1

Ma sélection du dimanche soir

Que retenir de cette semaine ?

Ce sont ces mains que je retiendrai. Toutes ces femmes unies dans le monde entier lors de la #womensmarch et plus particulièrement le discours d’Angela Davis…

 

Instagram Agentlewomen

Vous pouvez lire la transcription complète du discours ICI

La cause de ce mouvement de révolte féminin/féministe est l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche. Ce qui signifie que l’autre évènement à retenir est le départ de Barack Obama. Politiquement je ne sais pas s’il restera comme un grand président. Mais il marquera l’Histoire par sa personnalité, son style, son charisme, son don exceptionnel pour la communication… Et je crois que finalement, son passage à la tête de l’état américain est en fait le début d’une nouvelle ère dans l’histoire des Noirs.

barack obama bureau ovale

*****

Cette semaine, j’ai eu la confirmation d’un nouveau départ pour moi aussi. Alors que je commençais à m’installer dans ma nouvelle peau de mère au foyer, que je jetais des idées, prenais un tas de petites notes dans mon bullet journal, que je commençais en mettre en forme une programme de formation et un séjour humanitaire en Inde, mon CV a atterri sur un bureau un peu par hasard et j’ai reçu une chouette proposition que j’ai accepté. C’est un poste administratif mais aussi de terrain, avec des horaires de bureau (plus de travail les week-ends ni les jours fériés) et surtout c’est dans le domaine associatif humanitaire !!! Alors j’ai fêté çà et je vous raconterai mes nouvelles aventures bientôt…

     image

*****

Je vous propose cette semaine 3 conférences Ted sur la couleur de peau et être femme…

Muriel

1 commentaire
1

I’ll be back…

Séquence nostalgie…

L’an dernier j’étais à New York entre le 14 et le 21 septembre…

Déjeuner solo à Egg, restaurant bio dans le quartier de Williamsburg

Pause goûter chez Dean & Deluca, l’équivalent de La Grande Epicerie du Bon Marché

Petit déj chez Peel’s, the best breakfast of my life !!!

Ah ma comedie musicale préférée à Broadway : j’ai vécu mon rêve d’enfant ce soir-là !

 

 

Bryant park…

Ce soir-là, Barack Obama donnait un dîner de gala à la Public Library (qui est au fond sur la photo) et tous les chefs d’Etat étaient dans le coin pour cause d’assemblée générale de l’ONU.

Denier dîner avant de prendre l’avion…

 

Muriel

1 commentaire
10

I love NY…

Ils sont rentrés ce matin de leur séjour à New York, les yeux remplis de merveilleux souvenirs et les bras chargés de cadeaux pour leur grande soeur (moi !), leur beau-frère préféré, leurs neveux et nièces. Merci Wilhem ! Merci Johann !

Nous attendons les milliers de photos avec impatience !
En attendant…



The M. Family

Muriel

10 commentaires
5

Mulâtre du 18è siècle…

Petit mari et moi sommes allés voir « Le nègre des Lumières », un opéra d’Alain Guédé (journaliste au Canard enchainé) relatant l’histoire du Chevalier de Saint George…

Prodigieux destin que celui du Chevalier de
Saint-George. Né esclave en Guadeloupe en 1739, il va devenir l’une des
stars de la société parisienne des Lumières. Formidable escrimeur,
cavalier émérite, séducteur impénitent, il est surtout le violoniste le
plus brillant de Paris, et sera sacré, en 1775, meilleur chef
d’orchestre d’Europe.

Marie-Antoinette décide de nommer ce noir et rival
parisien de Mozart directeur de l’Académie royale de musique.
Inconsciemment, elle déclenche alors une polémique raciste d’une rare
intensité et devra renoncer sous la pression de certains artistes et du
lobby des planteurs.

Blessé, humilié, Saint-George va s’engager pour
changer une société qui juge les gens selon leur apparence. Il
fréquente la Société des Amis des Noirs, devient le premier franc-maçon
puis, sous la Révolution, le premier colonel à la peau brune. Après sa
première mort, en 1799 une seconde mort abattra son oeuvre en 1802 :
elle sera écartée des répertoires dès le rétablissement de l’esclavage.

Le Nègre des Lumières fait
du Chevalier de Saint-George le héros de son propre opéra. Seuls
quelques airs isolés ont pu être conservés des six oeuvres lyriques
qu’il a offertes au public (dont une avec pour librettiste Choderlos de
Laclos). La réunion de ces airs qui, tantôt évoquent irrésistiblement
Mozart, tantôt annoncent le romantisme a permis de constituer cet
opéra. Celui-ci nous fait vivre le cheminement initiatique d’un
personnage brisé par l’adversité et qui se reconstruit dans son combat
pour la liberté. Tous les personnages qui l’entourent ont réellement
existé et incarnent les espoirs et combats qui ont traversé ce siècle
des Lumières (présentation issue de theatreonline.com).

Le spectacle de 2h est intéressant. La mise en scène, la musique et les costumes sont soignés. Malheureusement, les artistes lyriques sont de qualité inégale et très décevant concernant le rôle titre et le personnage de Marie-Antoinette. Toutefois, nous avons passé une agréable soirée. Il est important que chacun ait connaissance de tels personnages de l’Histoire de France, quand certains sont à la recherche d’un « Obama noir ». La France est pleine d’antillo-guyanais de qualité, depuis des siècles… Il suffit de regarder, d’apprendre à connaître, de ne pas s’arrêter aux sampiternels clichés concernant les noirs.

ps : Bartabas avait mis en scène un spectacle équestre à Versailles sur l’histoire du Chevalier de Saint George, écrit par Claude Ribbe en 2004.

Muriel

5 commentaires