporte en matière d’entretien, d’achat d’eau déminéralisée, de cartouches anti-tartre et tout le toutim. J’ai encore le souvenir de séance de repassage à 8h du mat se terminant par des grognements dignes de Jurassic Park dans le bureau (seul endroit où l’on peut ouvrir une table à repasser sans que cela gène quiconque), pour cause de décharge massive de liquide marron sur une chemise blanche bien sûr !

Il y a quelques jours, j’étais invitée avec d’autres blogueurs à découvrir l’usine Calor de Pont Evèque (en Isère) où sont entièrement conçues et fabriquées les centrales vapeur de la marque. Car depuis 1917, date de sa création, Calor est le spécialiste et le numéro 1 mondial du repassage. L’usine produit 1 million de centrales vapeur par an.

Nous avons pu visiter toute l’usine (comme Nicolas Sarkozy en son temps) : de la fabrication complète de la mini-cuve (cœur de chauffe) à l’assemblage final de la centrale vapeur. Car les blogueurs sont avant tout des consommateurs (remarquez que je ne dis pas ménagères !). Nous avons besoin de savoir et d’avoir de vrais infos : nous ne sommes pas là pour vous balancer des communiqués de presse uniquement.

Donc toutes les équipes, du bureau d’études à la direction du marketing se sont faits un devoir de partager avec nous leur travail et leur savoir-faire. Car une bonne entreprise se soucie à la fois de ses clients (s’adapte aux différents profils de consommateurs) mais aussi de ses employés. Et en tant qu’infirmière, je regarde toujours l’ergonomie des postes de travail, la répétition des gestes et je me renseigne sur l’organisation du travail (ici 2 équipes tournent). C’est là que j’ai compris que je n’avais pas une véritable centrale vapeur chez moi ! Ben oui en bonne ménagère, j’ai bridé Petit mari quand il m’a parlé de la centrale de ses rêves (honte sur moi je le reconnais), de nombre de bars et de défroissage vertical. Je ne voulais pas dépenser « trop » mais la qualité et le savoir-faire français ont un prix.

Seules les véritables centrales vapeur haute pression garantissent un résultat parfait en un temps record ! De plus elles ont une base séparée contenant une mini-cuve (cœur de chauffe ou cocotte), dans laquelle l’eau se transforme en vapeur haute pression prête à l’emploi. Elles ont aussi, dans la base séparée, un grand réservoir pour stocker l’eau.

Donc par définition, la vraie centrale vapeur est plus volumineuse que les autres appareils vapeur !

IMG_6936

20140423_141204

20140423_145640

20140423_145736

20140423_150713

 

Les + que j’apprécie

  • le verrouillage du fer sur la base

Pour éviter les chutes statistiquement assez fréquentes du fer, CALOR a mis au point un système de verrouillage du fer sur la base appelé Lock System. Une fois l’arceau mis en place, la centrale peut être déplacée en toute sécurité. Une sécurité qui équipe toutes les centrales CALOR.

  • la fonction auto-stop

Une fonction sécurité qui coupe l’alimentation électrique automatiquement après 8 minutes d’immobilisation du fer ou après 30 secondes à plat ou sur le côté. Bien pratique et sécurisant quand on est une mère débordée !

  • la poignée ergonomique

Le réservoir d’eau étant à part, le design et le revêtement de la poignée assurent une bonne prise en main et réduisent la fatigue.

  • la compacité

Plus encombrantes qu’un simple fer à repasser, les centrales ont affiné leur design mais se rangent facilement sur une étagère (ou dans un tiroir coffre comme chez nous). Les compartiments range-cordons gagnent aussi de la place.

IMG_6934

Nous avons choisi la centrale Pro Express Total « pour les utilisateurs exigeants » : elle est simple d’utilisation avec ses 3 réglages différents (délicat / normal / jeans) et répond aux besoins de toute la famille. Elle défroisse en un clin d’œil les costumes et les jeans tout en étant super pro pour les vêtements fragiles. C’est celle que Petit mari préférait ! Les enfants et moi sommes bluffés par la qualité du repassage en moins de 5mn.

Pas besoin d’être Shiva même avec 4 enfants. Merci Calor de me simplifier la vie !

IMG_6966

 


'Article sponsorisé

Muriel

3 commentaires
4

Organisation familiale…

 

tumblr_mx917qM1Id1r9zulto1_400

Je ne suis pas en vacances loin de là, je grappille une journée quand je peux, j’essaie de répondre aux sollicitations et en même temps de me préserver, du coup je fais les choses à moitié ou pas du tout.

Alors de temps à autre, j’ai envie de gueuler un bon coup ! D’ailleurs je remarque qu’on se crie pas mal dessus en famille en ce moment, même pour se dire des choses simples…

J’ai fait des grosses courses après ma grève et les enfants font mine de faire ce qu’ils ont à faire entre 2 parties de Super Mario Kart sur la Wii. Pendant ce temps, je liste les différentes corvées afin de faire un planning et un tableau qui tiennent compte des âges, des jours de présence de chacun (Minette est en internat par exemple) et une fois validé le tout avec Petit mari, une nouvelle organisation familiale sera mise en place. Je ne pensais pas devoir faire ce genre de choses avec de « grands » enfants  mais bon…

 

Muriel

4 commentaires
4

Blabla etc…

Il y a des corvées que l’on accomplit facilement, certaines deviennent des plaisirs, d’autres ressemblent à de la torture et on repousse jusqu’à l’extrême limite le moment de les faire. Malgré mes bonnes résolutions, il y a toujours des choses que je remets à demain : procrastination quand tu nous tiens ! Je pense m’être assez bien reprise en main et j’avoue qu’il y a des moments dont je suis assez fière. J’ai fait des choix, je suis moins patiente parfois, plus exigeante et j’appuie même là où ça fait mal quand j’estime qu’il le faut. Je l’avoue, je calque aussi pas mal mon comportement sur celui que les autres ont envers moi et j’adapte mieux mes relations sans en attendre trop. Je prends de la distance avec des faits ou des personnes quand j’en ressens le besoin.

Les enfants grandissant, je suis moins dans l’organisation familiale, même si j’ai toujours le planning de chacun en tête, moins aussi dans la performance. Je ne crains plus d’être une « mauvaise mère » ou de ne pas assurer. Du coup mes journées sont plus faciles à organiser en me focalisant juste sur mes impératifs.

A l’heure où j’écris, une de mes patientes gravement malade, maman de 5 enfants, est partie pour quelques jours avec sa soeur dans son pays de naissance. Depuis le début de la maladie il y a quelques années, toute sa vie ne tourne plus qu’autour des rdv à l’hôpital et de la préservation d’une vie de famille. Les hauts et les bas, les résultats d’examens, les douleurs, les nausées, les vomissements… Outre les soins, mon travail de soignante a été de lui faire prendre conscience du temps qui passe, des étapes qu’elle a franchi et que ce temps qu’elle gagne, elle doit aussi en faire quelque chose pour elle, même parfois égoïstement. Et je suis contente !!! Contente de la savoir dans cet avion, contente de l’avoir aidée à franchir le pas, contente d’avoir vu ses enfants la rassurer, l’encourager et lui montrer qu’ils sont conscients qu’elle doit vivre sa vie malgré tout. Je suis impatiente de la voir la semaine prochaine, pour qu’elle me raconte…

J’avais presque oublié que la personne la plus importante de ma vie, c’est moi ! Persoone ne peut vivre ma vie à ma place et si je ne vis pas ou que je vis à travers mon mari et mes enfants, je ne fais qu’augmenter ma frustration et perdre mon temps. Quand nous sommes ensemble, tout tourne autour d’eux, ils parasitent aussi mes pensées quand je fais quelque chose toute seule ou avec une copine. Parfois, je regrette même leur absence. Mais au bout du compte, j’engrange des souvenirs.

L’autre jour, les enfants m’ont fait sourire en réclamant qu’on fasse quelque chose en famille ce week-end (vu la météo çà va certainement tomber à l’eau) en disant qu’ils aimaient bien sortir avec moi car on fait toujours des trucs supers, que je leur fait découvrir un resto, une bonne adresse, un magasin. Du coup, ils sont fiers ensuite de faire découvrir à leurs amis… 

Boy, par exemple, va se promener de temps en temps à Paris avec ses potes et les emmène voir des monuments, manger des cupcakes ou faire du shopping. Comme moi, il a un bon sens de l’orientation et du bon sens tout court ! Donc avant de partir, il regarde sur internet, sur une appli comment se rendre à tel ou tel endroit, prévoit la durée du trajet et respecte l’heure limite de retour que nous fixons ensemble. Je rigole quand je l’entends répondre au téléphone à ses copains heureux d’avoir su se rendre seuls à une adresse où il était allé avec eux ou de leur indiquer comment y aller car perdus… cela nous donne l’occasion de rire tout en s’interrogeant sur ce mode de fonctionnement un peu bizarre…

Parfois je me mets en colère car qui dit famille de 6 personnes dit que chacun a ses priorités qui ne sont pas celles des autres. En ce moment, j’ai régulièrement des accrochages avec mes ados qui veulent tout tout de suite et pensent que je peux attendre des mois qu’ils fassent leurs corvées. L’autre jour excédée, j’ai fermée la porte du living room à clé, ce que je n’avais pas fait depuis des années et qui leur interdit l’accès à l’ordi familial et à la télé.  Et j’ai donné mes directives par téléphone pour le dîner !

Je sais que l’essentiel est là : je ne sacrifie pas grand chose, j’avance sur le chemin de ma vie, les enfants ont ce qui leur faut et un peu de bon sens en plus, ce qui n’est jamais du superflu !

 

Muriel

4 commentaires