0

J’ai compris que j’ai vieilli…

IMG_5380

Vendredi dernier, j’ai pris un coup de vieux.

J’étais invitée par une de mes amies à la fête des 80 ans de l’Union Sportive de ma ville. Tout avait bien commencé, j’étais en mode « pretty woman » : une jolie robe décolleté bateau, des escarpins Patricia Blanchet aux pieds, du mascara et un peu de rouge à lèvres ! La soirée avait lieu sur un bateau à quai. Le problème dans ce genre de soirée est que l’on retrouve toujours les mêmes personnes, celles qui sont de tous les banquets municipaux, celles qui ne quittent jamais le bar et/ou le buffet bien décidées à se faire rembourser en nature leurs impôts locaux…

Habitant la même commune depuis 41 ans, j’ai été et je suis adhérente de l’US. Dans ma jeunesse, c’était en athlétisme ; aujourd’hui, en section natation-aquabike. J’étais donc effarée de croiser les mêmes personnes qui étaient déjà vieilles il y a 35 ans !

Ce fut l’occasion de revoir les anciens présidents, d’écouter le discours de notre député-maire et de céder à la nostalgie en regardant le petit film réalisé pour la fête. Et là je me suis pris virtuellement une claque : les 40 années les plus actives se confondent avec l’histoire du développement de ma ville et de fait, ma propre histoire… J’ai essuyé les plâtres des premières activités multisports quand j’avais 10 ans, j’ai fait partie de la 1ère équipe de relais féminine en athlétisme, j’ai fait l’inauguration du grand stade, j’ai eu des camarades qui sont devenus champions d’Europe et du monde, etc. Puis la 2nde claque, c’est quand j’ai croisé des camarades d’enfance et que j’ai commencé mes phrases par « çà fait longtemps, « que deviens-tu » et tous ces trucs que j’entendais dans la bouche des vieux aka mes parents !!! Pour la 1ère fois, j’ai eu ces fameuses discutions qui me faisaient soupirer et lever les yeux au ciel quand j’étais ado. Heureusement mes enfants n’étaient pas là ! Mais j’ai eu envie de m’écrier plusieurs fois : « Maman sort de mon corps ». Non je suis bien cette femme de 45 ans, mère de 4 ados qui portait des couettes quand elle courait le 80m en catégorie cadette. Je suis cette femme qui s’est déchaînée sur du Kendji Girac avec ses copines au milieu des vieux-qui-étaient-déjà-vieux, car elle avait décidé de s’amuser de passer une bonne soirée même si elle n’était plus très sûre de savoir encore danser. A minuit et demi, j’ai sorti mes ballerines pliables, rangé mes escarpins de princesse et suis rentrée me coucher comme la « vieille » que je suis devenue à mon tour…

Pensez à m’éloigner du buffet dans 20 ans hein !!!

Muriel

Commenter
3

Pop in the city…

Pop in the city est le 1er raid urbain 100% féminin, se déroulant dans une ville européenne.

logo Pop in the city

Quand ma copine Sharon a lancé une question sur son statut Facebook, je ne sais pas pourquoi j’ai répondu « moi ». A l’époque j’envisageais ma réinscription à La Parisienne… En lisant le descriptif, j’ai eu envie moi aussi de me lancer un nouveau défi et de participer à un truc qui ressemblerait à Pékin Express avec les caméras et les conditions extrêmes en moins. Bref, j’ai eu envie de faire un truc pour moi mais en bonne compagnie (c’est plus facile avec une fille qui porte le sourire en bandoulière et fourmille d’idées).

Le principe est simple : 500 femmes, par équipe de 2, 4 villes européennes à forte personnalité, réaliser un maximum des 25 challenges ludiques, physiques et sensationnels proposés. Classés en cinq catégories (art, sport, extrême, culture et solidarité), ces challenges originaux sont conçus pour forcer les participantes à se dépasser et user d’ingéniosité. Aviron sur le fleuve avec l’équipe locale, descente en rappel d’une tour médiévale de 60 mètres, dégustation de têtes de porc ou rénovation d’un foyer de filles-mères sont quelques exemples éloquents des éditions passées. Pas besoin d’être sportive, le but est de découvrir une ville en s’amusant. Bon pour les fanas (ou fadas), il y a un classement quand même. Cerise sur le gâteau une fois la compétition terminée, une méga fête réunit les participantes jusqu’au bout de la nuit !!!

 

Pop In the City – Utrecht – L’Intégrale from Pop In the City on Vimeo.

Je vois vos yeux qui pétillent… Donc cette année, je passe mon tour pour La Parisienne qui a lieu malheureusement le week-end où je serai à Porto. J’envisage toutefois de m’inscrire à une petite course à pied (5 ou 10 km) en octobre ou novembre mais je ne manquerai pas de vous raconter mon week-end sportif entre filles au Portugal !

1897972_809460732431314_2510756569930553953_n

Les inscriptions sont actuellement ouvertes pour la prochaine session qui aura lieu à Nice le 11 octobre. Pour + d’infos et vous inscrire, cliquez sur l’image ci-dessous.

10561524_804484579595596_2211563656010800989_n

Course + Soirée = 195 euros
Course seulement = 165 euros
Pour qui : Femmes sportives ou non, 18+
Durée : 9h à 17h

Muriel

3 commentaires
2

Zen en ville…

L’avantage de travailler en ville et de faire tous mes déplacements à pied, c’est que je vois les choses différemment. J’ai une vision de piéton qui n’est pas celle des conducteurs, je connais bien ma commune et surtout, je vois tout ce qui en fait le charme. Je croise des limaces et des escargots, je vois des rats, des lapins, des grenouilles, des cygnes, des poules d’eau, des chats, des chiens. Je parle seule, à la nature ou aux élémetns qui se déchainent. Je sens venir la pluie, j’ai chaud, j’ai froid. Je m’arrête souvent pour faire une photo, pour sentir et essayer de reconnaitre une odeur. Je marche dans l’herbe mouillée, je cueille des fleurs que j’accroche à ma boutonnière ou je me fais des bouquets de pissenlits et de coquelicots comme quand j’étais petite. Je saute comme une enfant dans des flaques d’eau, je cours après le bus, je chante à tue tête ou avec mes écouteurs sur les oreilles…

En ce moment ce que j’aime par dessus tout, c’est quand je rentre vers 20h, avec le soleil couchant en longeant le lac. Je me dis qu’avant la fin de la semaine, je ferai comme ce monsieur croisé il y a 15 jours : j’irai me coucher dans l’herbe, je sentirai la brise sur mon visage, je détacherai mes cheveux, j’enlèverai mes chaussures et j’attendrai que le soleil se couche en respirant profondément et en savourant ce moment…

 

Muriel

2 commentaires
3

Rythmes scolaires : le faux débat…

6 ou 7 mois au moins qu’on parle de revenir à la semaine de 4 jours 1/2, des rythmes scolaires de l’enfants, etc. Toutes mes copines, qui n’ont pourtant plus d’enfants dans l’école primaire du quartier, me demandent ce qui a été décidé pour notre commune… J’avais beau chercher dans le cahier de liaison de Tit’puce ou lire les panneaux d’affichage devant le groupe scolaire : rien, rien, rien. Les maires de Lyon, Paris, Lille et plein d’autres ont annoncé leur décision il y a un mois voire plus. Et mardi soir, surprise : Tit’puce rentre avec un questionnaire sur lequel, on apprend que la nouvelle organisation dépendra de la concertation auprès des familles et des enseignants et sera mise en place en septembre 2014 ! Je commence à le remplir consciencieusement lorsque je le tends à Petit mari, celui-ci me fait remarquer que je réponds pour rien (ou presque) puisqu’à la rentrée 2014, Tit’puce ira en 6è !!!

Vu mon état d’esprit actuel concernant la politique et nos représentants, je ne sais pas si je vais accomplir mon devoir de citoyenne et répondre comme si j’étais vraiment concernée…

 

 

 

Je crois que mon attitude est assez symptomatique et représentative d’une majorité de la population : je ne me bouge que lorsque je suis directement concernée. J’ai de plus en plus de mal à considérer le bien-être ou l’intérêt général. Je perds le sens de l’engagement, ma vision du monde se rétrécie et çà m’inquiète. 

J’ai l’impression qu’on se trompe de combats, que les grandes luttes qui ont fait notre histoire ne pourraient plus avoir lieu de nos jours malgré la nostalgie des journalistes comparant les « manifestations anti-mariage pour tous » à Mai 68.

Chacun veille juste à garder le peu ou le beaucoup qu’il a. On se fiche de la recrudescence des morts infantiles, les lobbies des armes aux Etats Unis réussissent à faire rejeter une loi qui pourrait éviter à des familles d’être dans le deuil et la peine…

Ceux qui ont peu sont prêts à renoncer un peu mais ceux qui ont beaucoup en veulent toujours plus juste parce qu’ils le valent bien !

 Pour en revenir à mon sujet de départ, je me souviendrais toujours de ce directeur d’école me disant que la coupure du mercredi était nécessaire aux enseignants ! Avec les zones et le lobbying du secteur du tourisme, on ne parle plus de « vacances de Carnaval » ou de Février mais de vacances d’hiver. Et l’on emploie de manière impropre les mots « vacances de Pâques » alors que maintenant ce sont des « vacances de Printemps » !!! 

On sait tous très bien qu’il s’agit encore et toujours de faire plus avec moins et je serai de plus en plus atterrée de voir que cette année en CM1, ma fille est nulle en passé simple, connaît à peine l’imparfait, n’a pas lu un seul texte, ni répondu à une seule question de compréhension, a des listes de mots à apprendre et fait du calcul mental niveau CP… Et savoir à l’avance que rien ne changera, que le fameux ascenseur social ne fonctionnera pas mieux, que les enfants des beaux quartiers (ou ceux qui peuvent aller ailleurs) s’en sortiront toujours mieux que ceux des cités.

 *****

Comme me l’a fait remarquer Natacha, je n’ai pas donné mon avis sur le changement proposé.

Je suis pour qu’il y ait école du lundi au vendredi de 9h à 18h avec des activités sportives, artistiques et du soutien scolaire l’après-midi. Celà voudrait dire une plus grande souplesse dans les écoles comme la possibilité de venir avec son repas ou de manger à la cantine ou de rentrer chez soi. 

L’école pourrait être obligatoire jusqu’à 16h30, comme çà on libère du temps pour les enfants qui ont des rendez-vous médicaux ou pour le catéchisme, ou… Mais ce serait bien qu’il y ait un psychologue dans chaque école ou pour 2 écoles maxi, un kiné pour les enfants handicapés, un éducateur spécialisé, etc. Je voudrais aussi qu’il y ait des atsem ou des aides-éducateurs dans chaque classe de maternelle et d’élémentaire pour que les apprentissages soient réels, pour donner les mêmes chances à tous les enfants.

Bref, je referai complètement le système scolaire !!!

Donc vu ce qui est proposé, je serai pour que la demie journée soit placée le mercredi matin et qu’on développe les activités l’après-midi. Mais bien évidemment, il n’y aura pas assez de moyens alloués aux écoles alors…

Le gouvernement a déjà modifié en douce le taux d’encadrement des enfants et beaucoup d’écoles n’ont pas d’équipements adaptés. Donc les après midis ressembleront à des centres de loisirs ou au pire à des garderies géantes, avec du personnel non qualifié !

 

 

Muriel

3 commentaires
4

Tu veux tu ?…

Je vous écris à bord du train qui m’emmène à Québec pour le week-end. Le mauvais temps m’a rattrapée, pluie, vent après des journées quasi estivales bien agréables.

J’ai passé 2 jours avec mon amie Sylvie qui a été telle que je la « connaissais’ : chaleureuse, attentionnée et formidablement disponible pour moi. Le fait de se voir « en vrai » a juste confirmé les atomes crochus que nous avons depuis 12 ans malgré la distance. Grâce à elle, j’ai fait une petite incursion dans le « vrai Québec » à Joliette, charmante petite ville à 50 km de Montréal. Entre dîner thaï, pizza pepperoni, poutine, elle m’a montré la chute Dorwin à Rawdon, la ville de Terrebonne et son île aux moulins et permis de faire une escapade au WalMart du coin. En vraie ménagère, il fallait que je vois de mes yeux un supermarché ! J’ai ainsi pu faire le plein de m&m’s beurre de cacahuète pour Grande fille, failli dévaliser le rayon des préparations culinaires, suis tombée en pamoison dans le rayon des cosmétiques… Oui, je suis grave !!!

Là, je profite du paysage qui défile, de ces petites villes avec des passages à niveaux, des églises, des cimetières, des maisons en bois typiques et des fermes…

 

Muriel

4 commentaires