1

Quelques souvenirs de vacances

Parler des vacances le jour de la rentrée des classes, drôle de sujet pour revenir hanter ce blog quelque peu à l’abandon !

Je ne vous ferai certainement pas une série de city guides sur les villes où nous avons séjourné lors de nos vacances. Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez déjà tout ou presque…

Pour la 1ère fois depuis 4 ans, j’ai eu 3 semaines de congés d’été. Nous voulions partir. Petit mari sans envie particulière de destination, sans avoir vraiment défini de budget et ne sachant pas exactement combien nous serions. J’ai réservé une maison de ville sur Airbnb pour 6 à Marseille, pensant que tous les enfants viendraient avec nous. Boy et Grande fille ont commencé par se désister pour cause de jobs d’été. Minette et Miss A ne partant en colo qu’au mois d’août, nous serions au minimum 4. Finalement 48h avant le départ, Boy s’est joint à nous pour un périple de 17 jours sur les routes de France…

Autre innovation, nous sommes partis un peu à l’aventure, j’ai bien dit « un peu » ! J’avais établi un itinéraire global mais sans réservation autre que la 1ère nuit à Lyon et notre semaine à Marseille. Le reste s’est fait à la dernière minute en fonction de nos envies.

Notre itinéraire : Paris – Lyon (1 nuit) – Marseille (6 nuits) – Arles (1 nuit) – Toulouse (3 nuits) – Ile d’Oléron (3 nuits) – Angers (2 nuits) = 17 jours / 16 nuits et 2550km parcourus

Ma principale occupation : me remplir de leur présence et les mitrailler un peu aussi…

IMG_8219 IMG_8229

 

  

 

Muriel

1 commentaire
4

Minette 2è partie

Comme les aînés, Minette a commencé les séjours en colonie de vacances dès l’âge de 5 ans-5 ans 1/2, juste 5 jours du lundi au vendredi la 1ère fois, de préférence dans un centre en région parisienne (avec son frère dans son cas). Etant très autonome, elle nous a dit qu’elle aimerait intégrer la MELH dès la 6è. Son père et moi étions limite choqués, surtout pas prêts à nous séparer d’elle, la jugeant « trop petite » pour l’internat. Elle l’a dit et répété mais nous ne nous sommes pas laissés convaincre.

Elle a intégré le même collège que son frère, en 6è CHAM. Nous avons rapidement senti qu’elle se laissait vivre ou plus exactement couler doucement afin de se noyer dans la masse. Aucun challenge ne lui était proposé. La bonne surprise est venue du club de lecture qu’elle a intégré à l’heure du déjeuner. Elle a commencé par dévorer des BD, puis des mangas et enfin des livres. Elle adore les romans policiers, inutile de lui parler Jane Austen et compagnie ! Les cours d’art dramatique lui plaisaient beaucoup plus que la chorale aussi.

Il nous a paru évident qu’un établissement scolaire plus exigeant était nécessaire afin de la forcer à mettre en route son petit moteur intérieur. Nous avons donc préparé son entrée à la MELH en 4è. Après un entretien que nous avons jugé catastrophique, elle était sur liste d’attente. Bon il n’y avait que 3 places disponibles pour une dizaine de candidatures. Fin juillet nous avons reçu un coup de fil surprise nous annonçant un désistement et son admission. Il a fallu trouver en catastrophe un professeur d’Espagnol car la LV2 débutait en 5è dans son nouvel établissement. En 10 jours à raison de 2h par jour, elle a fait tout le programme.

Nous étions contents de savoir qu’elle serait en difficulté, obligée de se remettre en cause et de devoir trouver des ressources en elle-même (oui parfois les parents sont sadiques !). Mais nous avions confiance en elle, comme en chacun de nos enfants. Nous l’avons encouragée encore et encore, comme Grande fille avant elle. Elle a pleuré un peu, supporté sans broncher les moqueries de certaines camarades (au point qu’une prof est intervenue et nous en a parlé) mais elle avait un noyau dur de copines et relativisait beaucoup. Elle s’est mise au boulot  et chose rare selon ses profs, a progressé tout au long de l’année. Elle a compris les méthodes et les exigences des profs, a découvert l’intérêt de certaines matières comme l’histoire-géo, la grammaire… En fin de 4è, nous avions une bonne élève épanouie et qui avait envie ! Notamment envie d’étudier le Grec ancien… Ce que nous avons accepté avec un hoquet de surpris. Je me disais secrètement qu’elle allait détester et que çà lui baisserait sa moyenne générale pour le Brevet : oui, les parents sont indignes… En plus de la musique et du chant, elle faisait du théâtre le mercredi après-midi.

En 3è, elle a continué son petit bonhomme de chemin pour figurer parmi les meilleures élèves de sa classe et s’est prise d’affection pour le Grec !!! Elle a obtenu son Brevet avec une mention Bien, entre le violon, la musique de chambre et le théâtre. Elle a réussi à se faire remarquer par les profs de musique du lycée qui l’attendaient avec impatience, déjà connue comme la « petite soeur de » qui joue les morceaux par coeur. Elle a surpris ses profs en disant qu’elle voulait faire de la cuisine tout en s’orientant vers une 2nde générale. Vous vous souvenez la petite fille de 3 ans ?…

Au lycée, nous avons découvert une gamine mature, parfaitement à l’aise avec ses camarades. Elle a un côté féministe très prononcé aussi. Elle a voulu poursuivre l’apprentissage du Grec (chaque année de plus est une surprise) et l’option musique. Les profs ont encore ouvert de grands yeux quand elle a parlé orientation en 1ère S et cuisine… J’ai fini par lui suggérer de dire qu’elle voulait travailler dans le secteur tourisme-hôtellerie ! Son orientation a donné lieu à de grandes discussions familiales, voire des disputes entre elle et les aînés. Elle hésitait à aller en ES mais son frère et sa soeur ne voulaient rien entendre. J’avoue que j’étais surprise et heureuse de les voir si concernés, cherchant à la convaincre… Au point que je dû parfois intervenir pour calmer le jeu. Ce qui était très drôle cette année-là, c’est son rapport aux mathématiques et sa transformation en élève. Elle calculait ses moyennes, anticipait certaines notes, établissait des stratégies pour figurer en tête de classe. Elle a aussi énormément grandi au point de devenir une belle plante de 1m78 chaussant du 42. Son point faible : le sport. Au point que c’est devenu un objet de rigolade entre nous. Donc en vacances en famille, le challenge est de la faire marcher, courir, sauter, bref se bouger dans tous les sens afin qu’elle se sente à l’aise dans son corps.

L’année de 1ère a été un peu mouvementée à cause d’une camarade qui a quitté le lycée en cours d’année alors qu’elle était sa partenaire de TPE. Elle a su gérer sans que nous ayons à intervenir. Elle est la créative de la famille, la seule à savoir se servir d’une tablette graphique à la maison, à tricoter et coudre. C’est elle qui me dépanne en informatique, utilise les logiciels de retouche photos et de vidéo. Elle connaît tous les raccourcis clavier que je ne retiens jamais ! Elle se régale quand elle doit créer un support pour un devoir maison (des vidéos en SVT, un jeu de société pour son TPE en 1ère, etc). Elle se met parfois un peu trop de pression, pourtant elle passe pour la camarade cool en classe. Et pour une élève trop discrète qui ne montre pas assez  sa culture générale…  Elle a une jolie collection de médailles (oui il y a des médailles d’éducation et de travail à la MELH) et de prix. Son rêve : décrocher le prix de camaraderie !!!

Aujourd’hui, elle est en Terminale S. Si elle est parfois butée ou se vexe pour un rien, c’est étonnant de voir qu’elle joue  le rôle de confidente auprès des grands qui la traitent sur un pied d’égalité. Grande fille a hâte qu’elle soit majeur pour faire des happy hours avec elle. Boy va au ciné ou au restaurant avec elle !!! Elle partage énormément de choses avec chaque membre de la famille. Je suis tellement contente et fière de les voir planifier des sorties ensemble ou se reprocher d’avoir fait tel ou tel truc sans elle. Elle écoute tout, retient tout et ne dit rien. C’est une ado intuitive mais qui raisonne beaucoup et bien. Elle partage le même humour que son père (mais en plus douée;-)). Lors d’une discussion familiale autour du don d’organes et de la fin de vie, je l’ai désignée comme ma personne de confiance, ce que son père et mes autres enfants ont approuvé sans hésitation, c’est dire. Je sais qu’avec elle mes volontés seront respectées. Pourtant au niveau caractère, elle forme une espèce de binôme avec Grande fille. elle gère différemment sa sensibilité par contre (elle boude et claque les portes de temps en temps).

Elle a fait ses tests d’orientation toute seule, commence à préparer ses voeux pour APB, essaie de s’en sortir avec la philo. Elle veut continuer le Grec ancien après le bac mais sans faire des études littéraires (du coup c’est le prof de Grec qui doit lui trouver une adresse pour l’an prochain), reprendre le violon au conservatoire et la danse classique. Et le choc : elle s’est inscrite au badminton le mercredi après-midi depuis la rentrée !!!

Minette est une jeune fille qui ne sait pas toujours ce qu’elle veut mais sait parfaitement ce qu’elle ne veut pas. Et quand elle se fixe un objectif, elle se donne les moyens de réussir. Quand je pense qu’elle n’aime pas l’école…

 

Muriel

4 commentaires
3

Minette 1ère partie

Minette est née en mars 2000, à 37 SA comme ses aînés. Elle a donc 16 ans 1/2. C’était une naissance programmée car mon obstétricien était gravement malade et son remplaçant débordé de travail. C’était un vendredi, ce jour-là il y avait grève à l’éducation nationale donc Grande fille et Boy étaient dans ma chambre à la clinique attendant sagement la naissance de leur petit(e) frère/soeur (on ne connaissait pas le sexe). Petit mari faisait la navette entre la salle d’accouchement et la chambre. Ce que nous avons retenu, c’est l’absence de cri, la sage-femme silencieuse hyper concentrée pendant ce qui nous a paru une éternité. Et enfin cette respiration, pour nous la délivrance et la joie. Elle est née avec 2 ou 3 tours de cordon autour du cou. C’est elle qui a choisi son prénom en réagissant à l’un et pas à l’autre.

C’était un bébé facile à vivre qui a marché à 15 mois le 1er jour de nos vacances en Guadeloupe en 2001. Elle a été gardée par une nounou à temps partiel 3 jours par semaine quand je travaillais à 60% d’après-midi à l’hôpital, puis en halte-garderie 1 jour 1/2 par semaine quand je suis passée à temps complet de nuit. Clairement les bébés nageurs n’étaient pas son truc, du coup Petit mari a abandonné définitivement quand elle a eu 18 mois.

Elle a fait sa 1ère rentrée scolaire à 2 ans 1/2 dans l’école de quartier, en plein apprentissage de la lecture. Ses aînés lui lisaient l’histoire du soir… A 3 ans, elle a décidé qu’elle apprendrait le violon et qu’elle serait cuisinière. C’est l’époque où nous passions quasiment tout notre mercredi au conservatoire à attendre les grands. J’étais hyper équipée entre le livre de lecture, les feuilles, les feutres, les crayons, les jouets et le pique-nique. Elle assistait aux cours de violoncelle et de flûte traversière avec moi dans un coin, sa sagesse faisait l’admiration des profs. Elle m’accompagnait aussi dans les divers formations et ateliers auxquels j’assistais. Je me souviens d’une session Montessori où les parents apprenaient à utiliser les réglettes de calcul, les Attrimaths et le Tangram. Elle était assise à côté de moi pendant que le prof nous expliquait le Tangram et en moins d’une minute elle a construit le carré avec les 7 éléments. Ce qui a laissé l’enseignant bouche bée et donné des complexes à quelques parents qui ont eu beaucoup de mal à y parvenir lorsque ce fut notre tour…

Décidée, volontaire, parfois frondeuse et capable de grosses colères qui nous faisaient craindre pour son apprentissage du violon. Notre pire cauchemar était qu’elle le fracasse contre un mur dans un accès de colère. Pourtant c’est une enfant discrète et timide mais qui a un certain charisme : elle ne passe pas inaperçue et crée des liens très facilement. Ce que Grande fille lui a longtemps envié.

En plus d’être la « petite soeur de », elle a eu la chance de tomber sur des enseignants qui avaient eu les grands et/ou qui étaient sensibilisés à la question de la précocité intellectuelle. Ainsi elle s’est retrouvée dans une classe double niveau MS/GS quand elle est passée en moyenne section de maternelle. Fin septembre, l’instit nous a annoncé qu’elle passerait dans le groupe Grande section au retour des vacances de la Toussaint. Du coup, nous l’avons fait tester à 5 ans. Encore une fois plus pour comprendre comment elle réfléchit, comment la « coacher » que pour le chiffre en lui-même (qui nous a laissé sur le c..) et surtout pour que le saut de classe ne soit pas contesté par l’école primaire comme nous en avions fait l’expérience avec Grande fille. A l’époque je faisais du soutien scolaire à une enfant en CE2 qui avait énormément de difficultés avec le calcul mental et les tables d’additions. J’étais obligée de faire sortir Minette de la pièce où nous travaillions ou de lui faire les gros yeux afin qu’elle se taise et ne donne pas systématiquement le résultat !

Comme son frère, elle n’était pas une grande fan de lecture « classique » mais lisait l’histoire du soir à Miss A avec plaisir. Elle faisait du piano, du violon, de la danse classique et du judo. Très vive d’esprit, le sens de la répartie et de l’anticipation, un grand sens de l’humour (même à ses dépens) et une passion pour les pubs télé.

Ce que nous avons retenu du CP, c’est la réunion de rentrée où l’instit a dit que pour la 1ère fois de sa carrière (alors que c’était sa dernière année d’enseignement), elle n’avait pas d’enfant lecteur dans sa classe. Petit mari et moi avons failli tomber de nos chaises ! A la fin de la réunion lors d’un bref aparté, nous lui avons fait part de notre étonnement et de la réalité. En rentrant à la maison, Minette nous a  carrément dit qu’elle ne voyait pas l’utilité de le dire à la maîtresse… Nous avons donc investi dans des fichiers de lecture silencieuse et de maths avec la perspective d’un saut de CE2.

L’année suivante, elle s’est retrouvée dans un double niveau CE1-CE2 qui nous a fait mariner quant au saut de classe qui aurait pu se faire comme en maternelle avec un glissement en cours d’année tout en gardant les mêmes camarades. Mais elle est partie en congé maternité. Pas de dialogue possible avec la remplaçante qui était limite exécrable.

Nous avons repris espoir à la rentrée quand nous avons vu qu’elle était à nouveau dans un double niveau CE2-CM1 cette fois-ci. Minette retrouvait son instit de retour de maternité avec plaisir. Mais en fait l’instit avait juste fait son marché parmi les élèves en prenant les plus autonomes des CE2 pour se consacrer essentiellement aux CM1. Et remettant bien sûr aux calendes grecs le glissement que la psychologue avait recommandé et nous demandions… Du coup, nous avons pris la décision de la mettre en CHAM. A défaut de saut de classe, elle consacrerait plus de temps à la danse et à la musique tout en se découvrant une passion pour le théâtre !

Elle a donc effectué CM1 puis CM2 dans une école à 15mn de chez nous. Alors qu’elle était poussée par la prof de violon qui en fait remplaçait la prof titulaire, celle-ci ayant des soucis familiaux s’est contentée du minimum avec ses élèves. En tant que parents, ce fut douloureux pour nous de constater le manque d’investissement, voire la fainéantise de certains enseignants face à des enfants vifs, intelligents et désireux d’apprendre. Des enfants suffisamment polis et tolérants pour ne pas les bousculer en étant insupportables. Oui parfois nous avons regretté la sagesse et l’adaptation scolaire de nos enfants : un comble ! On nous a clairement fait comprendre en gros que vu nos origines, notre lieu de résidence, nous avions de la chance, qu’il ne fallait pas être trop gourmands…

 

Muriel

3 commentaires
1

Semaine 13 challenge photo #365virginieb…

13è semaine du challenge de Virginie B 365 photos du quotidien

Une semaine tendue d’un point de vue professionnel mais bien agréable en famille et dans les activités liées à mon blog !

IMG_6684 IMG_6594 IMG_6599 IMG_6654 IMG_6682 IMG_6692 tumblr_n2yybrb7sI1rq8bmso1_500

  • 83/365 Minette fête ses 14 ans à LH. Nous avons dégusté ce bon gâteau vendredi soir quand elle est rentrée pour le week-end.
  • 84/365 Y’a pas à dire, j’aime les salades de fruits de Marks & Spencer à déguster devant la télé ou dans l’Eurostar !
  • 85/365 Grâce à une présentation presse, Miss A et moi avons découvert un fabuleux jeu : HintHunt, une espèce de cluedo en situation. A faire absolument !!! J’ai déjà prévu d’inscrire le reste de la famille.
  • 86/365 J’ai passé toute une soirée à instagramer les nouveaux produits Philips pour tenter de gagner cette super platine pour mon fiston, quelques abonnés sur IG se sont fâchés…
  • 87/365 Le beau soleil printanier qui s’incruste dans ma chambre
  • 88/365 Sortie ciné tous les 6 un samedi soir : çà tient presque du miracle mais Captain America le valait bien ! Et on a pu regarder The voice en rentrant.
  • 89/369 Si Chanel se met à faire des baskets, je suis foutue !

 

 

Muriel

1 commentaire
17

Avec eux encore un peu…

Parfois, ce sont les autres qui remarquent le changement. Ma coupe de cheveux (qui commence à dater), mon allure (comme ils disent), mes silences… Je crois que c’est surtout le silence qui les déroute et peut être un regard moins brillant ou tout simplement mes 1ères rides au coin des yeux.

Je parle moins à tord et à travers (quoique), je me méfie, j’essaie de parer les coups au maximum ne sachant jamais d’où ils peuvent provenir. D’un autre côté, je vis, je m’amuse tellement, je fais de belles rencontres, je me remplis les yeux et le coeur.

Constater que des personnes me sont sincèrement attachées, redécouvrir le plaisir de lire, de tourner fébrilement les pages, d’avoir le coeur qui bat la chamade en anticipant la suite… Partager des moments uniques avec chacun de mes enfants, vivre des trucs juste à 2 : mon fils et moi, une de mes filles et moi, 2 des enfants et moi… Je reviens à ces fondamentaux-là car je les vois grandir avec joie mais je réalise aussi que le moment où ils quitteront le nid se rapproche…

Ils m’ont déjà tant donné d’amour, de joie, d’éclats de rire, de soucis, de colère et pourtant ils trouvent le moyen de me surprendre encore, de me remplir le coeur et je me dis sans cesse que « j’ai trop de chance de les avoir ! »

SONY DSC

SONY DSC

Muriel

17 commentaires