0

J’ai compris que j’ai vieilli…

IMG_5380

Vendredi dernier, j’ai pris un coup de vieux.

J’étais invitée par une de mes amies à la fête des 80 ans de l’Union Sportive de ma ville. Tout avait bien commencé, j’étais en mode « pretty woman » : une jolie robe décolleté bateau, des escarpins Patricia Blanchet aux pieds, du mascara et un peu de rouge à lèvres ! La soirée avait lieu sur un bateau à quai. Le problème dans ce genre de soirée est que l’on retrouve toujours les mêmes personnes, celles qui sont de tous les banquets municipaux, celles qui ne quittent jamais le bar et/ou le buffet bien décidées à se faire rembourser en nature leurs impôts locaux…

Habitant la même commune depuis 41 ans, j’ai été et je suis adhérente de l’US. Dans ma jeunesse, c’était en athlétisme ; aujourd’hui, en section natation-aquabike. J’étais donc effarée de croiser les mêmes personnes qui étaient déjà vieilles il y a 35 ans !

Ce fut l’occasion de revoir les anciens présidents, d’écouter le discours de notre député-maire et de céder à la nostalgie en regardant le petit film réalisé pour la fête. Et là je me suis pris virtuellement une claque : les 40 années les plus actives se confondent avec l’histoire du développement de ma ville et de fait, ma propre histoire… J’ai essuyé les plâtres des premières activités multisports quand j’avais 10 ans, j’ai fait partie de la 1ère équipe de relais féminine en athlétisme, j’ai fait l’inauguration du grand stade, j’ai eu des camarades qui sont devenus champions d’Europe et du monde, etc. Puis la 2nde claque, c’est quand j’ai croisé des camarades d’enfance et que j’ai commencé mes phrases par « çà fait longtemps, « que deviens-tu » et tous ces trucs que j’entendais dans la bouche des vieux aka mes parents !!! Pour la 1ère fois, j’ai eu ces fameuses discutions qui me faisaient soupirer et lever les yeux au ciel quand j’étais ado. Heureusement mes enfants n’étaient pas là ! Mais j’ai eu envie de m’écrier plusieurs fois : « Maman sort de mon corps ». Non je suis bien cette femme de 45 ans, mère de 4 ados qui portait des couettes quand elle courait le 80m en catégorie cadette. Je suis cette femme qui s’est déchaînée sur du Kendji Girac avec ses copines au milieu des vieux-qui-étaient-déjà-vieux, car elle avait décidé de s’amuser de passer une bonne soirée même si elle n’était plus très sûre de savoir encore danser. A minuit et demi, j’ai sorti mes ballerines pliables, rangé mes escarpins de princesse et suis rentrée me coucher comme la « vieille » que je suis devenue à mon tour…

Pensez à m’éloigner du buffet dans 20 ans hein !!!

Muriel

Commenter
0

Le comble de la mère de famille nombreuse

IMG_4306 IMG_4308 IMG_4331

Rentrer le soir après une longue et dure journée, trouver l’appartement vide et me réjouir. J’ai trouvé le comble de la mère de famille nombreuse : apprécier le silence et l’absence !

Me souvenir de toutes ces soirées où je jonglais entre les enfants, leurs devoirs, les activités extra-scolaires et la préparation du dîner… Les leçons à faire réciter, la révision de solfège et le travail de l’instrument, les petites qu’il fallait occuper à coups de Disney Channel, Dora l’exploratrice ou autre, répondre aux coups de fil désespérés des copines de l’association de parents d’élèves tout en me demandant ce que je pourrais bien cuisiner, quand il n’y avait pas des courses de dernière minute à faire !

Si de temps en temps j’ai la nostalgie de cette époque, cela ne dure pas très longtemps ! Aujourd’hui je rentre, je me déshabille, j’enfile le combo bas en polaire/tee-shirt en coton/grosses chaussettes Primark et je soupire de bien être en m’installant sur le canapé, aussitôt rejointe par le chat qui vient poser sa tête sur ma poitrine. Avec 2 filles en internat, 2 étudiants qui rentrent entre 20h et 22h, un mari cadre overbooké, je peux profiter de 1h à 2h de calme absolu après le travail. Juste une bougie, le soleil couchant et mon plaid de yoga. Prendre le temps de me poser, profiter de l’instant présent, détendre mes muscles endoloris et respirer…

J’ai aussi retrouvé le plaisir d’aller à la messe en faisant une halte à la chapelle de mon quartier, devant laquelle je passe 6 fois par jour. Je cherchais depuis des années à « échapper » à la messe du dimanche (notamment parce que je travaille 2 week-ends par mois) et parfois en cherchant bien, on s’aperçoit que la solution était juste sous notre nez. Il suffisait de s’arrêter et lire le tableau d’affichage : la petite messe de 30 mn à la chapelle le vendredi soir. Il y a les habitués et les « de passage ». Nous sommes rarement plus d’une douzaine et cela me fait du bien. Une forme d’intimité, une vraie communion d’esprits et le plaisir de croiser une de mes patientes qui s’occupe également de l’accueil. J’ai réussi à entraîner avec moi Miss A la semaine dernière et je ne désespère pas d’attirer Boy qui se dit « un peu en délicatesse » avec la religion depuis un an, lui qui aimait tant l’aumônerie des lycées.

Je suis heureuse d’avoir trouvé ces instants où je peux me détendre, me réconcilier avec mes différents rôles et prendre soin de moi à des créneaux horaires qui me conviennent.

Muriel

Commenter
3

Mot d’enfant…

Sur la route du retour de vacances…

Moi : « Oh la la j’suis vieille, je connais toutes les chansons , je n’arrête pas de chanter depuis tout à l’heure

Minette (13 ans) : Mais non t’es pas vieille ! C’est pas comme si tu connaissais les chansons de Radio Nostalgie…

Petit mari : Mais c’eeeeeeeeeeeeeest Radio Nostalgie !!! »

Eclat de rire général dans la voiture.

Muriel

3 commentaires
42

Il était une forêt (concours dedans)…

Si vous avez aimé La Marche de l’Empereur, vous aimerez le nouveau film de Luc Jacquet qui sera en salle le 13 Novembre!

il était une forêt

 

Synopsis

Il était une forêt, nous invite à une découverte inédite des forêts tropicales primaires.
Pour la première fois, une forêt tropicale va naître sous nos yeux. Ce film synthétise une gigantesque somme de savoirs acquise pendant des siècles. De la première pousse de la forêt pionnière au développement des liens entre plantes et animaux, ce ne sont pas moins de sept siècles qui vont s’écouler sous nos yeux. Il était une Forêt propose un voyage inédit en forêt, un voyage dans la vie elle-même.
Depuis des années, Luc Jacquet filme la nature et le monde animalier, pour émouvoir et émerveiller les spectateurs à travers des histoires uniques et passionnantes. Sa rencontre avec le botaniste Francis Hallé a donné naissance à ce film patrimoine sur les forêts tropicales primaires, un des enjeux écologiques majeurs, véritables poumons verts garants de la vie sur terre. seul le cinéma peut offrir une plongée exceptionnelle dans ce monde totalement sauvage, en parfait équilibre, où chaque organisme – du plus petit au plus grand – joue un rôle essentiel.

IEUF_Affiche

 

 

Petit mari étant originaire de Guyane, nous parlons régulièrement en famille de la forêt amazonienne, de la faune et de la flore là-bas… Comme je suis née en Guadeloupe, je m’intéresse aussi au patrimoine culturel de mon île, notamment au parc national situé en Basse-Terre. Avec Petit mari et les enfants, nous avons fait pas mal d’excursions lors de nos vacances et c’est ainsi que j’ai appris la définition de la canopée.

Minette, Tit’puce et moi avons eu la chance de voir le film cet après-midi, dans le cadre du Disney Social Club. A la sortie de la projection, il y avait 2 pour 1 contre. Minette et moi avons beaucoup aimé nous plonger dans la forêt tropicale, nous mêler à ses habitants, voir la végétation, comprendre le rôle de chaque espèce animale ou végétale et regarder ces arbres grandir, grandir, grandir, vivre, s’épanouir et des siècles plus tard… Mourir. Les bruits (parfois impressionnants) et la musique surtout, notamment le violoncelle (mais vous savez pourquoi nous y sommes sensibles à la maison), nous a touchées, émues même. Tit’puce, fatiguée par sa longue journée outre-manche, a été beaucoup moins sensible à la beauté du film, l’a trouvé un peu trop long (1h18mn).

Le film est très bien fait, les images sont à couper le souffle même si les dessins d’animation sont trop « naïfs » pour Minette. Il a été tourné au Gabon et au Pérou. Francis Hallé, le botaniste qui a inspiré Luc Jacquet, est impressionnant et son costume Agnès B lui va si bien ! L’intérêt pédagogique est indéniable et je suis sûre que ce film sera un bon support à l’école, plus particulièrement en cours de SVT ou dans les débats sur la préservation de l’environnement. A voir de préférence en 3D !!!

*****

Comme vous en avez l’habitude maintenant, j’ai la possibilité de gâter plusieurs d’entre vous en offrant 4 lots de 2 places de cinéma pour aller voir le film Il était une forêt.

Pour cela, il suffit de répondre correctement aux questions suivantes en commentaire : 

– Comment s’appelle le réalisateur du film Il était une forêt ?

– Quel est le thème principal du film ?

Vous avez jusqu’au mercredi 6 Novembre pour participer !!!

Un tirage au sort désignera les gagnants.

N’hésitez pas à devenir fan de ma page Facebook et relayer ce concours sur les réseaux sociaux !

*****

édit du 7/11 :

Merci d’avoir participé aussi nombreux !

Les gagnants des 4 lots de 2 places de cinéma pour voir Il était une forêt sont :

  • MICHACHAMI
  • FLORIIANE
  • MAMAZARRO
  • CAROTITI

Envoyez-moi rapidement vos coordonnées à muriel(at)femmeactive.org !

 

Muriel

42 commentaires
2

Juste nous, juste 2…

A l’heure où vous lirez ces lignes, je serai dans le train avec Tit’puce.

Mon 1er voyage, son 1er voyage, juste elle et moi, juste un de mes enfants et moi à l’étranger, juste nous 2 pour une journée.

C’est tout, ce n’est rien, c’est juste la 1ère fois depuis sa naissance. Vous savez, les mamans, ce moment après l’euphorie de l’accouchement, quand toute la famille est partie, que tout se calme et que vous vous retrouvez avec votre bébé pour une longue 1ère nuit en tête à tête. Vous regardez , vous dévorez des yeux ce nouveau bébé, vous lui parlez…

Je retrouve bien des années plus tard ce sentiment, cette sensation, juste parce que le temps d’une journée, nous traverserons la Manche, nous vivrons un truc à 2 au milieu des autres certes, mais ce ne sera qu’à nous. Rien d’extraordinaire, une petite visite, un jour de vacances qui ressemble à une bulle dans le « continuum espace temps » (vous savez la fameuse phrase de Doc dans Retour vers le futur !).

SONY DSC

SONY DSC

 

SONY DSC

Muriel

2 commentaires