40

La Provence box de Noël Jean Martin (concours)

Comme vous le savez en bonne épicurienne que je suis, j’aime les bons produits de nos terroirs en particulier ceux du sud entre Grasse et Marseille…

Jean Martin vous propose de déguster ses coups de coeur gourmands, déco et beauté dans une Provence box de Noël, composée uniquement de produits 100% Made in Provence !

 

cjean-martin-_-la-provenc-e-box-de-noel-24e-bd

 

– Tapenade verte Jean Martin, largement composée d’olives vertes cassées de la Vallée des Baux-de- Provence parfumées au fenouil sauvage.

– Gran’draille Jean Martin (purée d’olives noires Grossane) : une exclusivité de la marque, est une purée d’olives noires Grossane, typique de notre région, au goût fort et fruité, à déguster en toast ou à cuisiner.

– Huile d’olive Fruité noir Castelas. Le moulin Castelas revisite les pratiques traditionnelles des anciens de la Vallée des Baux de Provence pour créer cette huile de caractère, Noir d’olive. Régulièrement primée aux concours Général Agricole à Paris, elle nécessite 4 variétés d’olives issues de leur propre verger cueillies à pleine maturité juste avant Noël.

– Calissons d’Aix du Roy René chocolat-noisette : une recette spéciale Noël de la collection Calissons d’exception, par La confiserie du Roy René installée au cœur d’Aix-en-Provence depuis 1920. Ce spécialiste s’engage à respecter la recette du calisson d’antan qui ne comporte que des produits naturels. Ma confiserie préférée !!!

 – Savon de Marseille et une pochette parfumée Lothantique. Installée dans les Alpes de Haute Provence depuis près d’un siècle, Lothantique est restée une entreprise familiale où l’on respecte le savoir-faire authentique, le savoir-vivre et l’environnement. Savon de Marseille aux saveurs gourmandes de Noël : une formule actuelle respectueuse de notre territoire composée d’huile d’olive des Alpes de Haute Provence et de beurre de Karité. Pochette parfumée aux senteurs de la garrigue pour parfumer penderies, 
 voitures, valises… Depuis le mois de septembre, j’utilise leur savon liquide de Marseille à l’amande douce sous la douche : il est parfait ! Je vous en reparlerai bientôt.

– Ustensiles en bois d’olivier Barbier. L’olive encore… avec ces ustensiles en bois d’olivier, fabriqués de façon artisanale par l’entreprise Laurent Barbier implantée en Drôme provençale depuis 1929.

– Cigale dorée porte-bonheur en cire de la Ciergerie des Prémontés. Véritable porte-bonheur provençal fabriqué artisanalement au cœur des Alpilles par la dernière ciergerie traditionnelle utilisant des techniques ancestrales datant du 15e siècle.

– Livret de recettes Jean Martin : 2 recettes Jean Martin autour de l’olive, fruit de saison par excellence !

Cette box est proposée en exclusivité et série limitée au prix de 24 euros.

 

*****

Concours

Un exemplaire de cette délicieuse box est à gagner !!!

Pour participer, il suffit de :

  • me dire en commentaire quelle est votre confiserie préférée
  • Suivre la page Facebook Jean Martin et la mienne
  • +1 chance si vous partagez cette publication sur les réseaux sociaux (au choix Facebook, Instagram et/ou Twitter) en m’indiquant le nom de compte en commentaire (mon compte est @journalmd)

Fin du concours mercredi 28 Décembre à 23h59

Bonne chance !!!

(attention : concours réservé à la France métropolitaine et la box sera expédiée début janvier)

Muriel

40 commentaires
0

La Fondation Louis Vuitton

Les Journées Particulières LVMH sont une opération sans égale de la part d’une entreprise privée. Elle manifeste l’hommage que le groupe LVMH rend à l’excellence artisanale de ses Maisons et au patrimoine du savoir-faire européen. Le succès des deux premières éditions illustrent l’attachement du public à ce patrimoine – ateliers, chais, caves, hôtels particuliers, demeures familiales, boutiques historiques… – qui constitue, pour la France comme pour tous les pays d’Europe de grande tradition artisanale, un atout de tout premier ordre, tant en termes de rayonnement économique que de créations d’emplois.

N’ayant pas eu la chance de réserver un billet pour la visite d’une des maisons et ne souhaitant pas faire des heures de queue peut être en vain, j’ai choisi une visite gratuite de la Fondation Louis Vuitton, ouverte au public depuis octobre 2014.

Ainsi j’ai pu admirer le chef d’oeuvre de l’architecte Frank Gehry et l’oeuvre temporaire d’art contemporain « L’Observatoire de la lumière », travail in situ de Daniel Buren. A travers un jeu de 13 couleurs, de projections, de reflets, de transparences, de contrastes, à la fois intérieurs et extérieurs, il offre un nouveau regard sur le bâtiment, qui varie en fonction de l’heure, du temps et de la saison.

 

IMG_5312 IMG_5316 IMG_5322

Olafur Eliasson a conçu une œuvre d’art pérenne pour le « Grotto » : une coursive quasi sous terraine en rez-de-bassin nord, entre le bâtiment et la paroi moulée. L’artiste a imaginé une œuvre le long du parcours, composée de colonnes, baignant tout l’espace de lumière jaune, réfléchissant l’environnement et le visiteur à la manière d’un kaléidoscope monumental.

Les 43 colonnes triangulaires de l’installation, toutes différentes, comportent chacune un panneau de mosaïque de verre soufflé jaune rétro-éclairé par de puissants projecteurs LED et deux panneaux de verre miroir d’un seul tenant. Le visiteur sortant du bâtiment et passant par un point géométrique précis se voit reflété simultanément 43 fois dans chacune des colonnes.

IMG_5330 IMG_5334 IMG_5336

fondation LV

J’ai vraiment eu beaucoup de plaisir à découvrir la Fondation Louis Vuitton, d’autant que des micro-visites de 15mn sont proposées toutes les heures à chaque étage. Elles durent plutôt 30mn et sont faites par un personnel compétent sachant nous faire partager l’enthousiasme et la fierté qu’il a à travailler dans un tel lieu.

Je ne pouvais pas terminer ma visite sans prendre le thé au restaurant Le Frank, sous les poissons de Frank Gehry, et de goûter la fameuse tarte fine pur citron du chef Jean-Louis Nomicos. Attention toutefois, son prix est un peu excessif…

IMG_5340 IMG_5343

Fondation Louis Vuitton

8 Avenue du Mahatma Gandhi Paris 16è

Fermé le mardi

NB : le billet d’entrée donne accès au Jardin d’Acclimatation

Muriel

Commenter
12

J’ai avalé les km avec #eatyourrun

Il y a 7 ans, j’ai quitté l’hôpital où je travaillais depuis 12 ans. J’emportais des tonnes de souvenirs mais surtout 30kg de surpoids dus à 4 grossesses, la gourmandise, le stress et 8 ans de travail de nuit.

Je me souviens des gens et des copines qui me disaient que je n’étais pas grosse mais qui parlait de la largeur de mes fesses avec leurs enfants ou me décrivaient en disant que j’étais la « dame noire assez forte »…

Toutes ces années, j’ai essayé tous les régimes. Je dis bien TOUS : Isoméride, Dukan, soupe au chou, WW, 5/2, index glycémique, jeûne, etc. J’étais grosse, je le savais, mais je me sentais mieux dans ma peau que lorsque je pesais 57kg… A cette époque, je me trouvais pleine de défauts physiques, tout çà parce que je ne plaisais pas aux garçons qui me plaisaient !

Sans refaire toute mon histoire, j’ai au moins appris que le sport est mon ami. C’est pourquoi j’ai commencé mon activité libérale à vélo (électrique) puis à pied. Je m’efforce de suivre les recommandations de l’OMS en faisant 10 000 pas par jour. Je sais aussi que pour maigrir je dois éliminer plus de calories que je n’en avale. Idem si je veux m’accorder des petits plaisirs comme du soda, des pâtisseries, de l’alcool ou des viennoiseries.

Je me suis fixée un objectif de poids final et surtout une date limite : avant mes 50 ans et la ménopause. Donc en gros, cela me laissait presque 10 ans ! Autre impératif : stabiliser définitivement mon poids. Pour résumer : 30kg à perdre avec un maximum de 10kg par an et stabiliser ce poids pendant 12-18 mois avant de vouloir perdre la dizaine suivante. Donc – 30kg en 6-8 ans !

Autant vous le dire, j’y suis presque et je suis fière de moi !!! Depuis 2010, j’ai perdu 25kg, j’ai atteint un poids que je n’avais pas revu sur ma balance depuis 1991. Je marche entre 12 000 et 23 000 pas par jour soit 7,5 à 13,5km quand je travaille. Je divise à peu près par 2 quand je ne travaille pas. Mais j’y ajoute un running ou 2 dans la semaine. Plus si je prépare une course. Cela m’a permis de courir La Parisienne, de m’entraîner avec mon fils, de participer à la Nike’s women run 10km l’an dernier et d’envisager sereinement un 20km en duo avec mon garçon dans un an.

Donc quand j’ai reçu, une paire du nouveau modèle Eliorun de Kalenji, la marque de Décathlon à tester dans le cadre d’une opération originale, baptisée #EatYourRun, inutile de vous dire que j’étais emballée.

En effet, les blogueurs sélectionnés étaient invités à dîner le 24 mai. Mais devaient auparavant sélectionner leurs plats sur un drôle de menu où le prix des plats était indiqué en kilomètres ! En 3 jours de travail, j’ai accompli 25 km, suffisamment pour prétendre à un repas complet : entrée-plat-dessert.

eat your run kalenji

Nous nous sommes donc retrouvés au 6 Paul Bert  (6 rue Paul Bert Paris 12è) pour déguster un menu gastronomique en devisant agréablement avec une partie de l’équipe venue de Lille. Chez Kalenji, l’important est ainsi de courir à son rythme : celui dicté par son corps et non par sa volonté, le rythme avec lequel chacun se sent en symbiose avec lui-même et la nature.
L’essentiel pour la marque est de rendre accessible à chacun le plaisir de la course à pied, en éveillant et développant l’envie de pratiquer ce sport le plus naturel au monde, en proposant un produit de très bonne qualité pour 50€. Les Eliorun sont légères, souples, très agréables à porter, s’adaptent à tous les temps et sont parfaites pour des runnings réguliers (3 fois par semaine). Les différents coloris proposés sont très sympas.

IMG_5558    IMG_5567

Mon menu :

  • étirement de bonito sur sureau et betterave 3,2 km
  • envolée de pigeon sur carotte, pêche et thé Oblong 10,1 km
  • décathlon de fraises hibiscus et féta 6,3 km

IMG_5568

IMG_5571

IMG_5572

IMG_5573

Merci à Kalenji et Décathlon pour cette belle opération en parfaite adéquation avec l’épicurienne qui prend soin de sa santé et de sa forme que je suis !

Muriel

12 commentaires
3

Hier encore, j’avais 20 ans…

 Outre la rentrée des classes, Septembre est aussi un mois un peu particulier : celui où il y a 22 ans, Petit mari et moi avons commencé à nous « fréquenter » sérieusement (comme disent les vieux)…

Hâpés par le quotidien, nous n’avons pas fait de méga fête pour nos 20 ans de mariage en juin dernier. Nous nous sommes offerts une parenthèse parisienne…

Souvenir merveilleux de Thoumieux :

l’hôtel-restaurant gastronomique-brasserie de Jean-François Piège, ancien chef étoilé du Crillon et membre du jury de l’émission Top Chef sur M6.

C’est un hôtel de 15 chambres conçu comme une maison d’hôtes, pas loin de la Tour Eiffel dans le 7è arr. de Paris.

Dans la même rue que les restaurants de Christian Constant (dont le fameux Les Cocottes pour un déjeuner à moins de 30€/personne).

L’accès est presque caché (une porte anonyme noire), un petit escalier…

Ambiance calme et feutrée, aucun bruit de l’extérieur.

La décoration bohème chic est l’oeuvre d’India Mahdavi.

Les chambres sont petites mais on s’y sent tout de suite bien, comme dans un cocon.

Tout le confort et la modernité sont à portée de main : Ipad, station d’accueil pour Ipod et Iphone, TV écran plat, mini bar avec soft drinks offerts, des sablés faits maison, peignoirs et chaussons, produits bio Aesop dans la salle de bain…

Nous avions choisi un package comprenant la nuit d’hôtel, le dîner gastronomique avec accord mets et vins et le petit déjeuner.

La Règle du Je(u), c’est son nom, propose une carte d’ingrédients de saison autour desquels le chef crée des plats, qu’il vous fait la surprise de découvrir. 

J’avais précisé que nous venons pour notre anniversaire de mariage donc nous avons eu droit à un menu surprise élaboré autour de 3 ingrédients…

Que dire ? Ah les asperges, ah les langoustines, ah le pigeonneau… Tout était délicieux, tellement bon qu’il ne reste presque plus de place pour le dessert !

Un service décontracté mais impeccable, une équipe aux petits soins dans une salle qui ressemblerait presque à un salon.

Un immense plateau de petit déjeuner nous a été servi dans la chambre (on peut aussi le prendre à la brasserie) avec des délicieux yaourts à la vanille faits maison ainsi que les confitures, du jambon artisanal et de vrais oeufs brouillés (çà change des oeufs en poudre des Novotel !!!).

Jean-François Piège a créé un endroit que l’on n’a pas envie de quitter.

Grâce au package, le tout est à un prix raisonnable (si l’on considère le prix d’un dîner gastronomique dans un palace parisien).

Et puis, on n’a pas tous les jours 20 ans !

Cliquez ci dessous pour + d’infos

THOUMIEUX

79 rue Saint Dominique

75007 Paris

tel : 01 47 05 49 75

Muriel

3 commentaires