0

2018 and co

Comme après chaque long silence, revenir un peu sur la pointe des pieds en se demandant s’il faut faire la poussière, refaire ou défaire, fermer définitivement ou pas.

Se dire qu’il y aurait tant et si peu à raconter. Le quotidien d’une mère plus tellement débordée que ça puisque les enfants sont grands ! Parler du nouvel équilibre que cela entraîne. Je n’ai jamais été qu’une mère, mais c’est l’identité ou le rôle que je projette volontiers en premier. Je ne suis plus tout à fait une infirmière puisque je ne fais plus de soins. Je ne suis plus tout à fait une femme puisque j’approche allègrement de la cinquantaine. Qui suis-je alors ?

En ce moment, je suis en pleine déconstruction reconstruction : j’agence les pièces de mon puzzle personnel différemment. Je suis juste une femme active.

2017 aura été l’année d’un nouveau tournant professionnel. Je me suis remise en situation d’apprentissage en ajoutant de nouvelles flèches à mon arc.

En quittant l’hôpital, j’ai enlevé ma blouse. En faisant du libéral, j’ai enlevé un peau de ma peau de professionnelle : j’ai dû abandonner l’idée d’introduire de l’hôpital chez les gens. J’ai dû accepter l’idée que j’étais chez eux et que, quelque part, ce sont leurs règles qui s’appliquent. En travaillant dans le social, j’ai encore changé de peau, j’ai encore dû lâcher un peu de ma posture d’infirmière et apprendre à marcher sur des sables mouvants.

Jai entamé une formation sur l’accompagnement à la parentalité, histoire de me sortir encore de ma posture de « maman de famille nombreuse dont les enfants réussissent », d’infirmière hyper professionnelle et dans les 2 cas d’une personne à fort caractère qui impose son point de vue. Nous avons aussi une formation en interne sur un nouveau concept : le rétablissement.

J’ai booké de belles vacances en Thaïlande au mois de mai avec du yoga, de l’aquagym et de la boxe thaï. Le week-end prochain je serai de retour à Londres pour 4 jours.

Voila, nous avons survécu à l’hiver, Boy est parti en Irlande pour un semestre. Nous apprenons à vivre loin les uns des autres, à des rythmes différents. Avec les masters de Boy et Grande fille qui se profilent pour septembre 2018, je sens encore plus le vent du changement arriver…

 

Muriel

Commenter
4

Etre femme, devenir dame…

Il est très à la mode de demander aux gens quels sont leurs modèles, surtout en matière de féminité et de féminisme.

Je suis née en 1970, forcément ma mère est mon 1er modèle celui avec lequel je me suis construite et contre lequel je me suis construite aussi. Grâce à elle, j’ai su qu’il me faudrait travailler à la fois pour moi et pour mes enfants, que comme elle je serai forte, je saurai faire face à l’adversité, toujours garder la tête haute. Grâce à elle, j’ai toujours eu conscience de ma beauté à moi et de ma valeur. Même si parfois entre ses mains, je me suis sentie un peu poupée, déguisée selon son bon vouloir. Il a fallu aussi faire avec ses représentations et ses interdits (pas de noir on n’est pas en deuil !).

Il y a 2 choses qui m’ont toujours posé problème : les mains et la bouche. J’ai longtemps rongé mes ongles, jusqu’à la trentaine passée. Ma bouche, celle de mon père devrai-je dire, me complexait un peu aussi. Cette bouche un peu marque de fabrique qui renvoyait au mari absent, trompeur, au divorce, au malheur d’une vie…

Dans mes représentations féminines, être une femme, c’est plutôt être une dame. Avoir des mains manucurées avec un joli vernis brillant et porter du rouge à lèvre. Oui car sous mes dessous de femme libérée, j’aurai aimé être une de ses femmes des années 50-60 surtout en matière de mode. Et forcément la femme parfaite mes yeux a l’allure d’une héroïne de Mad Men ou d’un film d’Hitchcock.

Etre blogueuse m’a permis d’apprivoiser mon image avec le temps. Etre à l’aise avec mon corps, faire du sport, continuer à être gourmande, prendre soin de moi, instaurer des rituels. Il y a eu le vernis transparent puis légèrement rosé. Le baume à lèvre protecteur puis le gloss basique. L’année de mes 40 ans, lors de notre fameux séjour à New-York en famille, j’ai voulu vivre un cliché en me faisant faire une mani-pédi dans un salon à côté de notre hôtel. De retour en France, la mode des nails bars a commencé mais c’était en core trop cher. Heureusement que les blogueuses se font chouchouter lors de certains events !

Il suffisait d’être patiente : j’ai trouvé la pose de vernis à moins de 10 euros et maintenant la manucure flash 15mn = 15 euros. Je ne vais pas vous faire l’historique des rouges à lèvre entre les mattes, les sans transfert, longue tenue, les laques etc. J’ai acheté plusieurs rouges à lèvre que je mettais rarement puis mon 1er vrai rouge est arrivé. Je l’ai longtemps gardé comme un trophée caché au fond de la pochette dans mon sac à main avec un tas de petites choses très personnelles comme un chapelet, mon stylo préféré, des lentilles contacts de rechange, etc.

J’exerce un métier où pour des questions d’hygiène, on est censé avoir les ongles courts et propres, ne pas être trop maquillée. Au fil des années, j’ai enlevé mes bagues, puis mes médailles de baptême que je portais autour du cou pour des raisons de service public et de laïcité… J’ai réalisé que j’avais gommé au travail toute une partie de moi et c’est sans doute pour cela aussi en partie que je me suis coupée les cheveux et que j’ai arrêté les teintures. Finalement la seule part d’expression personnelle qui me restait ! Parallèlement j’avais du mal à reprendre tous ces attributs de ma féminité lorsque j’étais en repos.

Depuis un peu plus d’un an, je deviens cette dame que j’ai toujours rêvé être : celle qui met des jupes et des robes quand çà lui chante, du rouge à lèvre et du mascara à 8h du matin (ou dans l’ascenseur), celle qui se fait faire des mani-pédi le week-end ! Je mets à nouveau des bijoux avec parcimonie, juste une pointe de féminité ou pour donner un peu de punch à une tenue. J’adore les années 50 mais je suis quand même un peu plus évoluée concernant les codes de la société.

Cela peut paraître futile, superficiel mais c’est un véritable accomplissement que je vis grâce à ces 2 produits que sont le vernis à ongle et le rouge à lèvre. Ils viennent compléter et parfaire ma panoplie. J’ai toujours su que j’étais une femme, noire qui plus est. Maintenant je suis aussi une Dame. Et s’il m’a fallu un certain temps pour atteindre ce statut dans ma tête, j’ai l’impression qu’il enlève autre chose : mon âge. Car pour moi, une dame n’a pas d’âge !

 

capture-decran-2016-12-24-a-00-10-59 IMG_6030 IMG_1860

 

Muriel

4 commentaires
1

Définition du bonheur

Parce que le bonheur parfois, c’est :

  • terminer sa journée par une séance de shopping bd Haussmann
  • téléphoner à une amie
  • acheter des macarons et une bouteille de champagne rosée
  • débarquer chez elle et improviser une soirée
  • rentrer à pas d’heure…

IMG_1142

Parce que le bonheur, c’est encore : lire une chronique de philo en 500 mots  tout en écoutant Benjamin Biolay dans le métro…

IMG_1864

Muriel

1 commentaire
0

Des plantes à la maison

Je ne pensais pas avoir la main verte. Ok si vous suivez ce blog depuis pas mal d’années, vous savez que j’ai un balcon-terrasse sur lequel je fais pousser des plantes aromatiques, des tomates et des salades que les enfants se sont amusés à récolter au fil du temps. Je fais aussi pousser des fleurs dans des jardinières. J’ai réussi aussi à faire refleurir plusieurs fois des orchidées… Pourtant je ne me considère pas comme ayant la main verte.

Il y a 2-3 ans, j’ai acheté une plante d’intérieur à Ikea. Une de celles que l’on voit partout, rien d’original ! Avec le temps et l’expérience, j’ai simplement appris à lire les étiquettes et à chercher des infos synthétiques sur le web. Du coup, sans être me prendre la tête, je l’ai arrosée à intervalles réguliers, je l’ai observée, j’ai coupé les feuilles mortes, je lui ai même parlé. Elle a grandi au point que j’ai dû la rempoter 2 fois. Du coup, cela m’a encouragée pour me lancer dans l’entretien d’un terrarium, puis de 2 (si ,si y’a des choses à faire je vous assure !).

Effet mouton de la blogosphère oblige, j’ai aussi voulu un pilea, puis 2. Maintenant je fais des boutures. Des mini cactus ont fait leur entrée. L’ambiance dans le salon est différente, paisible. Les enfants rigolent en me voyant jouer à « Silence çà pousse » et me regardent d’un air affligé quand je parle à mes plantes. Pourtant Boy n’a pas cillé et a accepté sans broncher quand je lui ai demandé de m’accompagner un dimanche matin à 8h du côté de la Gare de l’Est pour une vente de plantes d’intérieur à petits prix, ce que son père a refusé !

Le collectif Plantes pour Tous organise des ventes éphémères de plantes à 2, 5 ou 10€ (quelques grosses plantes à 20€). Donc j’ai attendu 1h dans le froid au début du mois de novembre pour acheter 6 plantes pour moins de 50€ ! En sachant que j’habite en banlieue parisienne en plus… La folie « urban juggle » bobo s’est emparée de moi et bien sûr, j’ai fait l’acquisition entre autres d’un plus gros cactus, d’un monstera, d’un bananier ! Pour couronner le tout, je me suis plongée dans les bouquins de déco avec des plantes, en mode extrême puisque j’ai acheté un livre en japonais juste pour ses belles photos à la librairie Junku (pas loin d’Opéra).

Et pour tout vous dire, ce n’est pas fini car une nouvelle vente aura lieu le week-end du 16-17 décembre et j’ai bien l’intention de me faire plaisir à nouveau. J’en profiterai pour vous parler du Lagom, l’art de vivre à la suédoise : la nouvelle mode venu des pays nordique après le Hygge des Danois l’hiver dernier.

IMG_1338

IMG_1476

IMG_1466

IMG_1463

IMG_1464

 

Muriel

Commenter
1

Quand suis-je devenue adulte ?

Je ne sais pas quand c’est arrivé. Cela s’est juste produit et voilà… Je suis « grande » ! Je suis une femme, une mère de famille, une épouse qui n’attend plus l’approbation ou la reconnaissance de son entourage.

Oui c’est un peu étrange dit comme çà mais j’ai réalisé un jour que moi qui me croyait indépendante, autonome, féministe et tout le blabla, je passais mon temps à attendre quelque chose, comme l’on devait valider la fille, la soeur, l’épouse puis la mère que je suis alors que lui n’a pas ce genre d’état d’âme !

C’est en discutant brièvement avec ma nouvelle BS jeune accouchée du retour à la maison avec son bébé et du nouveau rythme de vie avec un enfant que j’ai eu le déclic. Le désir d’être une mère et une épouse parfaites est un piège dans lequel on tombe tête baissée et souvent cela arrange bien les hommes.

J’ai rencontré mon mari l’année de mes 20 ans, fiancée un an plus tard et mariée avant mes 22 ans. Quand je regarde Grande fille qui va fêter ses 24 ans dans 3 mois, j’ai du mal à croire qu’à son âge j’étais mariée et jeune maman tant elle est encore « petite »… Au départ, nous voulions juste vivre ensemble après son service militaire et nous marier ensuite. Mais nous avons cédé à la pression de ma mère qui ne voulait pas que son unique fille quitte l’appartement familial sans la bague au doigt. Avec le recul, je me dis juste que je ne sais pas si l’histoire aurait la même si nous avions suivi notre idée de départ.

Tout çà pour dire qu’il y a 27 ans,  j’étais encore une ado qui avait grandi avec un père absent. Je pensais avoir tout à prouver à tout le monde, y compris à moi-même. Je ne sais pas si mes BS le ressentent comme çà mais avec la naissance d’un enfant, j’en ai l’impression. Etre une super maman, une super ménagère, une super épouse en forme et sexy sans oublier le travail, être une super collègue ou patronne…

J’ai eu 4 enfant en 10 ans, pris 30kg au cours de ces 10 années par rapport à mon poids de jeune fille. J’ai eu des diplômes, toujours travaillé (dont 2 ans à temps partiel). J’ai présidé des associations, encadré des sorties scolaires, enseigné le catéchisme. J’ai appris à cuisiner en 5mn ou en 4h en supervisant les devoirs, le solfège, la musique, tout en écoutant la radio et en ayant un oeil sur les programmes de télé pour la jeunesse. J’ai acheté des kilos de collants de danse, cousus des dizaines de chaussons et d’étiquettes nominatives, acheté des tonnes de partitions. J’ai couru, couru, couru avec ou sans sac, avec ou sans poussette, avec ou sans bébé. J’ai donné le biberon aux 2 aînés, allaité les 2 dernières, préparé des petits pots faits maison, fait écouter de la musique classique, chanté des comptines, acheté des livres et des dvd en anglais, même en chinois ! J’ai planifié des répétitions, des vacances, des week-ends, des sorties, des ateliers pour enfants, pris des milliers de photos, fait des centaines de vidéos. Et je ne vous parle pas des tonnes de vêtements, de préparations de valises, de colonies de vacances, des abonnements aux magazines et tous les livres qu’il a fallu acheter…

J’ai fait tout çà en croyant naïvement que mon mari m’encenserait ! Oui parce que j’en ai fait des régimes et des conneries pour rester la gamine de 20 ans qu’il a connu et dont il est tombé amoureux. J’ai lu les dossiers sexo dans des magazines l’été sur la plage, acheté un petit canard vibromasseur et de la lingerie sexy. Parce qu’il fallait être au top toujours, tout le temps, du moins le croyais-je…

De son côté, il a grossi et maigri lui aussi (plus pour des questions d’hypertension et de douleur aux genoux). Il n’est pas au top ou disponible quand j’aimerais qu’il le soit. Il a refusé parfois d’aller à telle ou telle réunion ou audition d’un des enfants parce qu’il travaille lui !!! Il n’avait pas le temps de faire les courses parce qu’il déteste aller à Carrefour (c’est vrai que moi j’adore passer 2h à arpenter les rayons de supermarché avec un caddie). Il passe des soirées entières devant le foot et perd ses cheveux. Il a des rides au coin des yeux… Mais il n’a jamais utilisé de crème contour des yeux, lui !

Pourtant j’ai continué à vouloir être parfaite, parce que je ne voulais pas que ça se voit que je me sentais nulle… J’attendais juste qu’il me dise que c’était bon, que c’était bien ou que ça irait comme ça. Non, il a accepté tranquillement ce toujours plus sans rien dire, presque comme un dû parfois.

Et quand tu t’y attends le moins, le ras-le-bol arrive. Les yeux se décillent brutalement. Tu te demandes pourquoi tu fais tout çà, tu te fâches, fais grève.

Puis tu réalises que tout ça t’as quand même rendu heureuse !!! Choisir une recette dans un de tes bouquins, acheter les ingrédients, prendre le temps de cuisiner, boire un verre de vin, transmettre la recette aux enfants, les aider à faire à leur tour puis les voir faire quand tu es fatiguée. Puis ce sont eux qui font le gâteau du dimanche et discutent de leurs ratés ou se congratulent… La vraie révélation c’est quand tu fais les choses pour toi ou que tu ne les fais pas et que çà va quand même ! C’est aussi quand tu traînes en pyjamas toute la journée et que c’est toi qui ronfles quand monsieur vient se coucher parce que tu es crevée. La révélation c’est quand tu fais ce que tu veux quand tu veux. Alors que tu passais ton temps à angoisser si tu n’avais rien prévu pour le dîner, il se fait cuire des pâtes, du riz, se prépare un sandwich à l’omelette ou cuisine un truc à la va-vite pour toute la famille. Après toutes ces années passées à anticiper, il a préparé le repas du week-end avant que tu ne rentres car tu travailles 2 week-ends par mois, que tu rentres affamée et que tu as le droit de faire la gueule quand tu trouves tout le monde en pyjamas à midi un samedi ou un dimanche !!!

Ce que je voudrais que la plupart des jeunes mamans comprennent, c’est qu’elles ont le droit d’être imparfaites car sinon elles s’enfermeront dans un schéma et dans une relation maternante avec leur conjoint et leurs enfants dont elles auront du mal à sortir. Je crois que c’est quasi un passage obligé de chercher à être parfaite, comme une espèce de rite initiatique, sans que cela devienne pathologique, sans que cela génère de la fatigue (voire de la dépression) et de la rancoeur. Il faut s’inspirer des autres sans trop se prendre la tête, tout en essayant de respecter le rythme de chaque membre de la famille. Et accepter que l’acceptable et la perfection pour l’une, sera différente pour une autre.

Je suis heureuse et tellement fière d’avoir pu être la mère que je voulais avec mes enfants : à la fois extrêmement disponible, mais pas totalement leur dévouée, avec une activité personnelle, des « trucs à moi ». Idem pour mon mari : j’ai pu faire des choses seules qui m’ont rendu très heureuse.

Aujourd’hui, je me plais à penser que je suis une dame. Celle qui sait qui elle est, ce qu’elle vaut. Mais on en reparlera une prochaine fois !

 

Muriel

1 commentaire