2

Mes résolutions de rentrée

A partir de quand devient-on un vieux couple ?

Honnêtement, je n’en sais rien ! Réponse bateau : c’est dans la tête… Mais 25 ans de mariage, ça commence à faire un paquet d’années ! Ce n’est pas toujours facile de garder le cap, de faire des choses à 2 quand on a une famille nombreuse, que les enfants occupent beaucoup de place, voire l’essentiel. Parmi mes craintes, il y a celle de ne vivre que pour et par les enfants, d’oublier que c’est notre histoire, notre couple qui leur a donné naissance et que cette histoire se poursuivra quand ils auront quitté le cocon familial.

Alors depuis toujours, je lutte contre la tendance pantouflarde de Petit mari. De temps en temps, je baisse les bras, je me laisse emporter par le tourbillon de la vie et du travail, je me noie dans la routine.

Il y a quelques années, j’ai décidé d’être contre les résolutions. Certainement parce que je ne les tenais jamais ! Et il y a eu cette chronique de 5mn cet été de Christophe André sur le sujet et je me suis dit : pourquoi pas ? Dans le fond, il a peut être raison, les résolutions c’est utile pour progresser.

 

Alors j’ai convaincu Petit mari au mois d’août de faire du sport ensemble une fois par semaine. Rien d’extraordinaire : nous habitons au bord d’un lac donc faire un tour du lac, de préférence le samedi matin entre 9h et 11h. En gros, cela représente 40-45mn de marche rapide et 4,5km à parcourir… Parfait pour se remettre en forme en douceur, observer la nature, respirer, se vider la tête des soucis de la semaine ! En plus, comme j’ai repris le running pour préparer La Parisienne, c’était pour moi une séance de plus dans mon planning hebdomadaire.

2 mois plus tard, une de mes amies m’a proposé une initiation au tango. Au début de notre mariage, nous avions pris des cours de danse de salon, l’occasion de se remémorer quelques souvenirs. Le cours est à 20h le mercredi soir et dure 1h30. Pas stressant en cas de réunion qui dure plus longtemps que prévu et retour à la maison aux alentours de 22h pour un prix raisonnable. Donc nous voila occupés à penser à notre posture, à suivre le rythme de la musique, à respirer et à rire.

La surprise,  c’est Grande fille qui marche de temps en temps avec nous le samedi et Boy qui lui aussi a envie d’apprendre le tango  (il suit des cours de salsa le jeudi à la fac) !!! Prendre des résolutions pour soi et proposer sans forcer : c’est oui ou c’est non, sans avoir à se justifier. Quand Petit mari n’a pas envie, je ne le force pas, je ne fais pas la tête, je ne le prends pas mal. Il a le droit de ne pas avoir envie, d’être fatigué… Je me prépare et j’y vais seule parce que c’est important pour moi. C’est peut-être dur mais s’il est mon « partenaire privilégié », il ne me fait pas l’aumône de sa présence. Cela doit être une envie, un désir entre nous, pas une obligation. Et je crois que les enfants ont perçu ces notions de plaisir et de partage dans le respect de chacun.

 

IMG_0688 IMG_0713 IMG_0692

Muriel

2 commentaires
0

Tu n’as qu’une vie…

Le Manifeste Holstee a été écrit par 3 jeunes new-yorkais en 2009. Ils ont formulé leur vision de la vie et depuis, ces phrases sont devenues des mantras pour des millions de personnes dans le monde entier.

Il est de bon ton de prendre des (bonnes) résolutions en janvier et en septembre. J’avais abandonné cette tradition et Christophe André lors d’une de ses chroniques cet été sur France Culture a réussi à me convaincre d’essayer à nouveau. Je ne sais pas si ce sont des résolutions, juste des envies, des axes pour continuer à vivre pleinement ma vie.

Le manifeste est en anglais mais a été traduit en français. Vous pourrez commander l’affiche ICI

carte-manifeste-holstee-1

 

Muriel

Commenter
10

Tout est possible

Il n’est jamais trop tard pour faire les choses alors bien que nous ayons déjà changé d’année, je mets en ligne ce billet.

Pour une fois, j’ai du mal à faire le bilan d’une année. 2016 aura été pour ma famille et moi-même une année particulièrement ardue où les coups durs, les difficultés ne nous auront pas épargné et pourtant, c’est une année où nous avons su être forts, unis, nous découvrant même un peu plus les uns les autres. Nous avons fait face séparément parfois, ensemble le plus souvent. Nous avons toujours vu en même temps le positif et le négatif de chaque situation. Et c’est que pour cela que le bilan s’avère un peu compliqué à faire, car nous ne retenons, moi la 1ère, que le positif.

Le positif, c’est cette base solide que les autres voient toujours et que je ne voyais plus très bien. La solidité de chacun d’entre nous et de l’amour que nous avons les uns pour les autres. Ce sont aussi nos valeurs, sur lesquelles reposent notre mariage et notre famille. Parfois j’en ai sérieusement douté, j’ai eu l’impression d’en assumer un peu trop la charge. Aujourd’hui, je sais que je me suis trompée. Il a suffi que je fasse un pas de côté. On peut faire de l’ombre à une fleur et l’empêcher de s’épanouir sans s’en rendre compte…

Après 12 ans dans le service public hospitalier, puis 7 ans en exercice libéral, je vais écrire un nouveau chapitre de ma vie professionnelle. J’ai eu d’abord à faire face à un petit souci de santé, maintenant je vais prendre le temps. Suivre une ou plusieurs formations, être à nouveau disponible pour ma famille, faire de nouveaux projets de vie. 20 ans que j’étais infirmière de terrain ! J’aimerais continuer à exercer mon métier mais autrement et ailleurs, plutôt dans un cadre associatif et humanitaire. J’aime aussi le développement personnel et la notion de bien être…

Notre année 2016 s’est terminée par un deuil familial qui nous a bouleversé le 25 décembre. Depuis nous sommes confortés dans nos choix, nos relations, tout en sachant que cette période de deuil va durer quelques mois et profondément nous changer. Tout a explosé pour se reconstruire différemment. Nous serons à la fois plus forts et plus faibles, capables de pleurer et de rire dans un même élan, comme pendant ces 48h en Bretagne.

Je ne sais pas ce que l’année 2017 me réserve pourtant je n’ai pas peur. Je suis impatiente et curieuse : pour la 1ère fois de ma vie, je vais à l’aventure, vivre au jour le jour, suivant mon intuition, prête à saisir les opportunités qui se présenteront. Je crois que quelque chose d’extraordinaire m’attend quelque part, qu’il me faut juste être prête.  Cela commence par respecter mon rythme et faire juste ce que j’aime : profiter de ma famille, de mes amis, faire un maximum de sorties culturelles, dormir, lire, cuisiner, manger et jouer au tennis. C’est aussi assister à des forums, des conférences, apprendre, multiplier et formaliser les rencontres en élargissant mon réseau. C’est trier, ranger, faire enfin ce que je remettais sans cesse à plus tard. C’est dépenser moins, différemment voire pas du tout. C’est préparer des voyages. Tout est possible, je n’ai qu’à choisir !!!

Depuis plus de 11 ans que je vous parle de ma vie de mère débordée, je n’aurai jamais imaginé un jour faire ce choix. Encore moins avec des ados n’ayant pas besoin d’avoir leur mère à la maison. Mais je ne suis pas à une contradiction près !

Je vous souhaite une très belle année 2017 et vous embrasse bien fort.

IMG_6581

Muriel

10 commentaires
3

Récap de 2015

Faire le bilan, prendre de bonnes résolutions… Que retenir de 2015 ? L’actualité nous a fourni son lot de peines et de misères, choses que j’expérimente déjà tous les jours dans ma vie professionnelle. Du coup, je ne sais pas trop si j’ai le droit de dire que je frôle souvent l’overdose : tout devient pénible, j’ai eu peur, très peur, trop peur plusieurs fois pour différentes raisons et je n’ai aucune solution à proposer. Je garde le moral, je souris, je rassure mais j’ai du mal à communiquer de l’espoir et je le ressens particulièrement en cette période d’échange de voeux.

Je veux, j’espère que tout aille mieux mais au fond, je n’y crois plus vraiment. Alors prenons un jour après l’autre !

Pourtant, il y a eu de bonnes choses en 2015, essentiellement sur un plan personnel bien sûr.  En janvier, mon fils a fêté ses 18 ans entre 2 tueries. En février, j’ai accompagné Miss A à son 1er concert au Zénith de Paris. Le 8 mars, j’ai été invitée à participer à un brunch d’afro féministes. Une bien belle rencontre qui m’a ouvert de nouveaux horizons. En avril, Grande fille a eu son permis de conduire. En mai pour la 1ère fois, je suis partie avec 2 de mes enfants en vacances : être juste 3 pendant 5 jours à Barcelone fut une très belle expérience que nous souhaitons renouveler chaque année. En juin, j’ai couru mon 1er 10km sous les encouragements de mon fan club qui n’avait pas hésité à se lever tôt ! En juillet, j’ai réalisé un rêve en passant 5 jours au mythique hôtel Carlton de Cannes. En août, j’ai fait le plein de soleil et de culture à Marseille pendant 5 jours. En septembre, nous avons eu la chance grâce à ce blog de nous amuser en famille au Parc Astérix. En octobre, il y a eu le mariage d’un de mes frères et le plaisir de faire de chouettes photos. En novembre, je retiens toutes les bonnes bouffes de l’année avec une ou plusieurs copines (en l’occurrence photo du dîner mensuel des « vieilles mamans »). En décembre, l’immense fierté d’avoir 2 enfants conviées à la Grande Chancellerie de la Légion d’Honneur…

Voilà 2015 ne fut pas rose sur un plan personnel (la quarantaine, le couple etc), ni professionnel mais je peux dire que j’ai eu une multitude de petits et grands bonheurs qui en font une année très particulière.

Je remercie toutes les personnes qui m’ont accordé du temps, les cafés, les thés, les coups de fil, les déjeuners, les dîners, les expos ou les films partagés. Je remercie mes patients de leur patience à mon égard et les petites attentions qu’ils ont eu. Je remercie mon mari d’être encore là. Je remercie mes enfants pour leur amour et leur soutien sans faille tous les jours malgré les difficultés et leurs propres soucis d’ado/adultes à gérer. Je remercie ma famille et toutes les personnes qui ont croisé ma route sur ce blog ou ailleurs.

Je pense aussi à toutes personnes qui ont perdu un être cher en 2015, qui ont fait la douloureuse expérience de la peur, de l’échec ou de la maladie. En 2016, il faudra continuer à avancer, doucement mais sûrement et garder au chaud au fond du coeur l’amour, les sourires, les rires, les bons moments partagés…

Donc pas de résolutions, juste l’envie de continuer à partager et être là pour en parler dans un an.

 

IMG_9679 IMG_0086

IMG_0309

IMG_0606 IMG_1394

IMG_2700

IMG_0075

IMG_1835 IMG_3536 IMG_2375

Muriel

3 commentaires
0

Devoirs de vacances

Je sais, c’est difficile de penser à la rentrée car c’est un peu comme s’il n’y avait jamais eu les vacances ou qu’elles ont été trop courtes. Je me souviens enfant avoir toujours trouvé les vacances d’été trop longues. Au bout de 6 semaines en général, j’avais envie de retourner l’école…

Minette et Miss A ont terminé les cours respectivement les 12 et 19 juin. Je les ai prévenues que dès le 3 août, il leur faudrait se remettre au travail, chacune à son rythme. L’une avec un programme établi par Grande fille : cahier de vacances classiques augmenté des recommandations des profs et un programme sur mesure de grammaire-orthographe-conjugaison. L’autre ayant prouvé sa capacité à s’organiser et sa capacité à s’auto-motiver, il suffit juste de poser des questions de temps en temps pour connaître l’avancée des travaux.

J’ai aussi fixé la limite à 4 jours par semaine : l faut bien continuer à s’amuser, aller au cinéma, simplement ne rien faire du tout  voire carrément s’ennuyer !

De mon côté pas de résolutions de rentrée, juste continuer à faire le plein d’énergie positive pour assurer l’automne puis l’hiver dans de bonnes conditions physiques et mentales. J’aimerai quand même avoir plus de constance dans mes efforts afin de m’éviter des coups de stress inutiles. Ce travail de longue haleine m’a déjà permis de vaincre définitivement ma phobie du dentiste et ne plus culpabiliser pour tout et rien. J’arrive petit à petit à canaliser mon énergie, moins la gaspiller et surtout en faire quelque chose de positif pour moi. Mine de rien cela change pas mal les relations qu’on a avec les autres, une espèce de sélection naturelle s’opère en douceur… Parfois certaines amitiés défient le temps sans finalement que l’on sache pourquoi. Puis un jour la ou les raisons vous sautent aux yeux comme une évidence.

Sur ma liste de bonheurs, il y en a un qui s’est renouvelé ces derniers temps : les dîners entre vieilles copines (9 à 15 ans qu’on se connait). Nous avons des âges différents, des situations maritales et professionnelles différentes, des religions et des opinions différentes, pourtant il y a un truc que nous faisons super bien ensemble : rire des mêmes choses avec ou sans alcool !

Un truc qu’on fait aussi entre familles amies : fêter la fin d’année scolaire début juillet puis la fin des vacances fin août avec à chaque fois une bonne bouteille de champagne.

Oups, j’ai donc un dernier devoir de vacances à planifier si vous voyez ce que je veux dire 😉

IMG_0024 IMG_0031 IMG_0021 IMG_0141 IMG_0174 IMG_3137

Muriel

Commenter