6

Nouveau job 15 jours plus tard

Nouveau boulot, horaires de bureau mais du mal à trouver un rythme perso.

Pourtant ce n’est pas compliqué, je suis au bureau juste avant 9h tous les matins. J’ai environ 45 mn de trajet en transport public. Pause déjeuner de 13h à 14h et je termine le soir à 18h du lundi au jeudi, 17h le vendredi. J’ai environ une centaine de dossiers à suivre, des actions d’information et de prévention à mener. Je vais aussi travailler sur un nouveau projet : l’Hébergement citoyen.

Bref, je suis ravie de ce changement de cap, de cette ouverture aux autres et d’avoir retrouvé la possibilité de me construire une carrière.

Car oui le travail en équipe, la confrontation et la réflexion m’ont manqué pendant toutes ces années. C’est bête mais j’aime partager un bureau avec des collègues, réfléchir ensemble, rire, discuter et nous avons déjà prévu des happy hours afin de renforcer la cohésion d’équipe (je suis la seule infimière dans une équipe de 8 travailleurs sociaux).

Certes je ne fais plus de soins mais j’en ai fait pendant 20 ans, c’est comme le vélo, je n’oublierai pas ! Donc j’ai mon mug, des gâteaux dans mon tiroir, du thé et un pot plein de stylos. J’ai aussi un portable pro, une ligne directe et un agenda qui se remplit vite de réunions et autres rdv.

J’apprends à faire des tableaux Excel pour quantifier mon activité, à écrire des notes et des projets. Je n’ai pas le temps de m’ennuyer !

Je suis contente d’avoir réussi à maintenir ma routine du matin en mettant mon réveil à 6h : j’ai 1h30 pour méditer, visualiser, lire, écrire et boire mon yogi tea. Malheureusement, le gros point noir est mon incapacité à bouger mon corps depuis 2 mois : j’ai tout arrêté et ma silhouette s’est alourdie d’au moins 5-6 kg. De 12 à 15km parcourus par jour quand j’étais en libéral, je suis passée à 3-6km maxi.

Je ne saurai vous dire à quel point j’apprécie de rentrer chez moi au plus tard à 19h le soir sans avoir mal partout ! C’est un tel confort surtout quand je n’ai pas de 2è journée qui commence vu que mes enfants sont grands. Par contre, je n’ai pas encore trouvé de routine pour les 90-120mn dont je dispose… J’attends avec impatience le retour de ma prof de yoga et la motivation pour du running.

Dernier point positif et superficiel : je peux enfin mettre les vêtements que je veux !!! Cela n’a l’air de rien et totalement futile à la fois, mais avoir une armoire qui regorge de fringues et ne pas pouvoir les mettre car pas pratiques quand je montais et descendais toute la journée me frustrait énormément et devenait ridicule. Aujourd’hui, je peux de nouveau mettre des robes et des jupes en hiver, bientôt je sortirai mes jolies chaussures aussi.

Je suis heureuse de ne plus me plaindre, de ne plus être épuisée, de ne plus penser h24 au boulot, de parler de belles actions sociales et humanitaires à mes enfants et à mon mari, d’avoir réellement du temps pour faire des entretiens infirmiers, de rencontrer des gens formidables, de pouvoir exercer mon métier différemment et d’apprendre encore…

Je vous remercie pour vos gentils mots et votre intérêt sincère. Je suis désolée encore une fois de vous avoir laissé sans nouvelles.

image

image

image image

Muriel

6 commentaires
0

Les yogis du coeur

Croiser des apprentis yogis et des runneurs dans le métro un dimanche matin d’octobre…

Il y avait les 20km de Paris et les Yogis du coeur au Grand Palais dont je vous ai parlé jeudi dernier. J’ai laissé toute ma troupe endormie à la maison. Je me suis emmitouflée mais pas trop car, plan Vigipirate oblige, il fallait venir en tenue de yoga. Je pensais être seule au milieu de cette foule de 2000 participants. En fait j’ai retrouvé une copine blogueuse et des amis yogis, rencontrés aux cours de Oriane.

Cela avait quelque chose d’émouvant d’être réunis dans l’un des plus beaux monuments de Paris pour une cause humanitaire. D’y trouver la paix, la sérénité, le partage en effectuant une bonne action pour des enfants malades. L’évènement a permis de rassembler assez argent pour opérer 5 enfants ! Cela valait donc le coup de se lever tôt et d’affronter le froid parisien un dimanche matin pour ouvrir ses chakras (çà fait toujours mourir de rire mon fils !) et saluer le soleil. J’ai vécu quelque chose d’intense que je recommencerai avec plaisir.

img_1325-1 img_1317-1 img_1308-1

Muriel

Commenter