12

Semaine 7 challenge photo #365virginieb

7è semaine du challenge « 365 photos du quotidien » de Virginie B !

J’attaque ma 2è semaine de vacances à la montagne dans la minuscule station de Vallorcine, dans la vallée de Chamonix. J’aime beaucoup la simplicité, le village qui ressemble à un hameau, la préservation de la nature et de l’habitat traditionnel. Un séjour au calme dont a besoin une maman débordée pour pouvoir recharger ses batteries…

 

IMG_6189IMG_6218IMG_6229IMG_6234IMG_6248IMG_6268IMG_6273

  • 41/365 Un petit selfie sur les pistes de La Poya où je skie tranquillement au point d’étonner le gars des remontées mécaniques : « mais vous skiez toujours toute seule ?! » -> Je suis une mère indigne en vacances !
  • 42/365 Petite raclette à 2 avec ma mère
  • 43/365 Quelques courses à Argentière et l’impression de « descendre à la ville »
  • 44/365 Journée au chaud à regarder la neige tomber…
  • 45/365 Déjeuner seule à Chamonix, après mon expédition à la Mer de glace, pour cause de train annulé et 2h à tuer. La meilleure soupe à l’oignon gratinée que j’ai mangé (à part la mienne bien sûr !)
  • 46/365 2 troupeaux de chamois descendus très bas cette année… Emerveillement total pour moi : c’est la 1ère fois que j’en vois « en vrai » !
  • 47/365 Les régions parisiennes et bordelaises sont en vacances ce qui signifie chassé-croisé entre ma mère / Petit mari et les enfants. La résidence est complète et les quantités ne sont plus les mêmes. J’ai repris mon costume de « maman » !

 

Muriel

12 commentaires
2

London calling…

Autant vous prévenir, vous risquez d’avoir plusieurs fois par an des posts en direct de Londres, maintenant qu’une de mes amies s’y est installée et qu’elle accepte de me prêter son canapé !

Donc c’est sans remord que j’ai fait ma valise et que j’ai pris le métro puis l’Eurostar ce matin, non sans avoir quelques sueurs froides que l’agent de police britannique de la file où je me situais a été très très très tatillonne. J’ai compris pourquoi c’était si long alors que nous n’étions pas si nombreux. Et j’ai encore mieux compris quand elle a scruté à la loupe mon passeport (âgé de 9 ans) dont la protection au bas de la photo commence à s’abîmer. Au bout de 5 très longues minutes, elle m’a demandé ma carte d’identité et ce fut réglé en moins de 30 secondes ! Grrrrrrrrrrrr, je crois que je ne vais pas attendre une année avant de le renouveler.

Comme vous le voyez, j’étais déjà équipée avec mon Oyster card à recharger et de la monnaie locale.

IMG_5908

Vu la météo en France, j’ai juste hésité entre mes bottes Ugg et les Hunter (neige ou pluie) pour finalement prendre les Hunter avec leurs chaussettes en polaire.

Sauf que dans le nord, il faisait un temps magnifique ainsi que dans le sud de l’Angleterre ! Je me voyais déjà acheter une paire de chaussures mais 5mn plus tard, le brouillard et la pluie m’ont rendu ma bonne humeur (allez comprendre !).

IMG_5910

IMG_5911

Des bises et des news plus tard, nous prenons le bus 94 du côté de Shepherd’s bush pour nous rendre à Covent Garden. Visez le ciel bleu entre les derniers gros nuages. Sur Oxford et Regent street, il n’y avait que les touristes qui avaient des bottes de pluie !!!

IMG_5913

Sur ma liste, j’avais noté Shake Shack. Même si en France, c’est l’affolement général et l’art de la queue devant Burger King St Lazare, je garde pour ma part un souvenir ému de Shake Shack (celui du Upper west side) découvert lors de mon 2nd séjour à New York en 2011. Je me suis délectée mais je dois bien l’avouer : les burgers du Camion qui fume sont nettement meilleurs !!!

C’était aussi l’occasion de revenir dans le quartier où j’avais été victime d’un(e) pickpocket l’an dernier et d’exorciser ce très mauvais souvenir…

IMG_5916

Direction ensuite Trafalgar square pour un tour à la National Portrait Gallery puis la National Gallery. C’est décidé : quand je serai vieille j’étudierai l’histoire de l’art…

IMG_5921

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Je pense que j’y retournerai avec les enfants qui, tout comme moi, aiment beaucoup les portraits.

IMG_5925

IMG_5927

De nouveau dans le bus, nous en descendons pour faire du pêche-vitrine et un minuscule shopping chez J Crew, Anthropologie et Zara Home. La soirée est déjà bien avancée, je suis fatiguée. Ce soir, j’ai juste envie d’un plat indien et d’une méga salade de fruits, sans oublier ma drogue : le Dr Pepper !

Muriel

2 commentaires
3

Balade d’automne…

L’intérêt d’être en vacances quand les enfants sont à l’école, c’est que je suis complètement libre de mon emploi du temps.

Je n’ai rien changé au leur : pas question de m’infliger le déjeuner de 11h30 sous prétexte que je suis à la maison !

A force d’être débordée, j’ai appris à agir égoïstement, parfois juste pour le bien de ma santé mentale.

Il faut dire qu’avoir des enfants qui ont grandi çà aide pas mal aussi.

Donc depuis une semaine je tiens bon. J’ai refusé malgré les cris d’indignation de Tit’puce d’accompagner sa classe au spectacle, elle est allée à l’étude lundi comme d’habitude et j’ai refusé vendredi dernier qu’elle rentre déjeuner à la maison.

Cela m’a aidé à comprendre mon besoin de voyager, de partir, de m’enfuir : ne pas être là pour qu’on ne me demande rien !

Du coup, je suis un peu rassurée (si j’avais besoin de l’être) sur ma force intérieure : je peux rester chez moi, ne pas répondre au téléphone, changer de pyj’ matin et soir, refuser que l’on m’impose des choses sous prétexte que je suis là…

Je dors et je me réveille quand je veux et çà, çà n’a pas de prix !

Ayant passé pas mal de temps sur mon ordi « en conférence » avec Oelita pour le projet « nouveau blog », je me suis accordée quelques respirations, parfois décidées au pied levé comme lundi quand je suis allée au ciné à la séance de 16h ou mardi quand j’ai improvisé une journée musée-balade dans Paris.

Dans mon sac à main, mes appareils photo (reflex + numérique) et un Pariscope plein de croix, d’annotations et de pages cornées.

Il faisait beau (pour un jour d’automne), j’ai beaucoup marché, respiré, regardé les gens, souri, soupiré, grogné.

J’ai été surprise, étonnée, ravie, enchantée, émerveillée.

Je me suis sentie libre et vivante, comme si j’avais laissé libre cours à l’enfant cachée au fond de mon corps d’adulte.

SONY DSC

IMG_4344

Un crème au Téléscope rue Villardo Paris 1er

SONY DSC

SONY DSC

 

Muriel

3 commentaires
17

Bonjour, je m’appelle Muriel et je suis une mère de famille nombreuse hystérique…

Avoir des enfants quand on est une femme active et débordée peut être dangereux pour les nerfs…

J’ai des enfants ingrats et égoïstes ! 

Je suis le genre de mère qui fait passer leurs besoins avant tout, qui fait en sorte qu’ils aient tout ce dont ils ont besoin sans avoir à le demander plus de 2 fois. Par contre, je peux demander des dizaines, des centaines, des milliers de fois la même chose sans que çà leur pose problème, ou même qu’ils se disent qu’il vaut mieux faire ce que je ne vais tarder à demander, genre : remplir et vider le lave-vaisselle, vider la poubelle, nettoyer la litière du chat, ranger leurs chambres, préprarer le cartable pour le lendemain, mettre le couvert et débarasser la table, etc. Vous voyez le genre de choses qu’on dit TOUS les jours, même plusieurs fois par jour…

Par contre quand il y a besoin de photos d’identité, qu’il est question d’un classeur ou de cadenas perdus ou oubliés, je n’hésite pas à payer des envois en Chronopost, je décale le paiement d’une facture parce qu’ils ont besoin d’un truc super extra important…

Je demande que les serviettes de toilette lavées et pliées soient juste rangées correctement dans la salle de bain, je les retrouve sur le panier à linge sale…

Je demande que l’instrument soit travaillé et le solfège révisé, j’ai droit à un mot de la prof de clarinette demandant à ce que celle-ci soit révisée de toute urgence car des notes ne sortent pas !!! Souvenez-vous, nous avons fait révisé cette f….. clarinette en avril dernier et j’ai encore en travers de la gorge la facture de 500€ !

Je laisse mes affaires en libre accès et je m’aperçois que ma fille aînée a taché mes boots Isabel Marant, que 2 paires de mes semelles miracles se sont volatilisées, que le stylo plume Montblanc offert par ma meilleure amie pour mes 20 ans a disparu, que mon maquillage est terminé alors que je ne l’ai utilisé qu’une fois, que mes flacons de parfum sont vides…

Et pendant ce temps, je remplis et je vide le lave-vaisselle, je fais les courses, je prévois les repas même quand je travaille ou que je sors avec une copine, je veille à ce que chacun ne manque jamais de rien, je répète, je demande toujours les mêmes choses…Et je travaille !!!

Ce matin, j’ai cru que j’allais faire la Une des journaux pour infanticide. La raison est toute bête : le câble de mon lecteur TLA (lecteur de carte vitale permettant de certifier mes factures et de les transmettre) a disparu. Après les innombrables câbles d’iPhone abîmés, les écouteurs cassés, les chargeurs perdus, j’ai craqué et je me suis mise dans une colère monstrueuse à 7h du matin.

Oui, j’ai hurlé et les voisins doivent penser que je suis une mère de famille nombreuse hystérique. J’ai perdu mon temps (environ 45mn), j’ai démarré ma tournée en retard et pour couronner le tout je suis partie avec les clés des patients, les clés du cabinet mais j’ai oublié les clés de mon domicile !!! Il a fallu que Petit mari fasse un détour sinon j’étais à la porte jusqu’à ce soir.

P….. de lundi !

Muriel

17 commentaires
4

Blabla etc…

Il y a des corvées que l’on accomplit facilement, certaines deviennent des plaisirs, d’autres ressemblent à de la torture et on repousse jusqu’à l’extrême limite le moment de les faire. Malgré mes bonnes résolutions, il y a toujours des choses que je remets à demain : procrastination quand tu nous tiens ! Je pense m’être assez bien reprise en main et j’avoue qu’il y a des moments dont je suis assez fière. J’ai fait des choix, je suis moins patiente parfois, plus exigeante et j’appuie même là où ça fait mal quand j’estime qu’il le faut. Je l’avoue, je calque aussi pas mal mon comportement sur celui que les autres ont envers moi et j’adapte mieux mes relations sans en attendre trop. Je prends de la distance avec des faits ou des personnes quand j’en ressens le besoin.

Les enfants grandissant, je suis moins dans l’organisation familiale, même si j’ai toujours le planning de chacun en tête, moins aussi dans la performance. Je ne crains plus d’être une « mauvaise mère » ou de ne pas assurer. Du coup mes journées sont plus faciles à organiser en me focalisant juste sur mes impératifs.

A l’heure où j’écris, une de mes patientes gravement malade, maman de 5 enfants, est partie pour quelques jours avec sa soeur dans son pays de naissance. Depuis le début de la maladie il y a quelques années, toute sa vie ne tourne plus qu’autour des rdv à l’hôpital et de la préservation d’une vie de famille. Les hauts et les bas, les résultats d’examens, les douleurs, les nausées, les vomissements… Outre les soins, mon travail de soignante a été de lui faire prendre conscience du temps qui passe, des étapes qu’elle a franchi et que ce temps qu’elle gagne, elle doit aussi en faire quelque chose pour elle, même parfois égoïstement. Et je suis contente !!! Contente de la savoir dans cet avion, contente de l’avoir aidée à franchir le pas, contente d’avoir vu ses enfants la rassurer, l’encourager et lui montrer qu’ils sont conscients qu’elle doit vivre sa vie malgré tout. Je suis impatiente de la voir la semaine prochaine, pour qu’elle me raconte…

J’avais presque oublié que la personne la plus importante de ma vie, c’est moi ! Persoone ne peut vivre ma vie à ma place et si je ne vis pas ou que je vis à travers mon mari et mes enfants, je ne fais qu’augmenter ma frustration et perdre mon temps. Quand nous sommes ensemble, tout tourne autour d’eux, ils parasitent aussi mes pensées quand je fais quelque chose toute seule ou avec une copine. Parfois, je regrette même leur absence. Mais au bout du compte, j’engrange des souvenirs.

L’autre jour, les enfants m’ont fait sourire en réclamant qu’on fasse quelque chose en famille ce week-end (vu la météo çà va certainement tomber à l’eau) en disant qu’ils aimaient bien sortir avec moi car on fait toujours des trucs supers, que je leur fait découvrir un resto, une bonne adresse, un magasin. Du coup, ils sont fiers ensuite de faire découvrir à leurs amis… 

Boy, par exemple, va se promener de temps en temps à Paris avec ses potes et les emmène voir des monuments, manger des cupcakes ou faire du shopping. Comme moi, il a un bon sens de l’orientation et du bon sens tout court ! Donc avant de partir, il regarde sur internet, sur une appli comment se rendre à tel ou tel endroit, prévoit la durée du trajet et respecte l’heure limite de retour que nous fixons ensemble. Je rigole quand je l’entends répondre au téléphone à ses copains heureux d’avoir su se rendre seuls à une adresse où il était allé avec eux ou de leur indiquer comment y aller car perdus… cela nous donne l’occasion de rire tout en s’interrogeant sur ce mode de fonctionnement un peu bizarre…

Parfois je me mets en colère car qui dit famille de 6 personnes dit que chacun a ses priorités qui ne sont pas celles des autres. En ce moment, j’ai régulièrement des accrochages avec mes ados qui veulent tout tout de suite et pensent que je peux attendre des mois qu’ils fassent leurs corvées. L’autre jour excédée, j’ai fermée la porte du living room à clé, ce que je n’avais pas fait depuis des années et qui leur interdit l’accès à l’ordi familial et à la télé.  Et j’ai donné mes directives par téléphone pour le dîner !

Je sais que l’essentiel est là : je ne sacrifie pas grand chose, j’avance sur le chemin de ma vie, les enfants ont ce qui leur faut et un peu de bon sens en plus, ce qui n’est jamais du superflu !

 

Muriel

4 commentaires