1

Je ne suis pas une boîte à like…

En regardant un peu mon compte Instagram dernièrement, j’ai réalisé que je suis une « voyeuse ». Pas au sens habituel du terme, je ne navigue pas en sous-marin, ni ne joue les trolls mais j’aime les comptes qui me font voir : des paysages, des intérieurs, des produits. Ce que j’aime c’est regarder, qu’on me prenne par la main et qu’on m’emmène. Un peu comme Wendy avec Peter Pan. C’est comme cela que j’ai toujours envisagé et utilisé les réseaux sociaux : une ouverture au monde, un moyen de s’enrichir intellectuellement, d’aller virtuellement dans des endroits… C’est pourquoi j’ai du mal avec les comptent IG des gens qui vivent des vies « extra ordinaires », vont dans des endroits de rêve, font des trucs de dingues et ne nous montrent quasiment rien, à part eux.

Mon Instagram, ce n’est pas moi Muriel qui porte un jean h&m, une chemise Ralph Lauren, un gilet Agnès b et qui prend le thé au Plaza Athénée, c’est moi Muriel, voyez ce que je vois, partagez ce moment avec moi. Je crois ou j’espère agir comme un livre ou un magazine, être les yeux de ceux qui me font le plaisir de me suivre, de regarder mes photos. Le monde est tellement beau, la vie est si belle que je n’ai pas besoin d’être sur toutes les photos. Parfois je montre ma trombine hein.

Il ne s’agit pas de critiquer ceux qui font un choix différent, juste d’expliquer mon point de vue. Mon compte IG n’est pas ma vitrine, je ne suis pas un produit. Pourtant un des aspects de ma vie est d’être blogueuse donc finalement je me vends quand même un peu, ou plutôt je vends ou je donne à voir un peu mon style de vie.

Avec le temps, ça me gène ces mises en scène de soi car dans les moments de crise, les mêmes qui passent leur temps à se valoriser, à faire croire qu’ils mènent une vie de rêve en permanence avec leurs photos bien choisies, calibrées, retouchées, hurlent ou crachent à la figure de leurs followers en les invectivant, en refusant d’être jugé, rangé dans une case. Ils oublient que ce sont des personnes qui les suivent et pas juste des « doigts à like ».

Ils ne réalisent que tardivement qu’ils sont prisonniers d’une image, celle qu’ils ont fabriqué eux-même car ils vendent quelque chose : leur image et que les gens les réduisent à ça. Il y a quelques semaines, une influenceuse que je suis se lamentait de ne pas comprendre pourquoi elle avait plus de 15000 vues sur ses stories et à peine 3000 likes sur ses photos. Je lui ai répondu que je ne like pas automatiquement les photos car je ne les aime pas toutes. En gros : tes followers ont un cerveau et ne sont pas que des moutons juste là pour te dire toute la journée que t’es belle ! Et j’ai ajouté quelques lignes sur les marques, les contrats, le taux d’engagement tout çà tout çà. En gros, on est juste là pour liker ses photos et elle derrière, çà lui permet de se vendre et de vendre sa communauté comme des clients potentiels… On « doit t’aimer » mais ce que tu aimes, c’est l’argent qu’on te fait gagner : ok ! Pour celles/ceux qui ne le savaient pas, maintenant vous savez.

Mes photos sur IG ne sont pas ma vie, juste des instantanés. Du coup, il est comme moi désordonné, pas harmonieux, avec des photos râtées, mal cadrées, pas retouchées, parfois sans objet particulier, en noir et blanc ou en couleur. Je suis la « connasse » ou l’idiote qui est restée aux fondamentaux et ça me va comme ça.

En clair, je pourrais paraphraser Patrick Mc Goohan le héros de la série Le Prisonnier qui disait :  Je ne suis pas un numéro, JE SUIS UN HOMME LIBRE !

Je ne suis pas une boîte à like, je suis une femme libre !!! 😉

L’article de Madame Figaro sur les Influenceurs et les marques de luxe : ICI

 

IMG_4860

 

Muriel

1 commentaire
3

Snapchat et la blogueuse

Après Instagram et les chaînes Youtube, les blogueurs ont découvert Snapchat !

Etant maman d’ados et de jeunes adultes, cela faisait pas mal de temps que j’entendais mes enfants s’apostropher à propos de leurs derniers snaps et rire comme des baleines en voyant ceux de leurs amis.

Avec 2 enfants en internat, j’ai eu envie de me glisser dans la peau d’une petite souris pour vivre par procuration leur vie de pensionnaire. Un peu comme dans un Harry Potter mais sans scénario prédéfini. Du coup, je me suis inscrite sur Snapchat sans bien en comprendre le fonctionnement au départ, attendant juste avec impatience les morceaux choisis que mes enfants publieraient de leur vie. Et je n’ai pas été déçue. Je ne compte plus mes éclats de rire en pleine rue.

Dans la tendance, je me suis dit que suivre des blogueuses mode-beauté célèbres et moins célèbres, françaises, américaines, australiennes entre autres pourrait être sympa. Et là, le choc : quelle déception ! Sachant que la plupart donnent maintenant quasi uniquement dans la photo sponsorisée sur Instagram (en clair elles sont payées pour poster 1 ou 2 photos de tel ou tel event), je pensais trouver un peu plus de spontanéité mais pas tomber dans le blabla chiant de certaines. Je souhaitais juste voir « à travers leurs yeux » de beaux endroits, des visages connus, bref rêver un peu.

Sauf que la blogueuse au réveil sans ses 2h de make up, son café, son dressing en arrière plan et ses pseudo vidéos de salle de bain chantant avec sa brosse en guise de micro ben… voilà quoi ! La nana qui part 10jrs à New York pendant la fashion week et fait uniquement des snaps de sa tronche dans un taxi ou de ses amis affalés sur un canapé dans le Air bnb qu’ils occupent, bof bof… Les snaps de bouffe où tu ne vois rien du contenu de l’assiette car il fait trop sombre dans le resto, sans parler de celle qui te refait le programme du replay d’Arte, ok ok…

Du coup, j’en ai discuté avec mes ados et voilà ce qu’il en ressort :

  • celles qui racontent leur vie alors que tout le monde s’en fout avec leurs stories qui durent 1000 ans, épargnez nous et faites un vlog comme çà ceux qui sont intéressés iront voir !
  • les pseudos chanteuses qui croient que Snapchat c’est The voice, les vidéos de 10 sec où les phrases sont coupées au milieu c’est frustrant et pour la plupart elles chantent mal
  • la vidéo pour rien alors qu’une photo suffirait, pffffffffffff
  • les accros aux selfies : la story de 800 secondes où il n’y a que des selfies au secours !!!
  • il faut revenir à la base car en fait c’est devenu chiant depuis la création des stories, du coup tu peux avoir des trucs qui datent de la veille et qui sont encore sur ton fil
  • snap = prendre une photo à un instant T
  • chat = tu l’envoies à un ami en sachant que c’est éphémère donc tu peux poster des trucs pour déconner puis les oublier sans que çà laisse de traces
  • l’originalité du concept c’était çà et ce n’était pas vraiment un réseau social au départ, juste un truc réduit à un vrai cercle d’amis (pas comme Facebook) !
  • les stories archi longues c’est chiant : la Terre ne va pas s’arrêter de tourner parce que tu n’as pas snapé aujourd’hui ! Ta vie elle est pourrie fais pas genre !
  • et les débiles qui font des snaps en conduisant, on en parle ???

Donc toi la blogueuse (ou le blogueur) qui n’a rien à dire, ben abstiens-toi ! On ne t’en voudra pas je t’assure… Si tu es moche, bouffie, que tu as des boutons, épargne-nous la consultation chez le dermato filmée sous le bureau et arrête le contouring pendant quelques jours. Les snaps de ton animal de compagnie çà va 5mn aussi. Idem pour le tour de la chambre d’hôtel : c’est surtout la Jamaïque, Miami, New York ou Sydney qu’on veut voir pas ta tronche dans le miroir ! Si tu veux donner dans la blague, le comique, fais le vraiment par contre ne te retiens pas !

Je ne sais pas pourquoi mais je sens qu’on va avoir droit dans pas longtemps au Snapchat sponsorisé ! On parie ?

 IMG_3496

IMG_3497

IMG_2949

  IMG_3357

ps : promis je vous fais une liste des comptes Snapchat que j’aime bientôt 😉

ps 1 : les captures d’écran ont été faites avec l’aimable autorisation de mes enfants

Muriel

3 commentaires
2

L’instant unique avec #Capturcall au Stade de France…

Il y a quelques semaines, j’ai vu cette vidéo du coin de l’oeil…

Puis j’ai commencé à voir de drôles de messages en 140 signes sur Twitter avec le hastag Capturcall…

Alors, j’ai eu envie !!! J’ai tendance à reprocher à Petit mari de ne pas me faire de surprise alors des gens qui ne me connaissent pas et me proposent de lâcher prise et vivre un instant inoubliable : J’ACHETE !!!

J’ai twitté plusieurs fois. J’en ai parlé à Boy qui se passionne pour les tarifs d’auto-école (conduite accompagnée) et rêve de voitures. Tout de suite il a accepté d’être mon « +1 » ! Et lundi dernier le message est arrivé alors que je commencçais à me dire que c’était fichu ! On me parlait d’instant sportif alors j’ai filé regarder les évènements sportifs de la semaine…

Rendez-vous était donné à Porte dorée où nous étions une vingtaine à attendre impatiemment l’arrivée des voitures. Par mesure de sécurité, j’avais avancé au matin ou annulé des soins histoire de ne pas être stressée par le boulot et ma tournée du soir. Je scrutais comme une dingue les messages sur Twitter, sachant qu’il y avait un autre point de rdv Porte Dauphine.

IMG_6440

IMG_6442

Nous avons embarqué par 3 et notre charmante hôtesse a répondu à toutes nos questions sur la Renault Captur le nouveau crossover urbain (remplaçantla Clio), tout en essayant au maximum de conserver le mystère sur notre destination.

Au milieu des embouteillages, elle nous a enfin remis le kit et là, très grand moment de plaisir (de kiff dirait mon fils !). J’ai fait baver à distance Grande fille et Petit mari… Comme vous le savez, j’ai vu plusieurs concert au Stade de France mais j’y allais cette fois-ci pour mon 1er match officiel de l’Equipe de France de Rugby accompagnée de mon grand garçon en plus !!!

IMG_6445

IMG_6446

IMG_6450

20140315_175752 20140315_184410 20140315_181105 20140315_194849 20140315_194949

20140315_195142

Inutile de vous dire que mon ado était enchanté par sa soirée et n’a pas regretté d’avoir dit oui à Capturcall et à sa maman 😉

Nous avons apprécié ensemble le match France-Irlande (même si la France a perdu !), participé à la super ambiance dans le stade, bien mangé et discuté voiture. Il a fait des connaissances sympas, tout comme moi et j’ai eu en plus le plaisir de retrouver des supers blogueurs !

IMG_6451

IMG_6462

Merci Renault Captur pour cette superbe opération, son originalité et la gentillesse des équipes entièrement mobilisées pour notre plus grand plaisir. Cela restera un très bon souvenir à la fois parce que j’ai vécu un truc extra mais surtout parce que je l’ai partagé avec mon fils : un des trucs qu’il n’oubliera jamais et qu’il racontera à ses enfants peut-être…

Et si vous êtes abordé dans la rue et qu’on vous invite à vivre l’instant, n’hésitez pas une seule seconde à embarquer pour une soirée inoubliable !!!

Si vous voulez provoquer la chance et être sélectionné, inscrivez vous sur Twitter, suivez le compte @captur et dites OUI avec #capturcall

Muriel

2 commentaires
3

Conflits de générations ?…

Ce qui est sympa avec l’arrivée de l’automne, c’est le retour du cocooning, de prendre le temps de me poser avec une tasse de thé, du chocolat et de grosses chaussettes. 

 

Je prends à nouveau le temps de flâner une fois par semaine dans les allées de la Fnac, de passer par le marchands de journaux, d’acheter de nouvelles grosses chaussettes et je choisis minutieusement mes friandises (j’ai même un tiroir « secret » dans mon nouveau bureau).

J’essaie de me faire une opinion sur les éditions spéciales du week-end de Libé et du Monde, je note les nouvelles recettes à essayer.

Depuis que Boy a découvert certains réseaux sociaux, nous discutons encore plus qu’avant autour de la table familiale.

Maintenant, je mets des articles de côté pour les enfants et Petit mari ou je les leur signale par mail.

Le mélange entre notre culture familiale, nos centres d’intérêts et nos différents âges donne des échanges parfois surprenants, surtout que l’âge aidant, Grande fille ose affirmer ses idées, s’opposer parfois violemment à nous.

Notre mode de fonctionnement a clairement changé : de vertical, il est devenu plus horizontal…

 On se taquine, on se rabroue, on se parle et parfois on s’emporte, on crie ou on se prend à témoin.

 

Muriel

3 commentaires
7

Parents, enfants et mobile…

Comme vous le savez certainement (pour les fidèles de ce blog), j’ai 4 enfants : 3 filles de bientôt 10a, 13a et 19a et un fils de 16a. Nous sommes plutôt sur-équipés à la maison, je n’ose pas vous dire le nombre d’ordi, de tablettes et de téléphones portables, sachant déjà que Petit mari et moi avons chacun 2 téléphones un perso et un pro… Chacun de nos ados a un téléphone portable. Donc à ce jour seule Tit’puce n’a pas de portable.

Il existe une règle chez nous : le 1er téléphone portable est offert à Noël quand on est en classe de 4è. Pourquoi ? Euh…parce que. En fait, c’est une règle établie un peu au pif quand Grande fille a commencé à nous harceler dès son passage en 6è pour en avoir un. La sachant peu précautionneuse et quoi qu’on en dise, les portables coûtant très chers, nous voulions qu’elle y fasse attention. Bien entendu, nous avons régulièrement des prises de bec quand elle constate que son frère puis sa soeur ont eu de « supers » portables alors qu’elle en a eu un pourri et d’occasion, selon ses dires. Mais on ne peut rien contre les progrès de la technique hein ?! Petit mari a encore dans ses tiroirs son vieux portable de 1997 alors qu’aujourd’hui il se balade avec un Samsung Galaxy S4 en poche : c’est un autre monde !!!

Le mois dernier, j’étais invitée avec d’autres blogueurs et blogueuses à participer à une table ronde sur le thème « Parents, enfants et mobile ». J’ai proposé à Grande fille de m’accompagner et j’étais ravie de la voir prendre part à la discussion, livrer son vécu de « fille de blogueuse » et d’ado. Le débat était organisé par les équipes de Virgin Mobile qui nous ont présenté un nouvel outil le Cockpit Conso.

Alors que les parents équipent leurs enfants d’un mobile tout d’abord pour des raisons pratiques : être joignable et pouvoir appeler en cas de besoin, les enfants eux veulent un mobile juste pour rester en contact avec leurs amis et utiliser les réseaux sociaux… Avoir un portable c’est exposer les enfants à certains dangers tels la surconsommation, la dépendance, l’accès à des sites interdits aux mineurs et pose alors inévitablement la question du contrôle parental. 

Chez nous pour limiter tout cela, nous avons imposé un âge pré-requis et un forfait bloqué jusqu’à 16 ans au moins. Les enfants doivent respecter les usages en vigueur sur les sites : par exemple, inscription sur Facebook à partir de 13a avec mon accord et je dois figurer parmis les « amis ». Sachant que l’ordinateur est en libre accès dans le salon, je peux donc regarder par-dessus leur épaule de temps à autre, nous contrôlons régulièrement l’historique et il y a un couvre-feu sur la session enfants : pas d’accès au-delà de 21h en semaine, 22h30 le vendredi soir et le samedi soir.

Virgin Mobile propose donc d’établir le même genre de règles sur le téléphone portable de nos enfants grâce au Cockpit Conso. Cet outil sécurise et contrôle à distance par le biais d’un site internet et d’une application Androïd (disponible sur Google Play store).

Les parents peuvent donc : 

  1. interdire l’accès à une liste noire de sites internet (mise à jour en temps réel) et autoriser uniquement l’accès à des sites pour enfants
  2. bloquer certaines fonctionnalités et/ou établir des créneaux horaires d’utilisation : bloquer l’envoi de SMS ou l’accès à internet pendant les heures de cours ou la nuit…
  3. interdire les appels ou sites surtaxés (vous savez les téléchargements de sonnerie qui bouffent tout le forfait;-))
  4. géolocaliser le mobile (en cas de perte, de vol ou si votre enfant a la fâcheuse habitude de faire des détours sur le chemin de l’école ou s’il est en retard)

Ce service est gratuit pour tous les forfaits bloqués de Virgin Mobile et est proposé en option facturée 3€/mois pour les autres forfaits.

 

 

 

 

Nous avons pu tester pendant 3 semaines cette offre et Tit’puce nous paraissait être le cobaye idéal puisque pas encore équipée, mais déjà sollicitée par ses copines qui ont eu un portable il y a plusieurs mois. Je vous passe mes récriminations quand les fameuses copines appellent 10 fois en 2h pour avoir des conseils pour un jeu de filles sur l’ordinateur ou juste pour savoir ce que Tit’puce fait… Je souris quand les appels se calment : çà signifie qu’elles n’ont plus de crédit ! 

Pendant 48h, nous avons laissé le téléphone en libre accès à notre fille (qui aura 10a le mois prochain). Bon comme c’est un téléphone prêté, je la soupçonne de l’avoir emmené à l’école une ou 2 fois histoire de se vanter auprès de ses copines mais globalement, il est resté dans sa chambre sur une étagère. Ses copines ont vite pris le pli et elles ont échangé près d’une centaine de SMS et de MMS quand même…

Au bout de 48h, Petit mari a pris le contrôle du Cockpit conso qui finalement n’a pas servi à grand chose car elle n’envoyait pas de SMS au-delà de 21h et n’a pas navigué sur internet. En gros, elle l’a vécu comme un gadget sympa sans plus. Donc expérience à relativiser. 

En discutant avec elle, j’ai constaté qu’en fait elle a juste intégré les pratiques en place chez nous qui relèvent à la fois de la bonne utilisation de l’ordinateur mais aussi des règles de politesse et de savoir vivre (on n’appelle pas chez les gens après 21h, etc) et qu’elle a pris exemple sur ses aînés.

Mon bilan : le Cockpit Conso est un bon outil, parfaitement adapté pour les enfants de 8 à 12 ans, permettant de moduler et de leur inculquer les bons usages du téléphone et d’internet. Pour les plus grands (13-17 ans), c’est plus un instrument de restriction, de réprimande voire de punition sans pour autant les priver de portable et de sa fonction première qui est de pouvoir être joint par ses parents !

Je continue de croire à l’éducation par l’exemple, c’est-à-dire que c’est à nous parents d’adopter d’abord les bons comportements devant nos enfants : ne pas passer des heures au téléphone, pas de portable à table pendant les repas, laisser le répondeur faire son travail, éteindre le portable pro quand on ne travaille pas, ne pas envoyer de SMS en même temps qu’on parle à quelqu’un, parler de l’usage d’internet ouvertement des risques et des règles à respecter et se les appliquer à soi : je refuse toujours mes neveux et nièces qui me demandent en amis sur Facebook quand je sais qu’ils n’ont pas l’âge requis, je ne fais pas de photos dénudées (sauf la photo en maillot sur la plage), ne fais pas de vidéos tendancieuses et ne donne pas mes coordonnées au 1er venu ! Je paie les factures de portables des aînés et seule Grande fille a le droit de faire un achat surtaxé sur son téléphone (elle est majeure) et çà ne doit pas dépasser 8€ pour le mois. A ce jour, je n’ai pas à me plaindre alors qu’ils font régulièrement des déplacements à l’étranger.

Vous pouvez lire les avis de Teulliac et Une Maman Blogueuse sur le Cockpit Conso ICI et LA

 

Muriel

7 commentaires