2

Mes résolutions de rentrée

A partir de quand devient-on un vieux couple ?

Honnêtement, je n’en sais rien ! Réponse bateau : c’est dans la tête… Mais 25 ans de mariage, ça commence à faire un paquet d’années ! Ce n’est pas toujours facile de garder le cap, de faire des choses à 2 quand on a une famille nombreuse, que les enfants occupent beaucoup de place, voire l’essentiel. Parmi mes craintes, il y a celle de ne vivre que pour et par les enfants, d’oublier que c’est notre histoire, notre couple qui leur a donné naissance et que cette histoire se poursuivra quand ils auront quitté le cocon familial.

Alors depuis toujours, je lutte contre la tendance pantouflarde de Petit mari. De temps en temps, je baisse les bras, je me laisse emporter par le tourbillon de la vie et du travail, je me noie dans la routine.

Il y a quelques années, j’ai décidé d’être contre les résolutions. Certainement parce que je ne les tenais jamais ! Et il y a eu cette chronique de 5mn cet été de Christophe André sur le sujet et je me suis dit : pourquoi pas ? Dans le fond, il a peut être raison, les résolutions c’est utile pour progresser.

 

Alors j’ai convaincu Petit mari au mois d’août de faire du sport ensemble une fois par semaine. Rien d’extraordinaire : nous habitons au bord d’un lac donc faire un tour du lac, de préférence le samedi matin entre 9h et 11h. En gros, cela représente 40-45mn de marche rapide et 4,5km à parcourir… Parfait pour se remettre en forme en douceur, observer la nature, respirer, se vider la tête des soucis de la semaine ! En plus, comme j’ai repris le running pour préparer La Parisienne, c’était pour moi une séance de plus dans mon planning hebdomadaire.

2 mois plus tard, une de mes amies m’a proposé une initiation au tango. Au début de notre mariage, nous avions pris des cours de danse de salon, l’occasion de se remémorer quelques souvenirs. Le cours est à 20h le mercredi soir et dure 1h30. Pas stressant en cas de réunion qui dure plus longtemps que prévu et retour à la maison aux alentours de 22h pour un prix raisonnable. Donc nous voila occupés à penser à notre posture, à suivre le rythme de la musique, à respirer et à rire.

La surprise,  c’est Grande fille qui marche de temps en temps avec nous le samedi et Boy qui lui aussi a envie d’apprendre le tango  (il suit des cours de salsa le jeudi à la fac) !!! Prendre des résolutions pour soi et proposer sans forcer : c’est oui ou c’est non, sans avoir à se justifier. Quand Petit mari n’a pas envie, je ne le force pas, je ne fais pas la tête, je ne le prends pas mal. Il a le droit de ne pas avoir envie, d’être fatigué… Je me prépare et j’y vais seule parce que c’est important pour moi. C’est peut-être dur mais s’il est mon « partenaire privilégié », il ne me fait pas l’aumône de sa présence. Cela doit être une envie, un désir entre nous, pas une obligation. Et je crois que les enfants ont perçu ces notions de plaisir et de partage dans le respect de chacun.

 

IMG_0688 IMG_0713 IMG_0692

Muriel

2 commentaires
2

Zen en ville…

L’avantage de travailler en ville et de faire tous mes déplacements à pied, c’est que je vois les choses différemment. J’ai une vision de piéton qui n’est pas celle des conducteurs, je connais bien ma commune et surtout, je vois tout ce qui en fait le charme. Je croise des limaces et des escargots, je vois des rats, des lapins, des grenouilles, des cygnes, des poules d’eau, des chats, des chiens. Je parle seule, à la nature ou aux élémetns qui se déchainent. Je sens venir la pluie, j’ai chaud, j’ai froid. Je m’arrête souvent pour faire une photo, pour sentir et essayer de reconnaitre une odeur. Je marche dans l’herbe mouillée, je cueille des fleurs que j’accroche à ma boutonnière ou je me fais des bouquets de pissenlits et de coquelicots comme quand j’étais petite. Je saute comme une enfant dans des flaques d’eau, je cours après le bus, je chante à tue tête ou avec mes écouteurs sur les oreilles…

En ce moment ce que j’aime par dessus tout, c’est quand je rentre vers 20h, avec le soleil couchant en longeant le lac. Je me dis qu’avant la fin de la semaine, je ferai comme ce monsieur croisé il y a 15 jours : j’irai me coucher dans l’herbe, je sentirai la brise sur mon visage, je détacherai mes cheveux, j’enlèverai mes chaussures et j’attendrai que le soleil se couche en respirant profondément et en savourant ce moment…

 

Muriel

2 commentaires
3

Optimisation…

Quand j’étais encore trentenaire, je voulais être capable de courir un marathon pour mes 40 ans. Primo, ce ne sera même pas un semi ; en plus, j’ai 42 ans ! Ce sera peut-être pour ma ménopause ou mes 50 ans 😉

Mon vélo électrique m’ayant lâché il y a pas mal de temps déjà, je fais mes tournées à pied. Régulièrement, je me pose la question de continuer ou pas mais je ne peux pas nier que, même si c’est parfois fatigant, cela a augmenté ma capacité physique, mon endurance et redessine petit à petit ma silhouette. J’ai pu le constater en faisant du vélo elliptique chez les kinés : j’ai fait 45 mn en alternant les paliers de difficulté sans problème.

Du coup çà m’a encouragé à envisager mon activité physique d’une manière plus rationnelle, à utiliser des applis sur mon Iphone telles que le Podomètre et TactioSanté. J’ai été surprise de la distance que je parcourais pendant ma tournée, j’équilibre un peu mieux mes apports alimentaires entre mes jours de travail et mes jours de repos.

 On peut avoir le besoin d’améliorer ses performances personnelles et d’appliquer ses méthodes rationnelles à tous les domaines de sa vie. Pour ceux ou celles que cela intéresse, vous pouvez faire une petite recherche sur le « quantified self »

Muriel

3 commentaires
1

Sur la Croisette

On ne peut pas être à Grasse sans descendre à Cannes ! C’est toujours un peu l’expédition à cause des embouteillages mais grâce aux nombreux parkings publics (aussi chers voire plus qu’à Paris !), on prend du bon temps.

Nous avons admiré les beaux bateaux amarés dans le port, repéré le départ pour les îles de Lérins, fait un tour au marché de Fortville (qui m’a pas mal rappelé le marché de Basse-Terre en Guadeloupe) et dans les rues piétonnes alentours.

Boy m’avait demandé un truc tout simple en rentrant de colo : des espadrilles !!! Rien de plus facile à trouver, du coup j’en ai pris 4 paires…

Et on ne peut pas aller à Cannes sans « faire sa star » pendant quelques minutes sur les marches du Palais des Festivals ou sur la plage !

 

 

Une bonne idée de promenade digestive en attendant d’aller à la plage : l’exposition consacrée à Romy Schneider au Palais des Festivals et des Congrès jusqu’au 2 septembre. Si comme moi, vous l’avez manquée à Paris, n’hésitez pas. C’est magnifique, bien construit et émouvant…

Muriel

1 commentaire