1

Perdre un mari, un père…

Elle a perdu son mari il y a 6 mois. Cela a été un choc pour tout le monde, chacun avait sa peine à gérer mais il ne fallait pas trop la montrer pour ne pas les accabler elle et ses 4 enfants. La vie a repris son cours tant bien que mal…

Nous étions un groupe de mamans, de parents élus au conseil d’école, avec plus ou moins d’affinités, plus ou moins de disponibilités. Les enfants grandissant, nous nous voyions moins à la sortie d’école, encore moins aux réunions. Il y a eu les passages au collège, puis au lycée, le bac des aînés, le début des études supérieures ; quelques petits derniers nés nous ont permis de garder le contact.

Et ce coup de semonce a rassemblé tout le monde ou presque autour de leur famille. Leurs enfants sont formidables de courage, de bonne humeur. J’adore les croiser dans le bus le mardi soir et je goûte le plaisir de leurs bisous quand nous nous séparons sur le trottoir à l’arrêt du bus et que je leur demande d’embrasser leur maman pour moi. Elle fait face, prend des décisions difficiles comme la vente de la maison pour se rapprocher des écoles, du travail, des copines…

Le groupe de mamans s’est reformé instinctivement autour d’eux pour accompagner à l’école, pour prendre un café, pour partager une pizza, une crêpe. Nous parlons des enfants, de lui, du boulot, des courses, des visites d’appartements. Nous rions, sourions, parfois nous sommes gênées d’être aussi gaies et pourtant elle a une façon bien à elle de nous remercier, de nous faire comprendre comme elle apprécie ses 2h entre femmes.

Elle est volontaire, courageuse, je ne sais pas comment elle fait ! Je suis admirative de sa façon de tout prendre à bras le corps, de gérer parfaitement ses priorités, de gérer sa peine en acceptant que sa vie continue… Je crois qu’il ne peut être que fier d’elle et d’eux. Je crois qu’il le savait en l’épousant et c’est pour çà qu’ils formaient ce couple si sympathique.

Son fils a ses gestes, cette façon d’enlacer, de toucher, de sourire, son humour. J’ai un coup au coeur à chaque fois que je le vois : son père sera toujours là.

 

Muriel

1 commentaire
21

Bienvenue !

Enfin chez moi…

Vous connaissez cette sensation bien agréable de regarder autour de soi, de sourire et de soupirer de bien-être. C’est ce que j’éprouve actuellement devant le super boulot accompli par Oelita, que je ne remercierai jamais assez !!!

Le décor a été conçu d’après les couleurs de ma carte de visite ; je n’ai pas encore de « réelle » identité visuelle, mais çà viendra.

Comme vous pouvez le constater, c’est plus spacieux, plus clair et mieux organisé. Il reste encore une partie de ma blogroll à mettre à jour, j’y tiens !

Vous avez tout ce qui me plaît à disposition (photos Instagram, playlist, photo de vacances aléatoire…), la possibilité de mieux me connaître (si c’est possible :-)) et de vous abonner de plusieurs façons.

En famille, nous avons voulu que ce blog garde son identité, c’est-à-dire qu’il se lise toujours comme un journal. Les catégories ont été retravaillées et la nouveauté sera une véritable newsletter.

Un des avantages à être chez soi, c’est qu’on peut choisir sa pub… Alors je fais d’abord de la pub pour mes copines !!! Allez leur rendre une petite visite de ma part !

Il y a encore certainement quelques petits bugs à réparer dans les prochains jours alors soyez indulgents mais surtout n’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez et à faire des suggestions !!!

En attendant, soyez les bienvenu(e)s et faites comme chez vous !

 

Muriel

21 commentaires
3

Projet en cours…

Ce week-end, ma copine Oelita m’a proposé la 1ère version béta du futur blog. J’ai failli tomber de ma chaise de joie tant elle a déjà super bien avancé (car migrer plus de 1700 articles écrits en 8 ans, c’est du boulot) et qu’elle a bien compris mes attentes. Il faut dire que nous nous connaissons depuis 14 ans grâce à internet ! 

Cela a donné lieu à des échanges très intéressants en famille, car c’est un peu le blog de tous et de chacun. Les enfants acceptent la « modernisation » mais veillent scrupuleusement à ce que l’esprit et le fond ne changent pas : çà me plaît ! C’est chouette de voir qu’ils notent les plus petits détails, qu’ils ont même un peu peur…

Je ne sais pas encore quand nous procèderons à la migration mais je vous invite déjà à bien noter www.femmeactive.org (le nom de domaine depuis 3 ans déjà) dans vos favoris afin de ne pas vous perdre en route et vous verrez que la nouvelle maison est simplement plus grande et plus claire, comme doit l’être une maison de famille nombreuse 😉 Oelita le maître d’oeuvre est maman de 5 enfants et sait donc de quoi je parle…

 

Muriel

3 commentaires
8

Egalité des sexes…

L’autre jour en sortant du cinéma, j’ai croisé un de mes anciens patients qui rentrait chez lui dare-dare avec son fils de 5 ans sur les talons et une petite fille de 10 mois dans la poussette. Il avait mauvaise mine, les traits tirés… Après les politesses habituelles, il me dit être en congé parental depuis la fin du congé maternité de son épouse et être débordé car la petite se réveille encore la nuit, que le grand est remuant et que c’est dur de préparer un déménagement avec 2 enfants en bas âge. Passé le 1er mouvement de surprise, j’ai discuté avec lui comme je l’ai fait avec mes copines en lui disant que le passage de un à 2 enfants était très dur et blablabla…

Ce soir, je rentre d’une dure journée de boulot à 21h (lumbago depuis samedi et je me shoote aux relaxants musculaires et aux anti inflammatoires), je trouve Petit mari dans la cuisine de mauvaise humeur en train de préparer une salade avec des restes pour le dîner… Passé le 1er mouvement de surprise,  je lui ai rappelé où se trouve la boîte de maïs, le fromage dans le frigo, etc. Il a râlé après les enfants (enfin les 2 présents) pour le couvert non mis correctement, a soupiré, a grogné… C’est lui qui m’a rappelé la réunion parents-profs à la LH pour Minette.

Et là, je me suis dit que les pères sont des mères comme les autres ! 

Il y a quelques temps, je me serai extasiée, j’aurai trouvé çà formidable ces hommes qui s’investissent, j’aurai même remercié Petit mari d’avoir pris l’initiative de préparer le dîner ! J’aurai trouvé çà extraordinaire ce voisin occupé avec ses 2 enfants qui ne s’en sort pas avec ses cartons à faire. En fait, j’ai trouvé çà normal, même si une petite voix intérieure jubilait de les voir « souffrir » comme nous les femmes, et je me suis dit que c’était un vrai pas vers l’égalité des sexes.

Je me réjouis peut être un peu vite et de peu mais je crois que les choses changent !

 

Muriel

8 commentaires
19

C’est moi qui signe…

Parfois tout n’est pas rose dans la vie d’une mère d’ados débordée… Je crois que c’est Marcel Rufo qui a dit qu’on éduque 2 fois nos enfants : petit et à l’adolescence. Oui, je suis effarée d’avoir à tout recommencer à partir de l’âge de 13 ans avec les miens ! En plus, c’est à refaire 4 fois, comme si j’avais eu 8 enfants.

Boy, fier de son pseudo-statut d’aîné depuis le départ de Grande fille en internat puis en coloc et profitant de la confiance qu’on lui accorde, se croit autorisé à 16 ans à prendre ses décisions seul, sans prendre l’avis de ses parents (ou à peine) mais surtout de décider alors que nous sommes contre ! C’est comme çà qu’à la rentrée des classes, il a arrêté les cours de solfège alors que nous en avions discuté en famille et que nous lui avions signifié notre désir qu’il continue. Cela s’est poursuivi avec son inscription au club d’athlétisme alors que je l’ai mis en garde devant la lourdeur de son planning, des entraînements, de l’obligation de se rendre aux compétions et du fait qu’il fait déjà du baskets, qu’il a des matches, qu’il va à l’aumônerie des lycées et qu’il continue la flûte traversière et le piano !!! En clair, il y a des week-ends où nous l’apercevons simplement le dimanche soir, pris entre le lycée le samedi matin, match de basket l’après-midi, aumônerie le samedi soir et compét d’athlé le dimanche…

Depuis le déménagement de Grande fille, les chambres se réorganisent, il y a du bricolage à faire, des meubles à envoyer à la déchetterie, etc. Sauf qu’on ne peut pas compter sur lui et qu’il dit tout à la dernière minute, nous mettant presque devant le fait accompli.

La semaine dernière, je me suis fâchée pour de bon et encore plus, quand j’ai entendu la version qu’il a donné à sa soeur !

Oui maintenant quand Grande fille passe à la maison (tous les 2 jours), elle prend des nouvelles de ses parents mais discute surtout avec son frère et ses soeurs, comme si elle avait acquis un nouveau statut : très étrange…

Il est puni jusqu’aux vacances (2 semaines quoi !) donc c’est la guerre froide entre nous.

Bref, cette semaine j’ai dû rappeler à mon ado de fils qu’il a un truc qui s’appelle l’autorité parentale et qu’il doit la respecter !

Muriel

19 commentaires